Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeep Purple › Shades of Deep Purple

Deep Purple › Shades of Deep Purple

8 titres - 43:34 min

  • 1/ And the address (Blackmore/Lord) 4.32
  • 2/ Hush (Joe South) 4.21
  • 3/ One more rainy day (Lord/Evans) 3.15
  • 4/ Happyness/I'm So Glad 7.16
  • 5/ Mandrake root (Blackmore/Evans/Lord) 6.02
  • 6/ Help (Lennon/McCartney) 5.54
  • 7/ Love help me (Blackmore/Evans) 3.44
  • 8/ Hey Joe (Deep Purple) 7.21

enregistrement

Enregistré le Week-End du 11 et 12 Mai 68 aux studios Pye, ATV House, Great Cumberland Place, Londres Produit par Derek Lawrence

line up

Ritchie Blackmore (guitares), Rod Evans (chant), Jon Lord (orgue, backing vocals), Ian Paice (batterie), Nick Simper (basse, backing vocals)

remarques

la réédition de 2000 comporte les bonus suivants : 9. Shadows (Lord/Evans/Simper/Blackmore) 3.38 10. Love help me (Blackmore/Evans) 3.29 11. Help (Lennon/McCartney) 5.23 12. Hey Joe (Roberts) 4.05 13. Hush (South) 3.53 ; ce qui porte la durée de l'album à 60:04

chronique

Styles
rock
Styles personnels
psychédélique > vanilla fudge

Aujourd'hui je vais vous parler d'un petit groupe de rock psychédélique anglais obscur, Deep Purple. Comment ça vous les connaissez ? Comment ça vous n'êtes pas dupe ? Comment ça vous vous doutez que c'est un coup fumeux du Webmaster qui se cache derrière tout ça ? Ok, on ne peut rien vous cacher : Deep Purple arrive sur Guts. Voilà, c'est dit. Mais avant d'attaquer les choses sérieuses avec le gros pavé notoire que constitue "In Rock", parlons si vous le voulez bien des 4 premiers albums. "Comment ? On m'aurai menti ?" diront certains lecteurs. Rassurez vous, moi aussi je suis resté sur le cul quand j'ai appris un beau jour que Deep Purple avait été un des (très) nombreux groupes de psyché anglais à suivre la voie tracée par Hendrix et les Beatles en 1967... Un groupe de garage "à l'anglaise" obscur, donc, dont le premier album, que voici, est sorti en Juillet 68. Ce qui rend Deep Purple plus ancien que Led Zeppelin, vous ne rêvez pas ! Soudain, tout s'explique. Bienvenue dans la discographie de Deep Purple Mark I ! Richie Blackmore était à l'époque un dandy fou de guitare comme il en pleuvait dans le swingin' London, mercenaire des studios (musicos de session, quoi) tout comme son rival Jimmy Page... D'ailleurs il devait sérieusement le jalouser quand il entra dans les Yardbirds, qui étaient un peu le Rat Pack des gratteux de l'époque. Si t'étais pas dedans, soit t'étais Jimi Hendrix, soit t'étais out. Bref, Ritchie, dont la mamie avait pour chanson favorite "Deep Purple" , un standard des années 30 (ça peut paraitre anodin mais vous allez voir, c'est capital pour la suite, si si), décida de monter son propre groupe avec Ian Paice à la batterie (le seul qui n'ait jamais quitté le groupe), Nick Simper à la basse et un certain Rod Evans au chant. Un mec qui visiblement chinait au crooner, avec des intonations proches de Tony Sheridan, le premier chanteur des Beatles... Sans oublier le lourd de la bande : Jon Lord, le claviériste-virtuose... Que des fortes personnalités, en fait. Et ça s'entend. Tous veulent s'arroger la plus grosse part du gâteau. Du coup c'est le groupe qui perd en personnalité : Evans s'égosille commue un beau diable, Paice carbure au café, Blackmore en fait des tonnes dès le départ, quant à Jon Lord... C'est bien simple, je connais peu de groupes de l'époque qui laissaient à ce point leur organiste s'éclater sur leurs chansons. Ray Manzarek est un grand timide à coté ! Avant même la sortie de ce premier album enregistré en Mai 68 (!) en 18 heures de studio seulement, les Deep Purple étaient déjà connus du public américain grace à une reprise de Joe South : "Hush". Une chanson de pop psyché regroupant tous les gimmicks de l'époque, avec des choeurs similaires à ceux de Lennon dans "A Day In The Life", qu'on retrouve également dans le premier morceau du disque. Aux USA, ce fut la 4eme place au Billboard, mais en europe... Le blackout. Jusqu'à ce que Kula Shaker reprenne le titre note pour note dans les années 90 (Ce qui fit scandale, pfff), mais c'est une autre histoire. Pour l'instant nous voilà face à un disque assez symptomatique de la folie de l'époque, qui aurait gagné à être plus travaillé... La moitié des titres sont des reprises, quand ce ne sont pas des pastiches. On n'échappe pas au cliché du morceau psyché de 7 minutes, une hum... reprise du I'm So Glad de Skip James, vieux bluesman du Mississipi (en gros Rod Evans répète "I'm so glad" pendant 7 minutes sur une jam bordélique). Autre cliché : les reprises de thèmes classiques à la Vanilla Fudge. Ici, on a droit à "La danse de miller" en intro de la reprise de Hey Joe, plutôt bien foutue si l'on a supporté les giclées d'orgue lourdingue pendant 2 minutes. "Shadows", la meilleure chanson de ces sessions, au riff préhistorique, n'était même pas présente sur le disque et se retrouve ici dans les bonus tracks ! Ce manque d'assurance du groupe n'est pas difficile à expliquer : tout le monde voulait imiter la frénésie des Beatles en studio... et donc tout le monde enregistrait sans forcément avoir accumulé assez d'expérience. Blackmore, lui, avait bien quelques cachetons derrière lui pour quelques singles sous l'égide de Joe Meek (nettement plus fou que Phil Spector), mais pour les autres, c'était le baptême du feu (le groupe a d'ailleurs failli s'appeler Fire)... Gageons que la route sera longue, mais patience, le hard rock en est encore au stade de prototype, nos jeunes loups ont encore le temps de se faire les dents avant de le breveter, 2 ans plus tard. Vous trouvez ma chronique longue et pompeuse ? Moi aussi... Mais finalement, c'est aussi le cas de ce disque, donc...

note       Publiée le mercredi 29 novembre 2006

partagez 'Shades of Deep Purple' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Shades of Deep Purple"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Shades of Deep Purple".

ajoutez une note sur : "Shades of Deep Purple"

Note moyenne :        15 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Shades of Deep Purple".

ajoutez un commentaire sur : "Shades of Deep Purple"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Shades of Deep Purple".

Ramon › lundi 21 octobre 2013 - 11:41  message privé !

J'adoooorrreeee: le côté "swinging London je kiffe à donf, le côté psyché me ramène en enfance ou ailleurs dans une fracture du continuum Espace/Temps...Au fait Lord non plus n'était pas un perdreau de l'année (cf Artwoods).

Note donnée au disque :       
taliesin › mercredi 16 janvier 2013 - 16:24  message privé !

Long et pompeux ? Que nenni pour ma part ! Bon, ce n'est sans doute pas une pierre angulaire du 'classic rock', mais cela reste un bon album !

Note donnée au disque :       
Aiwass › lundi 19 mars 2007 - 04:16  message privé !
Ne t'inquiète pas Lord Max, la période suivante sera chroniquée par Chris.
Note donnée au disque :       
Lord Max › lundi 19 mars 2007 - 00:17  message privé !
J'aime bien aussi cette période de DP mais bon, le meilleur vient plus tard :cp
Note donnée au disque :       
Nokturnus › dimanche 18 mars 2007 - 23:55  message privé !
avatar
Roh, c'est facile, ce sera Marco ! :)