Vous êtes ici › Les groupes / artistesKKreator › Pleasure to kill

Kreator › Pleasure to kill

9 titres - 38:42 min

  • 1/ Choir of the damned
  • 2/ Ripping corpse
  • 3/ Death of your saviour
  • 4/ Pleasure to kill
  • 5/ Riot of violence
  • 6/ The pestilence
  • 7/ Carrion
  • 8/ Command of the blade
  • 9/ Under the guillotine

enregistrement

Musiclab studios, Berlin, 1986.

line up

Mille Petrozza (guitare, chant), Rob (basse), Ventor (batterie, chant)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
thrash metal
Styles personnels
thrash metal

Bon, attention disque KVLT ! Limite je me demande comment personne ne râle pas quant à l'absence de gros monuments comme ce "Pleasure to kill" de Kreator. Après un "Endless pain" un peu trop amateur et influencé par la scène thrash américaine naissante, Kreator se mute en une véritable bête à tuer et décoche avec ce "Pleasure to kill" (quel titre mes aïeux !) un album qui fera date dans le mouvement thrash "brutal". "Choir of the damned", l'intro de l'album pose d'emblée le cadre : harmoniques sombres, jeu de guitares sans finesse (Mille assurera toutes les grates sur ce disque), Kreator a changé, et se veut plus sombre, plus brutal, une bête à tuer je vous dis... Et le titre "Ripping corpse" confirme brillament cette impression. Kreator a rajouté de la disto, a musclé ses poignets (non pas de blague), a décuplé sa hargne et sa haine. Désormais Kreator crache, gueule, tape fort et violemment, s'acharne sur sa victime et ne la lache pas... Rythmiques survoltées (Ventor réalise ici sa prestation la plus boeuf de toute sa disco), riff thrash brutaux beaucoup plus variés et inspirés que sur les efforts précédents, et puis une maîtrise dans l'art de composer un morceau qui tue... C'est bien là que "Pleasure to kill" casse tout. Chaque partie s'enchaîne parfaitement avec l'autre ("Riot of violence" !), le groupe se permet même quelques écarts mélodiques de ci et là ("Carrion"), et au final, chaque morceau pris individuellement se révèle être une petite bombe qui vous saute à la gueule. Sans compromis, sans expérimentations, en 86 Kreator avait la haine, la vraie, l'envie de bastonner, d'en découdre... Le chant de Mille est craché à la gueule de l'auditeur, les riffs seront par la suite pompés par des centaines de groupes (voire par toute une scène... "Under the guillotine" a du inspirer quelques combos d'amérique du sud, si vous voyez ce que je veux dire...), certains deviendront des hymnes du thrash à l'instar d'un "Seek and destroy" ou "Hell awaits" : "Pleasure to kill", "Riot of violence", "Under the guillotine"... Certains seront repris à toutes les sauces, d'autres deviendront même le patronyme de formations futures ! Quand je vous dis que cet album est une des pierres les plus énormes de l'immense édifice thrash... On pourra toujours regretter une mise en place parfois approximative, un Ventor qui a encore du mal sur ses parties de chant, ou bien une perte d'efficacité du fait des nombreuses repompes qu'on a pu entendre depuis, mais ce serait chipoter face à cette énergie et cette volonté d'en découdre exposés ici... Un disque à posséder tout simplement.

note       Publiée le vendredi 9 février 2007

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Pleasure to kill" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Pleasure to kill".

notes

Note moyenne        38 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Pleasure to kill".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Pleasure to kill".

metalgrave Envoyez un message privé àmetalgrave

le meilleur sans aucun doute 9/10

Note donnée au disque :       
The Gloth Envoyez un message privé àThe Gloth

Chris Reifert ne joue pas sur Leprosy. Bien dommage d'ailleurs, vu que la batterie est (pour moi) le point faible de cet album. Et sinon, ouais, Pleasure to Kill, un des albums majeurs du thrash et grosse influence sur le death et le black.

Note donnée au disque :       
surimi-sans-mayo Envoyez un message privé àsurimi-sans-mayo

Si Leprosy c'est bestial, j'imagine pas la déculottée quand tu vas découvrir les autres groupes de Chris Reifert.

Rikkit Envoyez un message privé àRikkit

Quel saccage ce skeud, tout ce que sa pochette évoque est dedans. C’est la boucherie néolithique. Franchement, increvable.

Note donnée au disque :       
M-Atom Envoyez un message privé àM-Atom

je reviens de plus en plus souvent vers ce type de trash annonçant doucement le death a venir...typique de la fin des 80's. rarement la musique a sonné aussi bestiale, glauque et evil qu'a cette période je trouve ! pour moi la suite logique et historique de Pleausure to Kill c'est Scream Bloody Gore ou Leprosy...

Note donnée au disque :