Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVRené Van Der Wouden › Recreation

René Van Der Wouden › Recreation

8 titres - 62:28 min

  • 1 Recreation 1 (4:55)
  • 2 Recreation 2 (6:46)
  • 3 Recreation 3 (9:45)
  • 4 Recreation 4 (4:38)
  • 5 Recreation 5 (5:22)
  • 6 Recreation 6 (4:46)
  • 7 Recreation 7 (9:16)
  • 8 The last Recreation (17:00)

enregistrement

Enregistré au MiniMinus Studio, au Pays-Bas à l’été 2004

line up

René van der Wouden: Synthétiseurs Analogue & digital,keyboards & Percussions électroniques

remarques

Pour entendre des échantillonnages musicaux et en savoir plus sur l’artiste, visitez son site Web au : http://www.renevanderwouden.net/

chronique

Styles
musique électronique
musique électronique progressive
Styles personnels
musique Électronique prog séquencée

Ce nouvel album de René Van Der Wouden est issu d’une session de studio durant l’été 2004, un peu avant Pro Sequentia. Tout à fait conforme avec son titre, Recreation m’apparaît comme un album léger. Le synthésiste néerlandais semble s’amuser en mélangeant les genres et les époques. D’austère il peut passer à la frivolité, et vice versa, donnant un album coloré, sans frontières et sans encadrements, un peu comme les gosses qui s’amusent en récréation. Zigzagante, l’intro de Recreation est métal contre métal, jusqu’à une très belle ligne synthétique se subtilise en violon et dessine une mélodie classique aux notes hautes et harmonieuses. Sous l’effet tendresse de cette mélodieuse intro, où les souffles violonés se perdent dans le temps, des notes volontaires frappent une séquence répétitive qui ondulent ses nuances sur des stries synthétiques éparses, qui survolent une structure rythmique sobre. L’intro de Recreation 2 est plus dramatique avec ses notes sèches qui entrecroisent ses équivalences séquencées. Un clavecin perce un nuage synthétique dense qui flotte doucement jusqu’à ce que la structure s’anime sur un rythme plus débridé. Strates mouvantes et émouvantes entourent ce morceau aux intonations variées. Sur Recreation 3, on a l’impression d’entendre un accordéon qui s’harmonise avec une séquence fluide ondulante. Un beau moment où une nuée d’accords, de différents instruments, s’entrecroisent avec émotion et réceptivité. Le rythme devient plus saccadé, sautillant sur une belle ligne synthétique qui serpente les séquenceurs aux émanations syncopées et nerveuses, que les lourdes strates de René Van Der Wouden caressent avec la passion de notre écoute. Sur des pulsations ventousées, Recreation 3 diminue son intensité sur une finale plus accablante, avec l’arrivée d’un violoncelle aux souffles amers. Sur Recreation 4, les notes forcent contre vent pour tourner sur une superbe ballade électronique comme une harmonieuse fantaisie. C’est beau, c’est fin et ça accroche à l’instant. Recreation 5 est un bouillon atmosphérique qui prend fin sur le rythme très Jarrien et bien percussionné de Recreation 6. Un titre aux percussions claquantes, aux tintements réguliers, au synthé coulant comme Jarre a oublié de faire. Un excellent titre qui a tout pour faire un succès sur une compilation de MÉ rythmé. Les strates ondulantes et paresseuses de Recreation 7 sont croisées de notes sombres qui résonnent dans une atmosphère cosmique étoilée. Cette valse statique est traversée par une belle ligne clavecinnée qui berce le néant, avant d’être foudroyé par un puissant jeu de percussion aux frappes solides et furieuses. Un solo de synthé ceinture ce mouvement furieux qui se multiplie de solos aux sonorités diverses, pour retomber dans une tranquillité latente qui se moule parfaitement au début harmonieux de The last Recreation. Ce dernier titre de cette session de studio possède un léger intro, comme la finale d’ailleurs, atmosphérique très enveloppante. Entre les deux, il y a du rythme, beaucoup de rythme qui file à fond de train sur un séquenceur saccadé par des pulsations et qui forment ses modulations dans des structures harmonieuses, peu importe les cadences. Les riffs sont lourds, les percussions froides et les pulsations filtrées par une ligne séquentielle qui ne manque pas d’imagination. Par-dessus tout, le sublime synthé de René Van Der Wouden aux strates lourdes et enveloppantes qu’il peint d’une tendresse si chaleureuse, qu’ils en sont uniques et qu’ils sortent des notes carillonnées, qui serpentent un mouvement énergique et vivant, comme une étonnante récréation. Disponible au : http://www.renevanderwouden.net/

note       Publiée le jeudi 18 janvier 2007

partagez 'Recreation' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Recreation"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Recreation".

ajoutez une note sur : "Recreation"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Recreation".

ajoutez un commentaire sur : "Recreation"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Recreation".