Vous êtes ici › Les groupes / artistesQQuadra › First Contact

Quadra › First Contact

cd 1 • 4 titres

  • 1Convergence41:27
  • 2Pastorale10:20
  • 3Starbirth6:17
  • 4Heritage11:01

cd 2 • 4 titres

  • 1Emergence44:19
  • 2Astral Plane11:41
  • 3Callisto5:45
  • 4Take-Off12:20

enregistrement

Enregistré dans les studios de Rogue Element, en Février 2006

line up

John Sherwood: MicroKorg, Arturia MiniMoog, Arturia MMV, LazySnake Jez Creek: Prophet VS, Prophet 600, Sequentix P3, Doepfer Drehbank, Cheetah MS6, Roland SP404 Steve Humphries:Access Virus Indigo, DSI Mono Evolver, Doepfer Schaltwerk, Nord Rack 3, M-Tron Brendan Pollard:Mellotron x2, Fender Rhodes, Micromoog, Microkorg, SRS Aurora, Beast Modular

remarques

Pour entendre des échantillons sonores et en savoir plus sur l’artiste, visitez son site web au : http://www.modulator-esp.co.uk/quadra/

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique berlin school

Quadra est le dernier des super groupes de MÉ anglaise. Composé de Brendan Pollard (Rogue Elment) Steve Humphries (Create et Astrogator) Jez Creek (Astrogator) et John Sherwood (4m33s); les 4 synthésistes Anglais se sont donné rendez-vous dans les studios de Brendan Pollard, en Février 2006, pour y faire un jam session qui résulte en ce double cd. Une musique étonnamment riche aux influences très moulantes d’une douce Berlin School mellotronnée, avec un côté exploratoire psychédélique qui augmente l’aspect délirant d’une musique sans frontières.
Une impulsion bourdonnante, qui oscille tel un phare sonore rotatif, dessine les premières ondulations de Convergence. Terrée dans l’ombre de sa vibration, une pulsation trace une séquence fine, appuyée par une légère mélodie issue d’un clavier aux notes carillonnées. La chaleur analogue qui se dégage des flûtes mellotronnées ravive la flamme harmonieuse, tout en accélérant la séquence qui élargit sa portée, avec une double ligne sur un synthé spectrale. Une belle entrée qui nous plonge dans un Berlin School rétro, aux dimensions encore inexplorées. Minimaliste, le rythme coule doucement, sur de belles nuances de basses et, vers la 11ième minute, le tempo diminue sur des chœurs mellotronnés.
Nous pénétrons dans un univers abstrait, où une flûte enchanteresse caresse des émanations sonores hétéroclites, sur des séquences intermittentes aux mouvances errantes. Un purgatoire sonore où tout se crée, sans prendre forme, dans l‘incursion d’un monde psychédélique et industriel aux profondeurs ténébreuses. Des souffles de velours dans une aridité céleste, où de frêles mélodies se lovent dans le confort et la sécurité des mellotrons flûtés, gravitent dans ce vide cylindrique qui graduellement s’anime autour d’une pulsation.
Et c’est le charme des longues pièces. Les musiciens ont toute la latitude nécessaire pour façonner et jouer autour de leurs structures, explorant toutes ses possibilités. Ce que Quadra a amplement expérimenté avec Convergence, qui renoue avec son mouvement séquentiel d’origine, sur de bonnes percussions métalliques, de beaux solos de synthé et cette superbe fascinante séquence aux strates synthétiques imprégnantes qui avait captivé notre ouïe à l’intro.
Pastorale, c’est du bonbon. Une belle pièce aux strates synthétiseuses denses et mélodieuses, accompagnées de belles notes cristallines qui tintent sur un mellotron flûté et un rythme séquentiel léger. Du vrai bonbon pour les oreilles, ça s’écoute sans effort comme Starbirth. Plus flottante avec un synthé aux accords rêveurs, Heritage est une tendresse subliminale.
Un léger tourbillon sonore aux émanations très cosmique ouvre Emergence. Une intro éclectique qui se moule à de belles strates synthétiseuses, d’où se forme une belle ligne séquentielle basse qui ondule dans une ambiance synthétisée. Mouvement feutré, inondé de mellotron flûté et d’harmonieuses toiles synthétisées qui flottant dans une ambiance très spatiale. Un croisement entre les atmosphères cosmiques de Schulze sur Black Dance et de Software dans Electronic Universe; 2 classiques de la MÉ contemporaine. Une séquence basse et fluide se forme sous les flûtes mellotronnées, amenant Emergence dans un flot synthétisé où strates et solos s’entrecroisent sur une séquence circulaire aux percussions staccato. Rythme libre et bouclé, cet intense segment percute un récif sonore qui éclate le rythme en une longue fresque psychédélique. Comme sur Convergence, Quadra explore les sonorités chimériques sur des accords fragmentés où mellotron et synthé subdivisent les ambiances dans un univers psychédélico-spatial.
Astral Plane est une douceur qui défile sur une séquence basse aux ondulations subtiles. Minimalisme, le tempo évolue sur de belles incursions synthétiseuses qui filtrent ses strates et solos avec acuité, accentuant une cadence timide sur des modulations hachurées. Callisto est une pièce flottante et atmosphérique, un doux intro avant de tomber sous les envoûtantes voiles synthétiseuses de Take-Off. Un titre lourd, aux ambiances industrielles, sur un rythme cassé par des percussions métalliques et des synthés aux courbes épineuses. Un excellent titre, aux dimensions insoupçonnées que les amateurs de Redshift et Ramp vont apprécier avec délire.
Quadra est un excellent album de MÉ contemporaine. Un album génial qui exploite un côté psychédélique, trop souvent négligé, facilitant la digestion auditive de ses longues explorations atmosphériques. Une fresque harmonieuse, où les mellotrons se moulent harmonieusement aux strates synthétiseuses progressives et enveloppantes, dans un monde musical sans frontières, sauf celles que l’ont s’imposent, de nos oreilles frileuses.

Disponible au http://www.modulator-esp.co.uk/quadra/

note       Publiée le lundi 29 janvier 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "First Contact".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "First Contact".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "First Contact".