Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesJJean-Michel Jarre › Rendez-Vous

Jean-Michel Jarre › Rendez-Vous

6 titres - 33:05 min

  • Premier Rendez-Vous| 2:54
  • Deuxième Rendez-Vous| 10:55
  • - Part 1
  • - Part 2
  • - Part 3
  • - Part 4
  • Troisième Rendez-Vous| 3:31
  • Quatrième Rendez-Vous | 3:57
  • Cinquième Rendez-Vous| 7:41
  • - Part 1
  • - Part 2
  • - Part 3
  • Dernier Rendez-Vous| 6:04

line up

Jean-Michel Jarre: Seiko DS 250, Synthex, Moog, Roland JX 8P, Fairlight CMI, E-mu Emulator II, Eminent, EMS Synthi AKS, Harpe Laser, RMI, OBX, DX 100, Matrisequencer, Roland TR-808, Lynn 9000, Prophet, Casio CZ 5000, ARP 2600 Michel Geiss: ARP 2600, Eminent, Matrisequencer, Roland TR-808 Dominique Perner: Memory Moog Joe Hammer: Drumulator, percussions David Jarre: Baby Korg personal keyboard Pierre Gossez: Saxophone sur Last Rendez-Vous

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique progressive

Après l’incroyable Zoolook, Jarre fait un pas en arrière pour revenir à un style analogue sur du digital. Si à cette époque, l’effet à fait bœuf, il n’en demeure pas moins que c’est un album qui a souffert de l’érosion du temps. Comme quoi l’analogue ne se falsifie pas. Rendez Vous est un titre très court, à peine 35 minutes, où les atmosphères ambiantes circulent sur des rythmes animés par des collages évocateurs et historiques ainsi que des arrangements orchestraux qui en ont déboussolés plus d’un. Des pulsations vaporeuses initient les souffles du premier Rendez-Vous. Des notes flottent avec une discrète harmonie sur un mouvement atonique. Des strates synthétisées s’entrecroisent à des nappes de mellotron aux essences violonées, oscillant et se berçant dans un néant glacial avec toute la sérénité placide d’un sombre cosmos. Ce 1ier Rendez Vous n’est qu’une mise en scène pour introduire la pièce épique de Rendez-vous, Deuxième Rendez-Vous où des synthés aux sirènes rotatives et aigues secouent cette froide mer de tranquillité spatiale. Une 2ième ligne identique prend forme et concoure à ce mouvement bicéphale riche qui progresse avec lourdeur sur de bons arrangements orchestraux et d’intenses chœurs juvéniles, ajoutant une dimension austère à une musique pourtant explosive. Aux antipodes de son art, Jarre fait virevolter ses synthés parmi des effets sonores analogues qui décoraient les ambiances cosmiques de ses 3 premiers albums et à travers de furieux solos, des couloirs musicaux aux identités impaires et sa fameuse harpe laser qui se mesure à la vétusté des cordes de violons. C’est tout un moment qui marque encore l’histoire de la MÉ contemporaine et classique sous la plume de Jarre. Vers la 8ième minute le mouvement pulse avec des réverbérations bourdonnantes, se dodelinant sur la séquence qui initiait la fureur de ce Deuxième Rendez-Vous. Ce titre était de la dynamite compressée et un classique de plus aux coffres de JMJ. Troisième Rendez-Vous marque l’isolement de la harpe laser dont les lentes notes soupirent auprès des chœurs cosmiques et des percussions aux froissements métalliques qui se perdent dans les résonnances d’un fond marin. Court et planant il précède l’hymne électronique de cet été, Quatrième Rendez-Vous. De lointains effets sonores aux tonalités de criquets éructant se rapprochent sur des percussions aux fines sonorités de crotales. Leurs claquements d’acier soutiennent un rythme légèrement pulsatif, guidant l’accrochante structure rythmique de Quatrième Rendez-Vous dans un concert de synthés dont le candide tourne en boucles dans nos souvenirs. C’est bon! Que c’est bon et entraînant. Qu’on soit d’accord ou pas, Quatrième Rendez-Vous a marqué le marché mondial avec ce mélange incestueux des rythmes et refrains bonbons, naïfs et innocents, teintés par un étonnant jeu de percussions et de superbes effets sonores. C’est un titre dont on ne compte plus les remixes et reprises et qui s’inscrit dans les grands classiques de Jarre, au même titre qu’Oxygene IV. Cinquième Rendez-Vous est un étrange carrousel de sonorités éclectiques où chœurs névrosés et hymnes à moitié complètes tournoient dans un beau collage et échantillonnage provenant d’un des premiers disques de Jarre, Musique pour Supermarché. C’est aussi attrayant que beau et ça démontre tout l’ingéniosité du synthésiste Français à façonner des mélodies et rythmes fragmentés dans des structures qui semblent improvisées. Dernier Rendez-Vous est un titre qui devait marquer l’histoire et qui l’a marqué mais d’une toute autre façon. Dédié à l’astronaute Ronald McNair, il devait être la première pièce musicale à être enregistrée entre l’espace et la terre. Malencontreusement la navette Challenger explosait au départ, reléguant cet ambition projet aux calendes grecques. C’est un beau titre touchant, imprégné d’une douce et amère mélancolie dont le doux rythme pulse sur les battements de la vie et un suave saxophone soufflant une belle mélodie enrobée d’un synthé aux couches effacées. Le problème de Rendez Vous est qu’il est paru après Zoolook. Le contraste est frappant et la régression évidente. Il n’est pas mauvais comme tel, c’est une question de timing. Car après Zoolook, Rendez Vous semble anémique et atonique alors qu’il en est tout autre. Un bon album qui n’a pu malheureusement résister à l’emprise des âges. Dommage car il est le grand oublié de la carrière de Jean Michel Jarre.

note       Publiée le samedi 18 novembre 2006

partagez 'Rendez-Vous' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Rendez-Vous"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Rendez-Vous".

ajoutez une note sur : "Rendez-Vous"

Note moyenne :        21 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Rendez-Vous".

ajoutez un commentaire sur : "Rendez-Vous"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Rendez-Vous".

Amarok › lundi 5 août 2019 - 10:08  message privé !

C'est par cet album que j'ai découvert JMJ, qui a été mon premier artiste "marquant" mais je rejoins Phaedram sur le coup de vieux qu'a pris cet album. Point d'orgue de sa période grandiloquente, empreinte d'une loudeur et d'une style un peu ampoulé auquel il ne nous avait pas encore habitué (Oxygène ou même l'excellent Ethnicolor de son album précédent). Un petit côté "Jean-Baptiste Lully", qui fait son effet mais deviens pataud sur la distance.

A noter que c'est l'album du re-use: Rendez-vous 2 et 3 sont des reprises de chansons écrites pour Gerard Lenorman Rendez-vous 5 reprend un passage de Musiques pour Supermarchés (pas terrible, ce dernier album que j'avais eu un mal fou à me procurer)

Au final, je le réécoute avec plaisir, une de mes probables madeleines de Proust mais je reconnais qu'il est très loin de Oxygène

Note donnée au disque :       
Ramon › mardi 23 juillet 2013 - 14:36  message privé !

JM Jarre? de la musique pour événements pyrotechniques, plus sophistiquée que celle pour les ascenseurs donc.

Note donnée au disque :       
nowyouknow › samedi 24 décembre 2011 - 13:21  message privé !

j'ai du mal à comprendre qu'on aime oxygene et pas equinoxe. et puis y'a zoolook et les 18 minutes des chants magnétiques 1 c'est quelque chose aussi.

Note donnée au disque :       
SEN › samedi 24 décembre 2011 - 09:49  message privé !

A part OXYGENE, Jarre c'est vraiment abominable ! Le melon qu'il se pète en plus ! Vangelis est déjà un peu plus fréquentable, mais de là à le nommer plus grand musicien de ME, ça fait sourire quand même !

Note donnée au disque :       
nowyouknow › vendredi 23 décembre 2011 - 16:11  message privé !

j'ai écouté l'apocalypse des animaux recemment, non seulement ca tue mais y'a des trucs completement ambient alors que ca date de 73, j'avais cru comprendre que eno avait inventé le genre quelques années plus tard ca m'a surpris.. fin bref j'en rajoute encore mais du vangelis ca serait cool.

Note donnée au disque :