Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSpiritual Front › Armageddon gigolo'

Spiritual Front › Armageddon gigolo'

  • 2006 - Trisol, TRI 272 CD (1 cd digipack)

11 titres - 46:31 min

  • 1/Slave
  • 2/Bastard angel
  • 3/Walk the (dead)line
  • 4/The shining circle
  • 5/My kingdom for a horse
  • 6/Jesus died in Las vegas
  • 7/Cruisin'
  • 8/Love through vaseline
  • 9/Ragged bed
  • 10/No kisses on the mouth
  • 11/Redemption or myself

enregistrement

Enregistré par Spiritual Front, Italie, 2005-2006.

line up

Simone "Hellvis" Salvatori (chant, guitare), Piergiorgio Ambrosi (piano, claviers), Andrea Freda (batterie), Giorgio Maria Condemi (guitare électrique) ; guests : Alessandra Sammali & Cristiana Vignatelli (choeurs), Matt Howden (violon, choeurs), Fabio Colucci (basse, claviers, boucles, percussions), Luca Pinini (violoncelle), Roberto Bellatalla (double-basse), David Bursack, Pierluigi Pietroniro & Sonia Frattini (violon).

remarques

CD digipack 3 volets+livret 16 pages. Titres en écoute sur http://www.myspace.com/spiritualfrontsuicidepop

chronique

Styles
blues
folk
pop
rock
Styles personnels
"dark"-folk pop de grande classe

Alors qu'on en vient très souvent à se plaindre de l'immobilisme de la scène dites dark-folk/neofolk (choisissez votre camp) de plus en plus oublieuse d'un savoir-faire minimum et de passion, il arrive parfois quelques petits miracles. Le nouvel album de Spiritual Front en est un très beau car il transcende non seulement le style du groupe lui-même mais surtout le détache d'une filiation trop facile à une scène obscure pour en faire un outsider de poids dans la catégorie des musiques pop-folk. L'essentiel tiens à un "songwriting" exceptionnel qui célèbre la mélodie, les arrangements délicats et bluffant (les cordes sont ici sublimes) et le charisme d'un chanteur qui semble avoir trouvé une voix/voie royale. Loin de ses marmonnement graves d'antan, Simone Salvatori mène sa barque de main de maître et délivre une performance touchante et encore plus impressionnante que l'aperçu qu'il nous en donnait l'an dernier sur le split avec Ordo Rosarius Equilibrio. Un registre qui s'étend de celui du crooner façon Nick Cave ("Jesus died in Las Vegas") au chanteur vicieux et allumeur ("Cruisin'"). La folk de Spiritual Front se pare d'atours dont l'éclat des paillettes se confronte à la solennité, la mélancolie (le magnifique "My kingdom for a horse", le Chris Isaak "I walk the (dead)line") et l'ambiance d'une taverne où putes de luxe et bâtards de tous poils viennent chercher oubli et rédemption le temps de quelques chansons ("Slave", "Love through vaseline"). "Armageddon gigolo'" ou la rencontre de Nick Cave, Scott walker et Sixteen Horsepower pour une "jam session" inédite. Et pour couronner le tout, une osmose parfaite entre les participants, emportés et inspirés. Un disque pop parfait, émouvant et tout simplement magnifique. En espérant qu'il ne faudra pas attendre dix ans pour que l'on s'en rende compte...

note       Publiée le samedi 18 novembre 2006

partagez 'Armageddon gigolo'' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Armageddon gigolo'"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Armageddon gigolo'".

ajoutez une note sur : "Armageddon gigolo'"

Note moyenne :        27 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Armageddon gigolo'".

ajoutez un commentaire sur : "Armageddon gigolo'"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Armageddon gigolo'".

Dioneo › samedi 13 janvier 2018 - 18:28  message privé !
avatar

Tiens, marrant... À la réécoute (ça faisait un bail), certains passages de ce disque me font penser, plus qu'à n'importe quel groupe néofolk, au... New Model Army période Thunder and Consolation. C'est sûr que "philosophiquement" les deux groupes sont carrément à l'opposée - Justin Sullivan/New Model Army sont des puritains (quasi-littéralement si on se réfère à l'origine crowllienne de leur nom, même) qui chantaient "y'a que les cons pour devenir junkie", Simone Salvadori et Spiritual Front ne jurent que par la dope, l'excès et la perdition, mais... Musicalement, le côté très "folk fait par des punk/goths" de certains morceaux de ce Gigolo de l'Apocalypse me fait direct penser à des trucs genre Vagabonds (sur ledit Thunder...). À part ça j'avais pas noté, tiens. Je le fais maintenant... Bon album, malgré ou avec les traits évoqués quelque part par Wotz ("trop de piercings et de tatouages...", de mémoire - perso ça n'entraîne pas chez moi de "pas assez de...", pour ce disque en tout cas) ; et malgré que je peux trouver ce disque un peu excessivement révéré (l'effet "grand bol d'air frais" me paraît pas mal influencé par un truc "de milieu", on va dire, l'écart d'imagination et de qualité du truc avec "le gros du néofolk" venant à mon avis aussi pas mal de l'essoufflement général et pas tout à fait datant d'hier, de la lassitude face à la pléthore de disques du genre sortis depuis des années, qui se contentent souvent de faire du sous-DIJ, du sous-Current, du sous-Nature & Orga... Impression perso de mec pas trop immergé dans le truc, hein, rien de plus).

Note donnée au disque :       
allobroge › jeudi 23 janvier 2014 - 23:17  message privé !

Rotten roma casino est superbe aussi effectivement et le nouveau vient de sortir !

DR.Jkl › jeudi 23 juin 2011 - 10:28  message privé !

La grande classe. Le suivant est très bien aussi, et se vautre encore plus allègrement dans la pop baveuse.

Note donnée au disque :       
julius_manes › jeudi 10 février 2011 - 11:18  message privé !

Une chronique assez juste pour cet album "d'italo-erotico-folk" (Berlusconi-folk ?), qui dégage un certain charme et une certaine poésie avec la belle voix de crooner de Simone SALVATORI. A noter les 2 perles que sont "Slave" & "Jesus died in LAS VEGAS" pour une fin d'album un peu moins inspirée... 4,5/6
Pour les (chanceux?) parisiens, ils seront en concert là-bas au mois d'Avril.

Note donnée au disque :       
ericbaisons › lundi 17 mai 2010 - 09:59  message privé !

Pour tout le reste, il y a Mastercard...