Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAkroma › 7

Akroma › 7

cd • 7 titres

  • 1L'orgueil
  • 2La luxure
  • 3La gourmandise
  • 4L'envie
  • 5L'avarice
  • 6La colère
  • 7La paresse

line up

Alain Germonville (chant), Julie Henau (clavier), Matthieu Morand (guitare et programmation), Adeline Gurtner (chant), Nicolas Colnot (basse). Invités : Thibaut Coisne (guitare sur "Orgueil"), Nicolas Soulat (guitare sur "Luxure"), Alex Hilbert (guitare sur "Gourmandise"), Benjamin Sertelon (guitare sur "Envie"), Pascal Lanquetin (guitare sur "Avarice"), Alexis Baudin (guitare sur "Colère"), Bertrand Drecourt (guitare sur "Paresse"), Elise Allart (flûte), Remy Chopinez (violon), Aurélien Ferrette (violoncelle), Florent Laboy (hautbois), Catherine Morand (basson).

remarques

chronique

Styles
metal extrême
black metal
progressif
Styles personnels
black prog symphonique

Au petit jeu du tirage des promos, ça ne devait pas être ma semaine. Je me console quand même en me disant que j’ai découvert le groupe au concept le plus affreusement kitsch depuis … euh … loin. Les nancéens d’Akroma ont en effet intégralement basé leur premier disque sur le chiffre 7. On se trouve donc avec un album de 7 titres d’une durée identique de 7 minutes, chacun étant enregistré dans une tonalité différente (ah, les proggeux…) et renvoyant respectivement à l’un des péchés capitaux (on réchappe quand même aux 7 nains, aux bottes de 7 lieux et autres 7 merveilles du monde… pour un prochain album peut être ?). Musicalement, le groupe se définit comme pratiquant un Black Metal (mouais, y’a le chant) Progressif (plutôt du coté Dream theater) et symphonique (les claviers et les quelques incursions d’instruments traditionnels : flûte, violons et quelques autres un peu plus exotiques…). Et au final, on se retrouve avec quelque chose d’assez proche dans l’esprit de ce que ce que pouvait produire Furia à ses débuts, particulièrement du coté des voix, très variées même si le chant masculin hurlé – et un peu pénible - prédomine largement. Du coté des paroles, intégralement en français, on nage évidemment en plein clichés : la vie, la mort, tout ça tout ça… D’après la bio, de multiples invités ont participé à l’enregistrement de cet album (en vrac : des membres de Scarve, Mortuary, Akin, Elvaron, etc.), même si celà reste purement anecdotique étant donné qu’on ne retrouve nulle part la « patte » de leurs groupes respectifs au fil des morceaux de ce 7, qui se révèle au final bien linéaire et un peu longuet sur la durée.

note       Publiée le jeudi 15 février 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "7".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "7".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "7".

kama › lundi 5 mars 2007 - 15:19  message privé !
"on réchappe quand même aux 7 nains, aux bottes de 7 lieux et autres 7 merveilles du monde" ahahAh! Sinon, black progressif? C'est assez rare pour attirer l'attention; cela dit, du DT avec des vocaux vaguement black, ça fait pas vraiment bander. Je vais y jeter un oeil, ne serait-ce pour les textes en francais, CA ça fait rêver.
yog sothoth › vendredi 16 février 2007 - 22:44  message privé !
avatar
Je viens d'opter pour une solution médiane :)
ptit_boy › vendredi 16 février 2007 - 22:34  message privé !
On n'a pas reçu la même alors.
Note donnée au disque :       
yog sothoth › vendredi 16 février 2007 - 17:09  message privé !
avatar
bah sur la bio c'est marqué "Seven"
zbr › vendredi 16 février 2007 - 10:06  message privé !
et c'est produit par qui ? Julien Courbet ? ...