Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesKLa Kemia › S/t

La Kemia › S/t

  • 1999 • Gamlan GML9906 • 1 CD digipack

11 titres - 47:08 min

  • 1/ Aïe ! (4:43)
  • 2/ Evil Bled (5:23)
  • 3/ Bagdad (4:53)
  • 4/ Gimme What U Want (3:26)
  • 5/ Kotomania (4:03)
  • 6/ Ispahan (3:35)
  • 7/ Hell Yo Police (4:07)
  • 8/ Chuva (2:08)
  • 9/ Las Ultimas (5:53)
  • 10/ Trains + Planes (5:54)
  • 11/ Berimbau (3:03)

enregistrement

Studio Gamlan, Paris, France, 1999

line up

Cyril Atef (batterie, percussions, voix, programmation), Mehdi Haddab (oud, lothar, programmation), Antoine Illouz (trompette, programmation), Youcef Boukella (basse, choeurs), Abdelaziz Sahmaoui (chant), Kateigaru Kinsho (koto)

remarques

chronique

Styles
electro
jazz
world music
Styles personnels
fusion

One shot unique qui joue à fond la carte de la diversité, La Kemia a pour socle trois influences majeures qui vont s'entrochoquer dans un feu d'artifice qui n'a rien à envier au spectacle pyrotechnique, mystérieux, fascinant, irréel, donné par l'assaut des forces américaines sur la capitale irakienne au début des années quatre-vingt dix ; electro, jazz et world. L'aspect electro, presque tous les participants du projet le revendiquent, même s'il traduit avant tout une volonté de se fondre dans une grammaire aujourd'hui fédératrice. Culturellement parlant, les membres de La Kemia sont plus rattachés au jazz : le trompettiste Antoine Illouz, le très actif Cyril Atef (batteur des méconnus Olympic Gramofon), qui est alors à quelques mois de connaître le succès public au travers de Bumcello - sorte de prolongement plus lisse de la formule exposée ici - et enfin Mehdi Haddab, collaborateur de Smadj dans le projet DuOud, joueur de oud donc mais pas seulement. Reste donc le côté world music, dans son sens le plus large, qui cimente littéralement toute la musique contenue sur cet album. On passe par la musique moyen-orientale, dominante comme on peut s'en douter, mais on fait aussi des escapades pas toujours heureuses en musique africaine sur "Hell Yo Police", un peu trop facile à mon goût, asiatique sur "Kotomania" ou encore latino américaine sur "Berimbau". L'approche est résolument moderne, une fusion des genres surprenante qui fonctionne à plein tube sur des titres comme "Bagdad" ou "Las Ultimas", aventureux et ténébreux à la fois, souvent moins téléphonés que les expérimentations d'Erik Truffaz, devenues redondantes depuis le temps. N'attendez donc pas le chef-d'oeuvre, on en reste bien loin, mais un album qui a toutes les cartes en main pour titiller puis, espérons le, satisfaire les quelques curieux amateurs des trois genres musicaux précités et plus particulièrement friands des combinaisons hybrides.

note       Publiée le mardi 30 janvier 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "S/t".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "S/t".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "S/t".