Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRogue Element › Premonition

Rogue Element › Premonition

4 titres - 67:57 min

  • 1 Beyond Cerberus (15:07)
  • 2 Tropospheric Propogation (17:32)
  • 3 Rainbow Runner (17:23)
  • 4 Falls The Shadow (17:48)

enregistrement

Enregistré au Radial Velocity Studio en Angleterre, entre Octobre 2002 et Décembre 2003

line up

Jerome Ramsey & Brendan Pollard: Synthé, mellotron et séquenceur analogues Pour une liste plus complète (Plus de 30 instruments) visitez cette page web : http://www.rogue-element.uk.com/band.htm

remarques

Pour télécharger et entendre des échantillons sonores : http://www.rogue-element.uk.com/

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique berlin school

Rogue Element est un duo Anglais formé par Jerome Ramsey et Brendan Pollard, deux musiciens qui s’inspirent des années Rubycon de Tangerine Dream, pour nous offrir un superbe opus. Sans détour, et avec fierté, le duo admet vouloir continuer à exploiter ses sonorités magiques qui en ont hypnotisés plus d’un dans les années cathédrales. Les grosses années au gros moog et mellotron qui ont inspirés craintes et charmes, selon les états. Premonition est sans aucun doute ce qui s’est fait de plus près de ces sonorités. Un album qui, malgré les écarts du temps, est aussi enchanteur que Rubycon et Phaedra. Un signe comme quoi la MÉ est effectivement un art intemporel. Des cloches angélus sonnent par un matin venteux. Beyond Cerberus pousse un lourd vent traînant des tonnerres métalliques sur d’étranges vibrations et des violons égarés. Les stries, les strates survolent une ambiance menaçante qui s’apaise avec l’arrivée de rayons de soleils en la présence d’un mellotron flûté, comme à la belle époque de Phaedra. Mélodieux et calme, il se promène dans cette ambiance lugubre, soufflant un air serein, en contraste avec l’atmosphère austère qui y régnait. Mellotron aux chœurs anciens, flottant sur une colline d’où le vent ramène l’écho des sonorités hostiles, pulsations grondantes, voix humanoïdes et des percussions volages. Un univers sombre et ténébreux d’où de somptueux solos de synthé spectraux flottent et croise une séquence qui martèle une impulsion spiralée en mode hypnotique. Une autre séquence habille le mouvement, qui s’entrecroise dans un labyrinthe harmonieux, avec un gracieux mellotron qui s’éteint doucement dans les vapes atmosphériques, aux multiples effets vocaux, à la Rubycon. Troposphérique Propogation nous transporte sur les bords d’un étang virtuel, avec toute la sonorité qui habite ce monde nocturne. L’intro flotte sur des segments mélodieux d’un piano solitaire qui parfument l’air, entourés de chants d’oiseux. À l’orée de la forêt, une flûte nous enchante sur de suave accords, sans jamais trop élaborée, agaçant nos oreilles. Une étrange onde sonore parcours le sol, lorsque qu’une ligne spiralée étend son voile sombre sur des pulsations séquencées. Troposphérique Propogation devient une étrange danse arabesque aux séquences polyrythmique sur des synthés lascifs aux sonorités tant spectrales que symphoniques. Les chœurs et les souffles fantomatiques mellotronnés insufflent des passages ténébreux aux multiples effets sonores obscurs. Un titre sombre et noir. D’étranges percussions font écho, sur un synthé bourdonnant, donnant l’impression d’entendre les tonnerres des feux d’artifices. Sur la réverbération du synthé, une douce flûte trace la 1ière portion de Rainbow Runner, parmi une foulée d’effets sonores aux mille petites explosions. Un chapelet de notes synthétiques miroite dans des souffles obscurs, initiant une séquence rotative aux percussions volages et tintantes. Une douce impulsion nourrie par des chœurs et des souffles mellotronnés rêches, qui voyagent sur un synthé fluide et une autre séquence qui approfondie la structure musicale. Cette douce séquence glisse sur un passage atmosphérique aux voix et aux synthés aussi noirs que l’ébène, avant de reprendre la route séquentielle plus animée, plus sombre et enveloppante de la 2ième partie. Une orgue se fait entendre, couvrant les souffles métalliques, les clapotis d’eau et chants d’oiseaux. La douce flûte rêveuse revient hantée notre nostalgie, sur une ligne sombre et flottante. Falls The Shadow est un autre titre aux séquences tournoyantes qui s’entrecroisent, modifiant leurs tonalités sur de lourds mellotrons. Une succulente guitare perce les chœurs sombres avec ses riffs lourds alors que les synthés soulèvent les sonorités symphoniques des années 70 sur des effets sonores qui nous ramènent à l’époque de Rubycon. Un autre excellent titre. Tout! Absolument tout y est. Les sonorités, les atmosphères et les compositions aux structures complexes et progressives. Excellent est le mot qui me vient le plus souvent à l’esprit pour décrire ce merveilleux opus. Avec Premonition, Rogue Element nous fait revivre cette chaleur des années analogues, sans une once de poussière d’âge. Un album fantastique qui ne peut que qu’attiser la faim pour un suivant. Un pur chef d’œuvre qui résistera à l’usure du temps.

note       Publiée le mercredi 29 novembre 2006

partagez 'Premonition' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Premonition"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Premonition".

ajoutez une note sur : "Premonition"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Premonition".

ajoutez un commentaire sur : "Premonition"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Premonition".

ForceMajeure › lundi 4 décembre 2006 - 11:41  message privé !
Merci pour les conseils : Premonition va faire partie de ma liste d'achat... ;o)
Phaedream › jeudi 30 novembre 2006 - 16:25  message privé !
avatar
Bonjour FM, selon moi Premonition est dans une classe à part. J'ajoute la chronique de Brendan Pollard aujourd'hui. Expansion a plus de mouvements atmosphériques psychédéliques que Premonition. Je le quote comme étant pas loin d'un chef d'oeuvre. Mais Premonition est un must pour tous fans de TD des années 70...
Note donnée au disque :       
ForceMajeure › jeudi 30 novembre 2006 - 12:05  message privé !
Je ne connais pas Premonition, mais l'album solo de Brendan Pollard Expansion (style TD 74/75 en un peu plus sombre) qui est pas mal sans être un chef d'eouvre. Mais peut être que Premonition est meilleur ????