Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAxess › Chamaeleon

Axess › Chamaeleon

cd • 6 titres

  • 1The Alien9:57
  • 2Desire11:25
  • 3Floating7:44
  • 4Chamaeleon19:44
  • 5The Sirius Mystery9:32
  • 6A Dream Is Always A Dream11:29

line up

Axel Stupplich; Access Virus KC, Novation KS4,Korg Legacy Collection & Z1, Roland MVS, Quasimidi Technox & Waldorf Micro Q

remarques

chronique

Entendre la faune sonore et les effets vocaux de l’intro, les yeux fermés, le lien avec The Alien se fait automatiquement. Une superbe séquence sautillante, dont certaines notes sont désajustées, tournoie avec force et lourdeur. Une discrète pulsation soutient cette séquence, entourée de stries sonores. La pulsation émerge de plus en plus, avec des percussions métalliques feutrées et un synthé qui survole ce mouvement intense et fourni. La batterie martèle un tempo accentué sur une autre séquence mélodieuse qui cascade sur des synthés aux nappes flottantes et aux lignes harmonieuses. Solidement ancré dans son rythme, The Alien bifurque sur un passage plus doux, avant de reprendre sa séquence mouvementée pour finalement s’éteindre dans les stries atmosphériques aux languages extra terrestres. Avec ses pulsations ouatées et ses effets sonores sombres, Desire présente une intro lugubre, à la Redshift. Au loin, des pulsations se font entendre, se rapprochant avec une ligne séquentielle dont les harmonies se collent aux pulsations qui accélèrent leurs cadences. Très mélodieuse, la séquence suit une tangente minimalisme, tournant sur le même cercle, qui s’enrichit de superbes notes serpentines sur des strates violonées, riches et denses. Plus Desire avance, plus l’ajout de sonorité semble modifier son rythme, alors qu’il devient simplement de plus en plus harmonieux. Une superbe subtilité dans les accords qui donnent une profondeur mélodieuse enveloppante. Floating est un étrange maelström stationnaire où les notes et striures synthétiques tournoient autour de ce remous flottant. Si vous avez la chance d’écouter ce titre à haut volume, faites-le. C’est à ce moment que Floating prend toute son ampleur et sa splendeur, avant de nous amener dans les sphères atmosphériques de la pièce titre, avec ses effets sonores qui enrobent des nappes synthétiques flottantes. Le synthé est doux et se déplace avec une lenteur harmonieuse, aux travers de sombres souffles. Une séquence se forme et s’agite à la verticale, échappant des striures synthétiques éparses dans son axe de rotation. Des strates violonées encerclent l’implosion, alors qu’une ligne de percussion tambourine un tempo minimalisme. Un superbe synthé se lance dans une oraison synthétique à clouer la peau sur les murs. Le synthé tourne, vrille, ondule sur des impulsions fluides et contorsionnées. De la haute voltige synthétique qui arrache les poils à la racine. Wow! Tout un mouvement de synthétiseur. Vers la 7ième minute, Chamaeleon verse dans les sphères spatiales où tout est en suspension. Des stries et striures déchirent l’horizon par des particules fuselées, alors qu’un mouvement synthétique se forme sur des souffles aux instincts mélodieux. Une séquence, à l’horizontale cette fois, émerge en tournoyant, filtrant des courtes striures harmonieuses qui suivent le rythme séquentiel. Quelques pulsations plus tard, la séquence modifie son tempo fluide pour se faire harponner par des percussions sèches, genre techno, et un très beau refrain synthétique qui modifie son cours pour reprendre l’audace de ses solos onctueux pour clore Chamaeleon.
Sombre et lourde, l’intro The Sirius Mystery est tout à fait…mystérieuse. Un lent mouvement qui s’agite sur des notes en cascade et des percussions qui marquent un tempo excité. Nerveux, le synthé multiplie les strates aux différentes tonalités qui cernent ce rythme semi techno, ralentit par des strates violonées. En 2ième partie, plus rien ne retient le rythme qui virevolte sans retenu sur des notes et des solos nerveux. A Dream Is Always A Dream termine ce 2ième opus d’Axess sur une note plus intime, plus relaxe. Sur un tempo suave, le synthé pousse des segments mélodieux jusqu’à ce que le rythme tournoie plus librement, augmentant sa cadence sur des strates violonées. Un léger tourbillon, qui devient une merveilleuse ode synthétique où le synthé souffles des harmonies nostalgiques qui nous enveloppe dans la confortable chaleur d’une ballade intemporelle. Une superbe fin, pour un album que l’on voudrait interminable.
J’ai été très impressionné par Chamaeleon qui renferme quelques beaux joyaux. Avec ce 2ième opus solo, Axess démontre que les harmonies, les mélodies peuvent très bien cohabiter avec des mouvements aléatoires aux multiples rebondissements. Un très bel album qui laisse une empreinte sonore instantanément.

note       Publiée le mardi 5 décembre 2006

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Chamaeleon" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Chamaeleon".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Chamaeleon".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Chamaeleon".