Vous êtes ici › Les groupes / artistesBThe Black Heart Procession › The spell

The Black Heart Procession › The spell

cd • 11 titres

  • 1Tangled4:13
  • 2The Spell4:39
  • 3Not Just Words4:11
  • 4The Letter4:29
  • 5The Replacement3:57
  • 6Return to Burn4:23
  • 7GPS3:34
  • 8The Waiter #54:04
  • 9Places4:09
  • 10The Fix4:09
  • 11To Bring You Back3:39

enregistrement

SDRL Studio, San Diego, Californie, USA, 2005

line up

Pall A. Jenkins (orgue, synthétiseur, basse, guitare, chant, scie musicale, steel guitar), Tobias Nathaniel (orgue, basse, guitare, piano, timpani, wurlitzer), Jimmy LaValle (orgue, basse, piano), Matthew Resovich (synthétiseur, violon, steel guitar, wurlitzer), Scot Mercado (basse), Joe Plummer (batterie)

remarques

chronique

Styles
rock

Pall Jenkins et Tobias Nathaniel, les anciens Three Mile Pilot, reviennent plus de quatre ans après le presque contre-emploi que fût "Amore del Tropico" avec le cinquième disque des Black Heart Procession, "The Spell", titre qui, à lui seul, semble vouloir remettre les pendules à l'heure. Mélancolique mais sévère. Retour donc aux ambiances noires et lugubres des origines tout en préservant l'assise plus carrée qui permettait au groupe de sortir de la léthargie dans laquelle ils se complaisent d'habitude. Cette musique autrefois hantée et plaintive assume plus que jamais le côté rock latent qu'elle a toujours eu et qui apparaît cette fois au grand jour. Parce que les titres de "The Spell" se reposent pour la plupart sur une rythmique appuyée où la batterie martèle le temps sans discontinuer - même sur les plages au profil plus apaisé et qui démarrent pourtant sur la pointe des pieds comme "The Letter" ou "Return to Burn" - dans une formation recentrée sur elle-même où brillent de leur aura noir un violon lointain et inquiétant, un piano grave et solennel, et une guitare perturbatrice et guide à la fois. L'aisance mélodique du combo cherche l'émotion là où autrefois elle se concentrait presque exclusivement sur la mise en place d'ambiances noires. La voix de Pall Jenkins, à rapprocher de dEUS par instants, renforce le côté fataliste et sordide de leurs douloureuses complaintes dont le développement semble parfois tourner à l'obsession ("GPS", "The Fix"). Avec le recul nécessaire qui s'impose, "The Spell" apparaît aujourd'hui comme l'album tremplin dont les Black Heart Procession avaient tant besoin ; celui qui, sous ses traits aguicheurs, parvient à faire une habile synthèse de leurs travaux précédents sans trahir leur intention initiale. Ce revirement esthétique, loin d'être radical pour autant, destabilisera peut-être les amateurs de la première heure qui appréciaient plus particulièrement chez eux l'aspect introverti de leur univers acoustique. Un changement certes. Mais point une déception.

note       Publiée le dimanche 28 janvier 2007

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "The spell" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "The spell".

notes

Note moyenne        2 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "The spell".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "The spell".

Shelleyan › dimanche 28 janvier 2007 - 22:22 Envoyez un message privé àShelleyan  Shelleyan est en ligne !
avatar
J'adore cet album avec lequel j'ai découvert le groupe, il s'en dégage une mélancolie froide et funèbre...rien qu'une chanson comme 'The Fix' peut tourner en boucle dans mon lecteur cd...ces violons, ces orgues...magnifique !
Note donnée au disque :