Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAtaraxie › Slow transcending agony

Ataraxie › Slow transcending agony

cd • 5 titres

  • 1Step into the gloom
  • 2Funeral hymn
  • 3L'ataraxie
  • 4Slow transcending agony
  • 5Another day of despondency

enregistrement

CCR studios, Aout 2004, par Kris Belaen.

line up

Jonathan (chant, basse), Sylvain (guitare), Fred (guitare), Pierre (batterie)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
doom metal
Styles personnels
doom/death metal

Je me disais quand même, quitte à parler de de doom/death sur G.o.D, autant que ça soit du bon, et qui plus est du français. L'avantage au moins, c'est qu'en terme de doom metal français, le tour est très vite fait. Et plus étonnant encore, malgré sa quasi-inexistence, la "scène" doom française est plus que respectée à l'étranger ! Il faut bien dire qu'avec un album de la trempe de ce "Slow transcending agony", on comprend vite pourqioi Ataraxie a tout de suite mis tout le monde d'accord. Officiant dans un doom/death assez radical (la balance entre death et doom est ici très équilibrée), Ataraxie boxe dans la catégorie "lourd et implacable", déjà occupée par des groupes comme Evoken, ou plus récemment par Deinonychus (l'album "Insomnia") ou Indesinence... Porté par une production absolument colossale, bien qu'à mon sens un peu trop porté sur "le gros son" et moins sur l'atmosphère, les Rouennais proposent quatres compos à la fois homogènes et variées. J'entend par là que l'album s'écoute d'une traite sans réelles surprises (sauf peut-être ce superbe passage désespéré sur "L'ataraxie" ou Marquis hurle à en mourrir), mais qu'à aucun moment l'ennui ne viendra nous guetter, chaque riff s'enchaînant parfaitement au suivant, et les répétitions n'étant pas abusives, écueil bien trop courant dans le style. La grande force de cet album est clairement son côté monolithique et écrasant, l'intro "Step into the gloom" en étant un parfait exemple : accord lachés, lead inquiétante, une batterie qui hésite, puis qui frappe avec force, voici une superbe entrée en matière dans le monde du doom extrême. Niveau compos, comme j'ai pu le dire plus haut, Ataraxie n'hésite pas à caler des passages typiquements death (double pédale, blasts, rythmiques death old school) histoire d'aérer ses morceaux tout en asphyxiant un peu plus l'auditeur. Pourtant il faut bien avouer que leur efficacité se révèle discutable. A de rares exceptions près (notamment le final en blast de "Another day of despondency"), ces accélérations s'écoutent bien mais l'effet escompté pourrait être encore décuplé avec une meilleure inspiration à mon goût. Et c'est donc avec joie que le groupe ralentit à nouveau vers quelque chose de beaucoup plus classique dans le style. L'ambiance dégagée se montre ainsi très souffrée et souffrante, voire même oppressante, avec ces mélodies très inspirées (en double-leads ou en sons clairs) pour apporter un peu de lumière et le chant de Marquis absolument surpuissant (pour peu que l'on ne fasse pas attention aux textes héhé...). Bref, voilà bien un disque de doom/death complètement professionnel, riche, inspiré, et qui malgré parfois quelques longueurs ou mélodies qu'on aurait aimé plus poussées ("Slow transcending agony"), nous prouve ne serait-ce qu'avec l'immense morceau de bravoure qu'est "another day of despondency" qu'Ataraxie s'est déjà imposé comme le chef de file du doom français, et plus encore un fier ambassadeur sur le plan international.

note       Publiée le mardi 5 décembre 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Slow transcending agony".

notes

Note moyenne        15 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Slow transcending agony".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Slow transcending agony".

born to gulo › lundi 14 juin 2010 - 18:58  message privé !

celui-ci, je peux pas ; en revanche, le suivant ...

ericbaisons › lundi 14 juin 2010 - 18:45  message privé !

oueeeeeeepppppppppp. J'ai un souvenir mortel d'eux et d'Esoteric en live

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › lundi 14 juin 2010 - 18:42  message privé !
avatar

Jamais écouté le skeud, mais mortel en live

Note donnée au disque :       
ericbaisons › lundi 14 juin 2010 - 17:22  message privé !

Un bien bel abject

Note donnée au disque :       
Horn Abboth › samedi 18 avril 2009 - 15:08  message privé !

Rien que pour "L'Ataraxie" ce disque vaut le détour.

Note donnée au disque :