Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAxegrinder › Rise of the serpent men

Axegrinder › Rise of the serpent men

cd | 7 titres

  • 1 Never ending winter
  • 2 Hellstorm
  • 3 Life chain
  • 4 War machine
  • 5 Evilution
  • 6 Rise of the serpent men
  • 7 The final war

enregistrement

Lion studios, Leeds, Mai 1988. Artwork par Jeff Walker.

line up

Steve (guitares), Trev (chant), Matt (basse), Darryn (batterie)

remarques

La réédition 2006 contient les démos du groupe post-Axegrinder nommé Wartech : 8/ Malfunction 9/ Virtual reality 10/ I need face 11/ Slow motion rewind

chronique

Styles
metal
punk
crust
Styles personnels
sombre et punkoïde

Parfois on prend des disques promos, on ne sait pas pourquoi. un peu au petit bonheur la chance. 9 fois sur 10 c'est de la daube, qui plus est délicieusement servie sous format cd-r et pochette photocopiée. Et puis, parfois, la surprise, le bon disque... Mais là Axegrinder, c'est carrément la classe : le beau digipack, et surtout le fait de m'introduire avec grand joie dans un style que j'avais salement délaissé : le crust anglais des 80's. Et c'est donc grâce à Peaceville, qui s'est découvert une âme de chasseur de vieux trésors, que "Rise of the serpent men" voit à nouveau le jour. Pour notre grand plaisir, car cet unique album d'Axegrinder est un sacré morceau dans le style metal/punk/crust sombre. Pensez à des mélodies à la Amebix, à une approche punky à la Electro Hippies, mixez cela avec une forte influence metal et vous obtenez cet album hybride, novateur et inventif. Point de grosse agression ici, Axegrinder joue beaucoup plus sur les atmosphères : une atmosphère de garage, désabusée, alimentée par de nombreux breaks en guitares claires, des harmonies de guitares simples et distordues, des passages de claviers, un son rugueux, "feraillé" oserai-je même, plongeant immédiatement dans une ambiance de vieux Londres désaffecté. Le résultat : un gros monolithe punkcore sombre, groovy, mid-tempo tout du long, inspiré de bout en bout (les mélodies sont parfois carrément dépressives, le point fort du groupe), aux structures quasi progressives, revanchard (les textes !) et illustrant à merveille cette époque musicale où les genres se mariaient sans choquer, sans forçage, tout naturellement... La réussite est bien là, les fans d'Amebix, Electro Hippies and co peuvent foncer (bien que j'imagine qu'ils connaissent déjà). En bonus sur cette réédition, on trouve l'Ep qui suivra cet album. Beaucoup plus metal, le groupe se tourne radicalement du côté d'un vieux Voivod ou d'un Cadaver ("in pains..."). Rythmiques décharnés, riffs tout sauf en 4/4, chant narré, le groupe me convainc moins sur ce coup, le changement étant vraiment radical. L'ambiance post apocalyptique a disparu, le mélange punk et metal n'est plus. On a affaire à un groupe original certes, mais sans génie ni science du riff qui tue (ce n'était pas le cas avant).. Attention, certaines harmonies demeurent quand même super prenantes.. Mais je reste définitivement plus fan de l'album... Qui lui est indéniablement à attraper. C'est comme un symbole de l'évolution musicale de la scène extrême anglaise des 80's que l'on retrouve ici.

note       Publiée le dimanche 4 février 2007

partagez 'Rise of the serpent men' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Rise of the serpent men"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Rise of the serpent men".

ajoutez une note sur : "Rise of the serpent men"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Rise of the serpent men".

ajoutez un commentaire sur : "Rise of the serpent men"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Rise of the serpent men".

taliesin › vendredi 9 août 2013 - 08:43  message privé !

Tiens, je suis justement en train de le réécouter (ainsi que le ep 'Grind The Enemy') en ce moment même ! Très bon projet, dommage qu'ils en soient restés là... En tout cas, je ne sais pas si vous êtes d'accord, mais je trouve que l'on sent bien cette touche particulière à Peaceville ! Ce label était tout de même à l'époque LE pourvoyeur des trucs crust/doom/grind un peu "hors normes" (je pense à Decadence Within, Deviated Instinct, Electro Hippies, Extra Hot Sauce, Prophecy of Doom, Autopsy, et puis aussi les premiers Paradise Lost et Darkthrone, ainsi que le projet - plus electro que metal - que j'aime beaucoup : Minister Of Noise). Toute ma jeunesse ;-))

Note donnée au disque :       
born to gulo › dimanche 7 décembre 2008 - 22:04  message privé !

DIE AS ONE

Note donnée au disque :       
american hero › mardi 20 mai 2008 - 23:21  message privé !
dur a comprendre quand même mais après plusieurs écoute j ai vraiment apprécié
Note donnée au disque :       
taliesin › lundi 5 février 2007 - 12:06  message privé !
A noter que cet album est également sorti sous la forme d'un split avec le groupe 'Prophecy of doom'...
Note donnée au disque :       
NAGAWIKA › dimanche 4 février 2007 - 21:44  message privé !
crust as fuck! bah elle est bien cette chro Poky...sauf, SAUF que le truc à la Voivod qui est sorti après c'était un autre groupe formé par des membres de Axegrinder ,qui avait splitté donc. quand es-ce que t'attaques Amebix?
Note donnée au disque :