Vous êtes ici › Les groupes / artistesGThe Gault › Even as all before us

The Gault › Even as all before us

cd • 7 titres

  • 1Ire (intro)
  • 2Obliscence
  • 3Bright white blind
  • 4Country road, six miles in
  • 5Outer dark
  • 6The shore becomes the enemy
  • 7Hour before dawn

informations

Louder studios, SECA par Tim Green.

Il s'agit ici d'une réédition par Amortout, le cd étant originellement sorti en 99.

line up

John Gossard (guitare), Ed Kunakemakorn (chant), Sarah Winter (batterie), Lorraine Rath (basse, chant)

chronique

Y a de ces groupes des fois, on ne sait vraiment pas comment en parler. Comme quoi finalement, en tant que choniqueur, je suis bien content de me cantonner à des choses finalement bien conventionnelles, quel comble pour un site sur les musiques expérimentales ! Quoiqu'il en soit, conventionnel, The Gault ne l'est assurément pas. Ce projet, enterré depuis 99, que Amortout a décidé de nous ressortir intelligemment, et comprenant en son sein des membres d'Asunder et Amber Asylum ne fait vraiment pas dans le facile d'accès. Pensez-donc, on navigue ici dans une sorte de metal parfois core, naviguant entre doom crade, post-rock ultra obscure (qui a dit Neurosis ?), breaks quasiment drone et ambiances de fin du monde. L'ambiance ! Le mot est laché ! Car derrière ce dépouillement musical, ce côté post-rock et déglingué de sa musique, The Gault propose une musique glaçée et glaçante, sur le fond franchement proche d'un Dolorian. Froid, carrément progressif par moment, les compos de "Even as all before us" s'étalent généralement sur plus de 10 minutes tout en tournant autour d'une même thématique de riff. Les morceaux progressent lentement, agonisent au gré des lamentations et autres hurlements de Ed Kunakemakorn (le chant y ets ici admirable, plurs, narrations, parties dérangées, tout est admirablement possédé), dérangeant parfois, grondant à d'autres, tout en conservant cette même atmosphère obscure et noire à couper au couteau. The Gault parvient à pleurer, à hurler, à provoquer d'intenses montées de sève et à e rendormir, ce disque est comme une bête finalement, elle demande à être apprivoisée. A vrai dire cela fait des mois que j'ai ce disque et je n'ai jamais vraiment su quoi en dire, et encore moins le noter. CE disque peut un jour me happer totalement et le lendemain m'apparaître insupportable passer deux titres. Il faut dire, si l'on est habitué des schémas traditionnels, ou nourris aux structures en 4/4, on peut se retrouver vite perdu dans cet enchaînement de riffs répétitifs à mort, dont la progression se fait à force de longs et efforts et laborieux changements... En d'autres mots, on peut autant se faire chier que d'être transporté. Pourtant, on se surprendra à dodeliner de la tête bêtement et à vibrer au gré de ces riffs dysharmonieux porteur d'une aura délicieusement attractive... Finalement, la note plus bas n'a pas grand intérêt, les curieux de musique sombre, glauque et experimentale seront ravis (normal en même temps, vu l'endroit où cette chronique est écrite), les amateurs de Dolorian aussi (c'est bien pour ça d'ailleurs que j'y trouve mon compte, un morceau comme "Country road, six miles in" rappelant vraiment le groupe nordique, en plus éthéré et dérangé, une vraie petite bombe)... Voilà bien un album qu'il aurait été effectivement dommage de laisser crever (sans jeu de mot), bonne initiative d'Amortout sur ce coup...

note       Publiée le mercredi 27 décembre 2006

Dans le même esprit, pokemonslaughter vous recommande...

Dolorian - Dolorian

Dolorian
Dolorian

Pour l'atmosphère et le mélange des styles...

dernières écoutes

Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Even as all before us" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Even as all before us".

notes

Note moyenne        21 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Even as all before us".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Even as all before us".

yog sothoth Envoyez un message privé àyog sothoth
avatar

Dans certains cas dont celui là, je trouve ça mieux que de voir le groupe décliner en sortant des albums moins inspirés.

Note donnée au disque :       
Nerval Envoyez un message privé àNerval

Quel one-shot de folie quand même. Ça devrait être interdit de sortir un truc pareil pour disparaitre juste après.

Note donnée au disque :       
saïmone Envoyez un message privé àsaïmone
avatar

Il est ressorti très récemment celui là. En voiture, de nuit, à la campagne. Rouler doucement, fatigué. Le bitume interminable, les bâillements.

Note donnée au disque :       
michel rocard Envoyez un message privé àmichel rocard
C'est pas mal mais ça reste assez décousu je trouve et au final je l'aurais bien amputé de quelques minutes. Notamment sur "Obliscence" et "Country road, six miles in", qui paraissent assez poussives...
Note donnée au disque :       
juj Envoyez un message privé àjuj
fatal, fatal, fatal
Note donnée au disque :