Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesOOpeth › Morningrise

Opeth › Morningrise

5 titres - 66:06 min

  • 1/ Advent
  • 2/ The night and the silent water
  • 3/ Nectar
  • 4/ Black rose immortal
  • 5/ To bid you farewell

enregistrement

Enregistré en Mars 1996 au Studio Unisound. Produit par Opteh « sous l’œil bienveillant de Dan Swano ». Engineered by Dan Swano.

line up

Mikael Åkerfeldt (electric and acoustic guitars, lead vocals), Johan De Farfalla (electric and acoustic bassguitars, backing vocals), Anders Nordin (drums and percussion, piano), Peter Lindgren (electric and acoustic guitars)

chronique

Styles
metal
metal extrême
Styles personnels
death metal atmosphérique

Après un premier album incontestable, Opeth nous livre donc Morningrise. Le groupe ne déçoit pas. L’album se situe dans la lignée directe de son prédécesseur Orchid, sans tomber jamais dans une impression de redite ou de déjà-vu. Car le groupe explore encore. L’ambiance est plus claire, un peu plus lumineuse. Les mélodies sont sans doute encore plus riches, notamment dans la sophistication des arrangements, elles perdent donc parfois en évidence, mais restent exceptionnelles. La basse est mixée plus en avant encore, et le son très acoustique de Johan de Farfalla sert parfaitement ses lignes extraordinaires. Le groupe sonne encore plus seventies qu’avant, bien qu’il s’agisse toujours de death métal. Très mélodique, très progressif, mais du death metal, lourd et mélancolique, unique en son genre. La formule reste la même : des pièces d’environ un quart d’heure chacune, aux structures très éloignées du système couplet-refrain, et tendant plutôt vers le poème symphonique, une succession de tableaux, de moments. Des riffs toujours aussi incroyables de mélodies, des ponts acoustiques magnifiques, envolées, break instrumentaux, tout est bon, c’est comme dans le cochon… Akerfeld et Lindren sont décidément très inspirés, et quels guitaristes ! La musique d’Opeth fait irrémédiablement penser à la nature, la forêt, les lacs… et la lourde voix caverneuse de Michael Akerfeld la drape d’une dimension onirique vraiment excellente. Quant aux lignes claires, elles sont tout simplement parfaites. La deuxième et dernière galette du Opeth première époque est à avoir absolument, comme la première. Même si le nouvel Opeth est lui aussi un groupe exceptionnel, il y a dans la première période des suédois un style, une couleur, une saveur unique…

note       Publiée le vendredi 25 janvier 2002

partagez 'Morningrise' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Morningrise"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Morningrise".

ajoutez une note sur : "Morningrise"

Note moyenne :        81 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Morningrise".

ajoutez un commentaire sur : "Morningrise"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Morningrise".

stankey › mercredi 12 février 2014 - 16:45  message privé !

Damned, rien que pour 'The night and The Silent Water' ! Quelle ambiance les amis ! Opeth dans toute sa splendeur :)


http://www.youtube.com/watch?v=kD4u3TclUSs
I saw your eyes
Somewhere...

Note donnée au disque :       
Richter › samedi 24 septembre 2011 - 23:02  message privé !

Il fout sacrément les 6 boules en effet...

Note donnée au disque :       
NevrOp4th › samedi 23 avril 2011 - 12:17  message privé !

Le cri d'Akerfeld à la fin de Black Rose Immortal est tout simplement terrifiant. Il fou sacrément les boules.

Note donnée au disque :       
Raven › mercredi 30 décembre 2009 - 03:08  message privé !
avatar

Je crois que ce groupe et moi sommes incompatibles... le nom, déjà : oPETH ; on dirait l'onomatopée d'un gamin qui te piaffe à la gueule avec un prince fourré dans chaque joue.

Note donnée au disque :       
varg › lundi 14 décembre 2009 - 23:23  message privé !

ha ha ha !! com d'or 2009