Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSKlaus Schulze › Dosburg Online

Klaus Schulze › Dosburg Online

9 titres - 79:07 min

  • 1 L'Age Core 11:50
  • 2 Requiem fürs Revier 15:01
  • 3 Groove'n'Bass 06:16
  • 4 Get Sequenced 03:28
  • 5 The Power Of Moog 04:47
  • 6 Up, Up And Away 08:21
  • 7 From Dawn Til Dusk 04:01
  • 8 The Art Of Sequencing 18:21
  • 9 Primavera 07:02

enregistrement

Enregistré le 17 Mai 1997 à Duisburg

line up

Klaus Schulze (claviers, bopite à rythmes, séquenceurs), Jörg Schaaf :keyboards, Rave-o-lution, séquenceurs Roelof Oostwoud : Vocals

remarques

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique berlin school prog

Dosburg Online est un gros concert donné le 17 Mai 1997 à Duisburg. Un des derniers gros concert où Schulze visiterait le trance, drums’n’bass et des surprises en remontant le temps.
Un concert majestueux où Schulze remontait jusqu’à l’opéra en introduisant 2 morceaux d’opéras, qui ont été aussi mal reçus. Dosburg Online devient aussi la première ré édition, sans pièce en prime, le cd original avait le même temps. Donc, Schulze en a profité pour déterrer un vieux sujet qui lui était cher; la mauvais fade out de Primavera. Sur cette ré édition, la fade out est plus doux, la sonorité étant somme toute assez identique. Donc, pourquoi cette ré édition? Justement, pourquoi?
Des tintements minimalistes, un peu à la Tubular Belles, ouvre L'Age Core, accompagné d’un beau mellotron flûté. Solitaire, le mellotron se retrouve seul pour quelques minutes. Le temps nécessaire pour que le synthé ajuste ses accords bas et qu’un mélodieux piano prenne la relève, sur des souffles sombres. Une belle ouverture qui caresse les souvenirs de Mirage. La musique de Requiem fürs Revier est très bonne. D’ailleurs, je crois que la très belle voix de Roelof Oostwoud embellit cette longue ode. Mais, de ce qu’on entend c’est très pauvre comme parole. Et ça rien à voir avec la musique.
Avec Groove'n'Bass débute un mouvement séquentiel aux innombrables permutations qui s’échelonne sur est un peu de 23 minutes. Inconfortable avec ses voix criardes et ses interférences magnétiques, Groove'n'Bass accentue son ondulation sensuelle sur des voix et des souffles flûtés aux étranges tribalité, surtout quand les tam tam embarquent. Une pulsation séquencée s’ajoute. Le rythme prend son essor sur des effets sonores et percussions attirantes. Le ‘’groove‘’ est dans l’air et il passe parmi les échantillonnages bigarrés de Schulze. Get Sequence poursuit la séquence initiée sur Groove'n'Bass. Nerveux le rythme est hachuré et vrille en rotation saccadée sur des percussions superbes. Hoquetant, le synthé pousse une ligne aux notes voltigeantes qui coulent sur une belle basse et un synthé aux striures démentielles qui survolent les premières pulsations de The Power Of Moog. Plus électrique, plus électronique, la séquence est lourde sautillante, formant un tapis circulaire où des notes limpides et excitées sautillent sur un tempo agité. Sur un rythme plus énergique, la 2ième partie de The Power Of Moog est plus percutante et vrille dans une folie circulaire aux synthés indisciplinés de Up, Up and Away. Rythme amplifié, synthé rebelle et notes aux voltiges inconnues Up, Up and Away est prise d’une folie que Schulze répond avec de sublime solos de synthés, unifiés à ces effets sonores marquants.
From Dawn Til Dusk ramène une forme d’ordre dans ce tumulte séquentiel et synthétique. Une bataille infernale où l’auditeur a gagné sous tous les fronts. Très doux, From Dawn Til Dusk nous réconcilie avec la tranquillité, avec l’harmonie des sens.
The Art of Sequencing est une superbe pièce. Un genre de ‘’Groove'n'Bass ‘’(rien à voir avec la pièce intro) ou ’’Funky‘’ séquencé. Le mouvement débute sur une séquence ondulante hachurée, appuyée d’une fine basse qui y ajoute une profondeur sensuelle. Des notes, mais surtout des percussions, entourent cette séquence minimaliste dont la vitesse augmente subtilement, selon la vitesse d’une pulsation séquencée. De superbes strates mélodieuses, des riffs circulaires syncopés et des solos triturent cette longue séquence que Schulze domine avec passion et sérénité. Les chœurs, les denses strates et les différents tempos circulaires ajoutent de superbes passages harmonieux. The Art of Sequencing est du grand, du très grand Schulze. Primavera ramène la superbe voix de Roelof Oostwoud, sur un titre totalement improvise, selon le livret de cette ré édition. Un beau titre, doux, où l’on sent qu’il y a une chimie naturelle entre Schulze et l’opéra.
Cette ré édition de Dosburg Online n’amène rien de nouveau. Les faibles imperfections d’un album live sont toujours présentes et le fade out ne m’a jamais bien agacé, car je m’y rendais rarement. Ceci étant dit, c’est un superbe album où Schulze allie ses vieilles idées et ses longues séquences hypnotiques à celles plus récentes, plus rythmées. Mais, comment ne pas aimer ce que Schulze fait? Il y a toujours un petit quelque chose…..

note       Publiée le dimanche 24 décembre 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Dosburg Online".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Dosburg Online".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Dosburg Online".

docteur.justice › mardi 28 février 2012 - 17:37  message privé !

une excellent surprise, comme d'habitude, l'utilisation des silences chez schulze est magistrale. Un album profond, avec effectivement des parties tribales

snooky › dimanche 17 juillet 2011 - 13:30  message privé !

Un album somme toute assez "bigarré". Moi, j'ai retenu surtout Requiem Furs Revier et Primavera avec la superbe, que dis je,la magnifique voix de Roelof Oostwood et puis la suite "Groove'n Bass" qui pulse bien et enfle au fur et à mesure de sa progression.Le reste est bien aussi mais ne paraît un peu en dessous, si j'osais je dirais un peu conventionnel.

Cela dit, du conventionnel avec Schulze, ca reste quand même très bon.

Note donnée au disque :       
gkar02300 › vendredi 29 décembre 2006 - 17:41  message privé !
Voila un grand artiste qui contrairement à un certain trio ne prend pas ses fans pour des portes monnaies...réeditions de grandes qualitées.
Note donnée au disque :