Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSpk › Auto da fé

Spk › Auto da fé

11 titres - 55:16 min

  • 1/Contact
  • 2/Germanik
  • 3/Mekano
  • 4/Retard
  • 5/Slogun
  • 6/Metal field
  • 7/Walking on dead steps
  • 8/A heart that breaks (in no time or place)
  • 9/Another dark age
  • 10/Twilight of idols
  • 11/Culturecide

enregistrement

Enregistré par SPK, Sidney, Australie, 1978-1982.

line up

Pseudonymes variables selon les périodes.

remarques

Edité sous le nom SepPuKu. Il existe un premier pressage vinyle de 1000 ex avec une pochette non avalisée par le groupe. Le second pressage contient une carte postale avec la track-list.
Edition CD supervisée par Lustmord. Comprend le ep "Dekompositiones" en bonus (titres 9-11).

chronique

Styles
ambient
indus
Styles personnels
post-punk industriel

Trois albums au compteur, mais une tripotée de eps et autres cassettes pour SPK. D'où l'idée de les réunir sur un seul support, d'autant plus que les compositions de "Auto da fé" sont certainements les plus musicales de la première époque du collectif australien. Si les sujets restent toujours aussi éloquents (manipulations, expériences médicales atroces, discours anarchiste), "Auto da fé" est plus qu'un manifeste de l'industriel pur et englobe la vague post-punk, embrassant une dynamique rythmique à la fois tribale et brute à laquelle on pourrait comparer la no-wave américaine et les Swans en tête de file. Il n'y a qu'à écouter "Germanik" et son chant speedé et furieux, ses boucles bruitistes "in your face" ou encore le brûlot quasi rituel "Culturecide" (quel titres mes enfants !) pour rapprocher cette folie à celle d'un Einstürzende Neubauten (à leur tour bien évidemment sensibles à l'approche de SPK). De même comment résister aux "tubes" dansants que sont le punk "Mekano" ou encore " A heart that breaks" et "Metal field" à l'aise dans un registre electro (hé oui !) aux atmosphères certes 80s mais qui dévoilent une face plus "posée" de ce projet décidémment protéiforme. Avec "Slogun" on retrouve le SPK jusqu'au-boutiste, préfigurant ici la mouvance power-electronics representée par la suite par Grey Wolves, Genocide Organ ou Brighter Death Now. Les australiens se paient même le luxe d'offrir avec "Twilight of idols" un de leur tous meilleurs titres, atmosphérique et envoûtant à souhaits. Bien plus qu'une collection de raretés, "Auto da fé" se révèle un véritable album, intègre et témoin d'une facette du groupe plus nuancée musicalement mais toujours aussi intense et unique. Un album essentiel à toute discothèque, industrielle ou non. Du grand art, point.

note       Publiée le vendredi 17 novembre 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Auto da fé".

notes

Note moyenne        21 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Auto da fé".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Auto da fé".

novy_9 › samedi 13 juillet 2013 - 10:47  message privé !

LA face electro c'est la meilleure !!! et le tube qui suivra un régal ! METAL DANCE ! Quelqu'un a t'il remarqué que la mélodie de Metal Dance et la même que "Flesh" de A Split Second leur tube ? "Digitalis Ambigua, Gold and Poison" mériterait une petite chronique.

Note donnée au disque :       
lachiassure › mardi 8 décembre 2009 - 12:27  message privé !

SPK glisse un peu là, on perçoit le changement de cap. Les morceaux électro/new-wave passent vite à la trappe. Toutefois, les autres morceaux continuent à entraîner une mort lente et douloureuse.

Note donnée au disque :       
Fryer › mardi 3 novembre 2009 - 11:30  message privé !

pas noté encore ? inexcusable tiens

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › vendredi 23 octobre 2009 - 11:20  message privé !
avatar

live incomplets (!) et encore dispos en K7 (complets) pour la plupart ; à toi de voir

Note donnée au disque :       
empreznor › vendredi 23 octobre 2009 - 11:17  message privé !

Et la compil Dokument 1979-1983 (bave...) sortie l'an dernier chez vynil on demand, il y a moyen d'eviter de se couper un bras pour se la procurer ou c'est un passage obligé?

Note donnée au disque :