Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAsh Ra Tempel › S/t

Ash Ra Tempel › S/t

  • 1971 • OHR OMM 556013 • 1 LP 33 tours

lp • 2 titres

  • 1Amboss19:40
  • 2Traummaschine25:24

enregistrement

Le 9, 10 et 11 mars 1971 à Hambourg - Produit par Conny Plank et James McRiff

line up

Hartmut Enke (basse), Manuel Göttsching (guitares, voix ,effets electroniques), Conny Plank (ingé-son), Klaus Schulze (batterie, guitare, effets electroniques)

remarques

chronique

Styles
ambient
krautrock
psychédélique
Styles personnels
kosmische muzik

Peu de disques font l'effet de provenir d'une entité "autre" avec la même force que ce premier Ash Ra Tempel. Et pourtant, il fut bien l'oeuvre d'humains. Manuel Göttsching, guitariste visionnaire et leader du groupe, accompagné de Hartmut Enke à la basse et de Klaus Schulze à la batterie (un personnage que les lecteurs de guts connaissent bien depuis quelque temps) forment le groupe le 24 Aout 1970, alors que Enke vient de ramener de Londres une foultitude de matos de studio et de scène, matos qui appartenait à l'origine à Pink Floyd ! Vu l'usage qu'ils vont en faire, l'anecdote est croustillante (serait-ce celui exhibé au dos de la pochette d'Ummagumma, et qu'ils se sont fait voler peu après ?). A la vue du dit matos, Schulze ne tient plus et rejoint les compères. Ce dernier, en charge d'une frappe monolithique et tribale totalement indépendante des éructations de Gottshing, venait tout juste de quitter Tangerine Dream à l'époque. C'est par lui que le groupe fera la connaissance de Rolf-Ulrich Kaiser, fondateur du label OHR, qui sera assez fou pour sortir cet album en 1971. Pas mal de bonnes fées se sont penchés sur ce premier album "monstre" (comme il a été désigné à l'époque), si l'on inclut aussi Thomas Kessler, propriétaire du Beat Studio et mentor du groupe (et d'Agitation Free), ainsi que Conny Plank, fameux ingé-son qui produit l'album avec un certain James McRiff (ça ne s'invente pas !). En effet, nous sommes ici aux confins du royaume prétendument infini que les anglo-saxons appelaient alors "psychédélisme". Ici, la règle est simple (et sera déclinée sur beaucoup de disques krautrock, puis sur la trilogie berlinoise de Bowie) : une face A guitaristique et rythmée, et une face B électronique, en mode défrichage d'espaces inconnus, en roue libre. Un genre de dogme qui laisse le champ libre à toutes les expérimentations, et les Ash Ra Tempel ne se privent pas. Quand on tombe sur un tel objet sonore, qui - cela va de soi - laisse loin derrière les timides incartades "space rock" de groupes comme le pink floyd de l'époque, pour décoller vers des confins insoupçonnés, on redéfinit forcément son approche. Je ne pense pas chroniquer des disques de la même façon après celui-ci. Ces types, derrière leur apparence de hippies en jeans-baskets et longs cheveux blonds, sont des sorciers. Autant que Can, me direz vous, ou Amon Duul, Cluster, Harmonia ou encore Kraftwerk. Mais ici, on touche à une sorte de mystique insaisissable, quelque chose qui n'a été capté qu'une seule fois (allez, peut-être qu'Hawkwind...). De toute son être, cette musique appelle à autre chose qu'une simple écoute, mais à quoi ? Poussant le précepte Face A psyché/Face B ambient à son paroxysme, les 3 musiciens se limitent à un seul morceau par face. "Amboss", décharge hendrixienne propulsée par le feedback et les effets d'échos vertigineux, semble d'abord se jouer au ralenti, puis finit en une cavalcade qui semble être accélérée. Entre temps, aucune cassure. Juste une montée en puissance à faire pâlir Godspeed avec solo de guitare qui brule infiniment sans jamais se consumer. Décollage vertical, mais comme Hendrix le disait, impossible de savoir si l'on va en haut ou en bas, vers la voie lactée ou vers les abysses terrestres. Une chose est sûre, là ou l'on va, il y a beaucoup d'espace, et aucune âme qui vive. Pendant que la section rythmique esquisse quelques motifs orientaux, la guitare fonce bille en tête comme une fusée vers l'inconnu, traversant des nuages de feedback, des piscines de reverb galactique, et bien sûr, des troupeaux de wah-wah sauvages. Seul Hendrix savait les dompter, et il faut les voir ici dans leur milieu naturel, bref, il faut voir l'usage que Göttshing fait de la pédale CryBaby (vers 12min50). Encore plus long, "Traummaschine" est un périple en "terra incognita" de plus de 25 minutes (on frissonne à l'idée d'imaginer ce qu'ils auraient fait sans les limitations du support vinyle), la bande-son d'une excursion dans les entrailles d'une pyramide égyptienne... L'auditeur, transposé en Indiana Jones musical le temps d'une face B, s'enfonce dans les galeries, avant de rebrousser chemin, pris de panique devant sa découverte; puis de se faire happer par les éboulements déclenchés par sa course effrénée vers la sortie. Cela semble se jouer à des milliers de pieds sous terre. Dissolution des formes dans l'eau d'ébène. Evanouissement du rythme derrière des bruits de gouttes, comme provenant d'une rivière souterraine. Ces gouttes qui tombent résonnent d'un écho sinistre dans leur solitude infinie. Pris d'un élan sépulcral, le tombeau oublié d'Ash Ra laisse s'échapper les dernières clameurs de son peuple prisonnier de ses sarcophages millénaires en formes de râles indéchiffrables (claviers ? cordes ? effet sur la guitare ?) vers 16min30. Dans ce caveau humide vierge de toute présence humaine depuis des lustres, l'eau stagnante - la seule forme de vie qui subsiste encore - semble soudain prise de soubresauts étranges. Serait-ce une entité vivante ? En tout cas, son réveil a provoqué l'effondrement du tombeau. Ses secrets resteront a jamais enfouis sous les éboulis, à l'abri du regard des mortels, prisonniers de la volonté séculaire de son créateur, fusse-t-il humain, pharaon ou même le dieu soleil lui-même.

note       Publiée le lundi 15 janvier 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "S/t".

notes

Note moyenne        30 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "S/t".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "S/t".

Fryer › mercredi 14 mai 2014 - 01:57  message privé !

Également en effet, mais on retrouve cette double composante et ces jams, ce qui m'a frappé lors de l'écoute du Earthless.

Note donnée au disque :       
Horn Abboth › mardi 13 mai 2014 - 19:10  message privé !

Le côté mystique en moins

Note donnée au disque :       
Fryer › mardi 13 mai 2014 - 18:54  message privé !

Je viens d'y penser mais en recommandation j'aurai pensé à ça (bien que moins exceptionnel) : http://www.gutsofdarkness.com/god/objet.php?objet=7656

Note donnée au disque :       
DesignToKill › jeudi 9 janvier 2014 - 13:36  message privé !

Cet album ! Mon règne pour cet album !

Note donnée au disque :       
mangetout › mercredi 7 décembre 2011 - 15:58  message privé !

A signaler que les premiers Ash Ra Tempel (de celui-là jusqu'au superbe "Inventions for electric guitar") ont été réédités et remastérisés par Manuel Gottsching et sont sortis sur son propre label MG.ART cet été.