Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMonastère De Gyütö › TIBET : La voix des Tantra

Monastère De Gyütö › TIBET : La voix des Tantra

  • 2000 • Ocora C 560133/34 • 2 CD digipack

6 titres - 89:32 min

  • CD 1 (49:40)
  • 1/ Tantra dit de "l'Assemblée secrète" (8:44)
  • 2/ Initiation au culte de Yamantaka (23:54)
  • 3/ Rituel de consécration (17:01)
  • CD 2 (39:52)
  • 1/ "Le Grand Noir" (Mahâkâlâ) (25:34)
  • 2/ Libation dorée (10:48)
  • 3/ Prière de "Bon augure" (3:29)

enregistrement

Théâtre des Bouffes du Nord, Paris, France, le 3 octobre 1975.

line up

Moines du monastère de Gyütö (voix, sceptre rituel "dordjé", clochette à main "tibu", petit tambour "damaru", grandes cymbales "bugtsal", grandes cymbales "silnyan", grands tambours "rnga", trompes courtes "kangling", trompes longues "dung-chen").

remarques

Édition remastérisée présentée sous la forme d'une "long box".

chronique

Styles
world music
Styles personnels
tibet > musique vocale sacrée

Un beau jour, alors que vous écoutez tout plein de musiques "s'inspirant de..." ou "puisant sa source dans...", vous aurez précisément envie d'y retourner, aux sources, et cela remettra sans doute en question quelques-unes de vos certitudes précédentes, ou même vous ouvrira des pans entiers de musiques nouvelles dont, jusque-là, vous ne soupçonniez pas l'existence. Appréciant les musiques minimalistes américaines, qui vont prendre racine en Orient, aussi bien que les différents usages de la voix que l'on peut faire dans la musique contemporaine, c'est tout naturellement que j'ai eu envie de me pencher vers le chant sacré des moines tibétains du monastère de Gyütö, l'un des plus réputés. La question a été naguère posée de savoir si des enregistrements du label Ocora (qui a l'habitude de capter au plus près des musiques traditionnelles du monde entier dans une optique ethno-musicologique) avaient leur place sur ce site. Avec celui-ci, au moins, la question ne se pose pas. Le chant rituel des moines tibétains est une chose à entendre au moins une fois dans sa vie : pour eux, cette voix grave et sourde, qui vibre et qui résonne de mille échos et harmonies d'outre-tombe, évoque la ferveur religieuse et imprime son caractère sacré à chaque syllabe déployée. Quant à l'auditeur occidental moyen, il sera frappé des hallucinations psycho-acoustiques engendrées par ce chant guttural, caverneux, inouï, impossible. Une sacrée peur, oui, qui le rendra tout à coup minuscule. Captés à Paris en 1975 lors du Festival d'Automne, les dix moines que l'on entend ici faisaient encore partie de la première génération à être contrainte à l'exil (en Inde) par la répression du gouvernement de la Chine Populaire. Ils se produisirent alors un peu partout dans le monde, dans le but de faire connaître leur cause. Apprêtés avec cérémonie, s'accompagnant de quelques instruments traditionnels (clochettes, trompes, tambours...), les moines de Gyütö semblent entrer en transe dès les premiers instants, et nous avec eux : la manière particulière qu'ils ont de faire vibrer les harmoniques les plus graves entrouvre la muraille matérielle, physique du son de la voix, et perce une brèche vers une dimension métaphysique. Les tantra sont des prières dont la récitation, dans la liturgie bouddhiste, doivent mener à l'illumination, à la perte de conscience et à l'effacement du moi. De l'intérêt musicologique, pour peu que l'on s'immerge totalement dans cette psalmodie, on passera ainsi rapidement à la fascination et à l'hypnose, à ce sentiment qui fait basculer la raison vers un territoire vierge de toute expérience, entre la vie et la mort. En clair : il ne s'agit ni d'ambient glauque et rituelle, ni de la célébration d'une messe noire sataniste, ni d'un requiem mortifère à la Ligeti ; mais tout de même d'une illustration chorale du "Livre des morts", d'une musique effroyable et sacrée.

note       Publiée le jeudi 28 décembre 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "TIBET : La voix des Tantra".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "TIBET : La voix des Tantra".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "TIBET : La voix des Tantra".

boumbastik › mercredi 9 avril 2008 - 13:57  message privé !
Pas de politique, ok, désolé. Pas si pourri que ça, ton jeu de mots, Popote. En même temps, c'est p'taite paske je l'ai compris que je le trouve bon... Je réitère ma suggestion à tout bon gutsien(ne) qui se respecte de s'immerger dans les sons (in)humains produits par ces moines. Expérience assez angoissante tant que l'on essaie de rattacher ces (dis)harmonies vocales à une culture musicale quelconque, expérience qui se mue en apaisement si l'on prend les sons tels qu'ils se présentent et si l'on se focalise uniquement sur leurs effets physiques (vibrations corporelles).
Note donnée au disque :       
Potters field › mercredi 9 avril 2008 - 10:58  message privé !
et une bonne occasion de s'interesser au bouddhisme tibetain et tout ce qu'il vehicule. bon ok, j'assume le jeu de mots pourri.
Solvant › mardi 8 avril 2008 - 20:29  message privé !
Tout à faire d'accord, il y a un temps & un espace pour chaque chose. Je ne connais pas ce disque mais je connais ces sons très envoûtants qui ne sont pas entièrement humains. Fascinants ces moines, fascinants.
Nicko › mardi 8 avril 2008 - 20:18  message privé !
avatar
Le point de vue de god est de ne pas faire de politique mais d'essayer le + possible de coller à la réalité actuelle (et à changer le cas échéant -- comme l'histoire de l'ex-Yougoslavie avec la Serbie, le Monténégro & co.). Jusqu'à preuve du contraire, le Tibet n'est actuellement ni autonome, ni indépendant et fait parti de la Chine. D'autre part, on pourrait dire aussi que les Iles Féroé font parties du Danemark, mais dans ce dernier cas, ils sont autonomes... On verra comment la situation politique et on changera lorsque la situation aura changée !
boumbastik › mardi 8 avril 2008 - 09:36  message privé !
C'est pas vraiment d'actualité, vu que ça fait 60 ans que ça dure.
Note donnée au disque :