Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBeatrik › Requiem of December

Beatrik › Requiem of December

cd • 6 titres

  • 1My Funeral to Come
  • 2Requiem of December
  • 3Eternal Rest
  • 4The Last Wandering
  • 5Apollonia's December, 7th 1647
  • 6Returning After a Death

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

enregistrement

Enregistré et mixé entre Octobre et Novembre 2004 au Necropalace studio

line up

Frozen Glare Smara (Chant, Guitares, Basse, Orgue), Vidharr (Batterie)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
black metal
dark metal
Styles personnels
dark doom / black depressif

Un peu plus de deux ans après la sortie de son premier album, c’est sur le label Avantgarde records que l’on retrouve Beatrik. Le propos a bien changé durant le laps de temps séparant « Journey through the end of life » de ce nouvel album, et le groupe a évolué vers un Dark Metal largement épuré de ses éléments Black, et rendant hommage a des influences telles que Katatonia, Forgotten tomb ou Deinonychus. Le Beatrik 2005 présente donc un visage plus mélancolique, porté par des guitares alternant arpèges et riffs mélodiques, avec quelques accélérations (rares) héritées du passé. Le chant a de son coté évolué vers un registre plus en phase avec le nouveau style du groupe, dans les tons « hurlé / désespéré », il lorgne désormais de façon assez flagrante sur un certain Marco Kerhen période Mournument. On peut également noter l’intégration de claviers typés « orgue » qui contribuent à renforcer l’ambiance funéraire que le groupe tente d’instaurer. Maintenant, si le résultat est nettement plus probant que sur l’album précédent, Frozen Glare Smara n’est pas encore parvenu à gommer avec ce nouveau disque tous les défauts de son groupe. Si l’homme a fait des progrès notables au niveau de la production et de l’interprétation, l’ensemble cède encore trop fréquemment à la facilité en nous ressortant des plans simples et manquants cruellement d’impact, ces mêmes plans étant souvent répétés sans trop de variations durant de longues minutes. Finalement, avec ce second album, Beatrik ne peut toujours pas prétendre à se hisser vers les sommets de la hiérarchie des groupes Dark Doom, mais les progrès accomplis laissent entrevoir de belles choses pour l’avenir (il suffit de se remémorer les daubes produites par Deinonychus à ses débuts pour entrevoir les marges de progression possibles dans le genre…).

note       Publiée le mercredi 27 décembre 2006

Dans le même esprit, yog sothoth vous recommande...

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Requiem of December".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Requiem of December".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Requiem of December".

pokemonslaughter › mardi 2 janvier 2007 - 15:56 Envoyez un message privé àpokemonslaughter
avatar
ouais pr moi l arrive pas à la cheville de marccoooo (love)
Note donnée au disque :       
Aiwass › samedi 30 décembre 2006 - 12:49 Envoyez un message privé àAiwass
Merci bien...
tom › samedi 30 décembre 2006 - 12:44 Envoyez un message privé àtom
cet album me fait pensé au dance of december souls de katatonia , en plus lourd peut etre , la prod mériterai d'etre un peu plus pleine mais sinon c'est agréablement sombre et morbide
Note donnée au disque :       
yog sothoth › samedi 30 décembre 2006 - 12:26 Envoyez un message privé àyog sothoth
avatar
Je te laisse en juger -> http://www.beatrik.com/Beatr%ECk%20-%20My%20Funeral%20To%20Come.mp3
Note donnée au disque :       
Aiwass › samedi 30 décembre 2006 - 02:04 Envoyez un message privé àAiwass
En tout cas cette chronique de Beatrik donne la dalle. La dernière phrase est bien sentie. Simple question de novice: je me doute bien que la musique de Beatrik ne sent pas le printemps joli et les amourettes dans les champs fleuris, mais le chanteur de ce groupe est-il aussi torturé, aussi désespérant/spéré que celui de Deinonychus ? Dans le bon sens du terme... ? (je kiffe mes larmes quand c'est Kehren et ses hurlements de suicidé qui les provoquent voyez-vous)