Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesVRené Van Der Wouden › Alchemia

René Van Der Wouden › Alchemia

5 titres - 59:58 min

  • 1 The True Glass of Alchemia 20:16
  • 2 Far Across the Heavens 8:38
  • 3 Golden Dreams of Silver Elements 14:28
  • 4 The Alchemists 10:30
  • 5 Gone to Earth thru the Book of Minerals 5:57

enregistrement

Enregistré et mixé entre Février 2006 et Août 2006 au MiniMinus Studio

line up

René van der Wouden: Synthétiseurs & Électroniques

remarques

Pour entendre des échantillons sonores : http://www.renevanderwouden.net/

chronique

Styles
musique électronique
musique électronique progressive
Styles personnels
musique Électronique progressive

Après le superbement mélodieux Pro Sequentia, René Van Der Wouden nous offre un opus un peu plus différent. Nettement plus complexe, avec ses intros très hétéroclites, Alchemia est un album aux mouvements lents, envoûtants qui s’écoutent le corps et l’esprit à 0. Pas que ce soit de la relaxation! Non. Parce que c’est bien fait. C’est fin, plein de subtilité et il faut entendre les mouvements empreints de tendresse et de nostalgie, comme sur The True Glass of Alchemia, un titre ambiant d’une étonnante attraction.
Divisé en 2 parties, l’intro est un lent mouvement synthétique qui se développe avec de subtiles modulations. Le synthé flotte dans un néant harmonieux. Dans cet espace où le silence est bercé de strates fluctuantes, se terre de brèves mélodies qui sortent et se cachent, laissant des traces mélancoliques à chaque complainte céleste. Un superbe mouvement, truffé d’une incroyable sensibilité. En mi-temps, le rythme s’éveille doucement avec une série de notes limpides qui dessine un arc sonore hypnotique. Une nouvelle série de notes s’indexe à celles en place, stimulant une séquence plus complexe, qui serpente avec insistance une sphère rotative minimalisme. Cette sublime séquence module ses intonations, parmi des effets sonores et des explosions, avant de prendre un envol séquencé, où les accords s’entassent et créent une confusion harmonieuse. Un titre envoûtant qui puise la profondeur de sa beauté à l’ombre de ses strates onctueuses et mélodieuses. Far Across the Heavens possède une intro plus que bigarré avec ses jets vaporeux, entourés de segments mélodieux, de percussions tablas éparses. Des vagues spatiales qui inondent un univers statique, où se forme une séquence bouclée qui ondule parmi une chorale ténébreuse et un synthé spectral, aux lamentations aigues. Idéal pour un film d’horreur. Comme un lutin fou, la séquence roule avec frénésie accentuant l’impulsion minimalisme qui se fragmente sur un synthé mélodieux, aux strates envahissantes.
Des notes virevoltent, un peu comme un xylophone, pour former un mouvement séquentiel serpentin qui louvoiera en harmonie tout au long de Golden Dreams of Silver Elements. Des coussins synthétiques flottent et étirent leurs souffles sur d’autres notes qui voltigent autour de fines pulsations. Flottant, le tempo est en montagne russe sur un séquenceur lourd qui vrille dans une atmosphère inondée de segments mélodieux qui serpentent une fixité déroutante.
Après une brève intro atmosphérique, The Alchemists étend sa mélodie avec une superbe séquence harmonieuse. Des notes agiles et limpides serpentent avec grâce une impulsion aux boucles multiples, avec de bonnes percussions claquantes et un beau synthé aux solos à faire rêver. The Alchemists est certes l’une des belles pièces en 2006. Un long souffle atmosphérique, à laquelle se greffe des chœurs discrets, prépare l’intro rythmique sur percussions claquantes de Gone to Earth thru the Book of Minerals. Un titre très électronique à l’essence de ses belles incursions analogues rythmées des années 70, sur un synthé moulant aux superbes lignes mélodieuses.
Comme on peut entendre Alchemia est quelque peu différent de Pro Sequentia. C’est un opus plus progressif qui demande une écoute attentive, pour être certains de capter toutes les nuances. Et, comme les grandes œuvres, il y a toujours un nouveau déclic à chaque écoute, captivant encore plus notre ouïe pour ré écouter encore. Signe incontestable d’une œuvre de grand cru.
Vendu et distribué par René V.D. Wouden, disponible au site de l’artiste : http://www.renevanderwouden.net/

note       Publiée le mardi 2 janvier 2007

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Alchemia".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Alchemia".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Alchemia".