Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFForest Of Shadows › Where dreams turn to dust

Forest Of Shadows › Where dreams turn to dust

3 titres - 29:16 min

  • 1/ Eternal autumn
  • 2/ Wish
  • 3/ Of sorrow blue

enregistrement

Göteborg, 2000, par Niclas Frohagen.

line up

Niclas Frohagen, Mecca Andersson.

remarques

chronique

Styles
metal atmosphérique
metal extrême
dark metal
doom metal
Styles personnels
dark/doom metal

A l'origine sorti sous la forme de démo, puis sorti chez Rage of achilles (donc vite devenu introuvable), et récemment réédité par Firedoom music, "Where dream turn into dust" constitue donc une sorte de "premier maxi" de Forest of shadows. D'entrée de jeu, le projet de Niclas Forhagen (alors accompagné par un autre musicien) se montre immédiatement reconnaissable. Une flûte vous introduit, puis une lead majestueuse intervient et c'est parti... FoS présente déjà sur ce disque toutes les qualités qui feront de "Departure" un disque marquant, avec une attention plus marquée encore sur les mélodies. Sur ce point, l'affiliation avec Katatonia est partculièrement frappante mais l'inspiration étant telle que l'on oublie vite ce petit défaut de personnalité. Car du feeling, FoS en a... Et il sait le communiquer. Trois morceaux pour trentes minutes, sortes de longues ballades contemplatives, riches en harmonies et arrangements (chant clair, claviers, flûtes...), les compos savent happer l'auditeur et l'obliger à passer hors du temps.. Une musique introspective mais finalement pleine d'espoir... Belle tout simplement. On pourra regretter cette prod' parfois un peu rugueuse, ces chants clairs limites, mais jamais on ne pourra reprocher à Forest of Shadows de laisser insensible (pour quiconque un tant soit peu sensible à ce style hein...). Mélodies coulant comme des larmes, rythmiques mid tempos simples et efficaces, chants alternés, feeling éploré, structures idéales,l'atmosphère se montre peut-être moins déprimante, plus "nature" que sur l'album suivant, mais à aucun moment l'ennui ne viendra... L'homogénéité de ces trois morceaux surprend. Trois belles compositions, riches et linéaires mais toujours inventives (argh cette accélération sur "of sorrow blue"), dont tout amateur de musique triste aurait tort de ne pas goûter...

note       Publiée le dimanche 4 février 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Where dreams turn to dust".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Where dreams turn to dust".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Where dreams turn to dust".

tom › vendredi 23 février 2007 - 11:02  message privé !
c'ast bon ça, ça me rappelle quand la lecture des premiers metallian, snif, sinon l'atmosphére et particuliére, la prod aurait pu étre meilleurs mais son coté imparfait ajoute au charme de ce skeud, la voix claire est trés sympa, niveau style les leads peuvent évoquer katatonia mais ça me rapelle surtout cet excellent groupe qu'est empyrium
Note donnée au disque :       
juj › dimanche 4 février 2007 - 18:54  message privé !
tiens, justement u n poteau m'a envoyé ça y a qqs jours, le genre de truc que j'aurais jamais été voir tout seul, et contre toute attente j'aime bien (l'album bcp moins, en revanche)