Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNeuronium › Hydro

Neuronium › Hydro

6 titres - 49:52 min

  • HYDRO 1 “elementum” 14:25
  • HYDRO 2 “regina maris” 2:55
  • HYDRO 3 “pax” 3:25
  • HYDRO 4 “profundus” 21:11
  • HYDRO 5 “fluctus” 5:03
  • HYDRO 6 “matrix maris” 2:53

line up

Michel Huygen : Keyboards, synthétiseurs et FX

remarques

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique ambiant

Je me laisse toujours prendre par la musique de Michel Huygen. Il y a une telle sensibilité, que ce soit séquencée ou pas, derrière ses aventures musicales, que c’est un peu difficile d’y résister. Sur Hydro, le virtuose Espagnol nous en met plein les oreilles. Évitant les facilités techniques et cherchant à mieux cerner son sujet, Huygen travaille ses sonorités synthétiques, et réussi à faire chanter son synthé, à le faire osciller aux bruits des ondes marines. Une expérience musicale hors du commun.
En harmonie avec la lourdeur passive de l’eau, Elementum flotte sur un synthé serein, aux divinités naturelles de l’eau. Le vent, filtré par des coquillages géants, sillonne ce doux mouvement, entouré d’éléments naturels tellement tangibles que l’on s’y croirait. Des chants de sirènes ondoient de pureté virginale sur des chœurs aux octaves chastes et émotives. Des harpes, une turbulence, le mouvement s’agite. La mer vie, nous entraînant dans ses sillons striés d’un synthé harmonieux qui nous charme avec une soyeuse sérénade au rythme d’une samba féerique. Le vent, perçant les plus petits orifices des coquillages, flûte une superbe mélodie qui s’étend jusqu’à la majestueuse Regina Maris. Une sublime voix émerge des carillons. Une voix puissante et ensorcelante, comme si la reine des sirènes nous interpellaient. Et nous suivons, car Pax nous entraîne sur un autre sillage harmonieux où une flûte berce nos sens et nous amène au subliminal Profundus, la plus longue pièce sur Hydro. Un titre à l’orée des ondulations poussées par un synthé dont les impulsions épousent les dérivations d’une eau vive qui serpente les caprices de la nature. Un titre planant, nourri d’effets sonores d’une rare beauté et d’une étrange justesse dans l’approche des éléments. Par endroit, la quiétude est tellement dense qu’on se laisse dériver par les délicates strates violonées qui soufflent sur les cordes d’une harpe stationnaire, ouvrant les portes à un imaginaire encore plus bleu que la pochette d’Hydro. Le doux synthé de Fluctus est plus insistant et souffle des couches stationnaires qui se déplacent en moulantes mélodies. Des bourrasques dérangent sa quiétude ascension avec des notes cristallines qui tournoient dans un univers placide. Bref moments d’averses sonores où Fluctus retrouve l’innocence de ses premiers souffles pour nous amener à la superbe Matrix Maris, sœur de Regina dont la voix est tout autant divinement mélodieuse. Ainsi se termine Hydro, 29ième album de Neuronium.
Une merveilleuse histoire d’eau, commandée par la plus grande station balnéaire en Europe; Caldea à Andorre, petit pays des Pyrénées centrales, pour des bains relaxants Un très bel album qui est devenu un des plus gros vendeurs de musique électronique ambiante. Plus de 150 000 copies vendues, Hydro a remporté le Grand Prix de la musique en Espagne, en 2001. Et, des que vos oreilles entendront les premiers souffles doucereux de Elementum, vous comprendrez pourquoi. Pour amateur de belle musique, créée de l’invention technique de Michel Huygen.

note       Publiée le mercredi 22 novembre 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Hydro".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hydro".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hydro".