Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSpk › Information overload unit

Spk › Information overload unit

9 titres - 40:46 min

  • 1/Emanation machine R. Gie 1916
  • 2/Suture obsession
  • 3/Macht schrecken
  • 4/Beruftverböt
  • 5/Ground zero: infinity dose
  • 6/Stammheim torturkammer
  • 7/Retard
  • 8/Epilept: convulse
  • 9/Kaltbruchig acideath

enregistrement

Enregistré par SPK, Australie, 1980-1981.

line up

Wilkins (guitare, bass, bandes, voix), Operator(claviers, manipulations et percussions, voix), Tone Generaror (claviers, manipulations), Mr. Clean (technicien)

remarques

Edité sous le nom System Planning Korporation. Le pressage vinyle original comprend un livret de collages intitulé "Dokument-1"
Réédition CD supervisée par Lustmord.

chronique

Styles
indus
Styles personnels
musique industrielle, minimal noise

Préoccupé par les manifestions psycho-pathologiques inhérentes à la dégénérescence génétique et les expérimentations médicales dans ce qu'elles ont de plus extrêmes, le collectif australien fait figure avec les anglais de Throbbing Gristle de père-fondateur de la musique industrielle. Une musique âpre, minimale, électronique et métallique, sur fond de collages de documents sonores tirées d'archives et de documents divers. Fasciné par la manipulation de l'information par les media modernes, SPK aura durant sa courte carrière en tant que "groupe" (avant la prise en main discutable par Graeme Revell seul, ici caché sous le pseudo Operator) secoué la perception de la musique dans son acception populaire la plus consensuelle. Armé d'un discours politique, ou du moins engagé mais sans idéologie définie (se distinguant en cela de TG, plus ouvertement politisé), SPK questionne la notion d'intégrité de l'individu au sein d'une société qui le corrompt à son insu, le maltraite dans sa chair et son esprit. Par le biais d'une bande-son minimale, dérangeante car difficilement définissable, "Information overload unit" pose une pierre importante de l'édifice industriel, le marquant du sceau de la contestation par l'exposition et la mise en perspective de situations où la maladie se larve, gangrène pour enfin éradiquer. Malsain et sans concessions.

note       Publiée le vendredi 17 novembre 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Information overload unit".

notes

Note moyenne        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Information overload unit".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Information overload unit".

Klarinetthor › dimanche 1 octobre 2017 - 15:31  message privé !

J'ai l'impression qu'un exemplaire m'est passé devant très connement sur pricemimi... ronchon day.

Note donnée au disque :       
mangetout › samedi 30 juillet 2016 - 18:43  message privé !

Ouais les Cabs ont souvent été funky, voire même reggae/dub, enfin surtout au niveau de la rythmique (la basse de Mallinder), parce que concernant l'univers, les ressentis, l'atmosphère générale c'est quand même assez dur et urbain, avec ce chant raide et dictatorial si typique, industriel quoi. Mais les Skinny Puppy ont, pareillement, parfois été funky, surtout au début, un exemple de 1987 :

Tear or beat

Et Assimilate, ça groove sévèrement quand même !

Hazincourt › samedi 30 juillet 2016 - 16:58  message privé !

Le Cabs que tu sites est clairement house et a très peu d'intérêt je suis tout à fait d'accord. Après il y a une question de goût aussi soyons honnête, Psychic TV et "toward thee infinite beat" est un très bon album de house, "Digital Soundtracks" de Clock DVA aussi est chouette, mais on est pas forcé d'apprécié, c'est pour ça que je disais avec plus ou moins de succès car Test Dept à foiré aussi son coup. Skinny Puppy et les Cabs c'est pas le même style non plus, pas le même registre, et pas les même intentions non ? les cabs ont tjrs été un peu funky, skinny jamais.

mangetout › samedi 30 juillet 2016 - 16:51  message privé !

... et tous ces groupes ont versé dans la soupe la plus infâme. Il faut avoir perdu tout sens critique pour trouver une once d'intelligence dans, par exemple, un "Groovy, laidback and nasty" des Cabs, surtout quand "Voice of america" fut un disque de chevet auparavant...
Cette fin des années 80, débuts 90's fut assez éprouvante pour les esgourdes quand même. La créativité était ailleurs, à l'époque, question musique industrielle (Skinny, Front & Nails Assembly).
Quand à l'idée de changement de matériel, en 1990, les Cabs devaient utiliser sensiblement le même matos que Skinny Puppy avec "Too dark park", non ? La vérité est ailleurs.
Quand c'est de la merde, ben c'est de la merde, ya pas à tortiller du cul pour chier droit !

Hazincourt › samedi 30 juillet 2016 - 16:26  message privé !

Tous ces groupes précurseurs qui ont fait la scène industrielle, sont tous passés par des phases electro/tekno c'était sans doute lié à l'apparition et au perfectionnement de l'informatique musicale et au fait que la tekno était le nouveau genre rebel et anti sytème (entre "", car cela a bien changé depuis le temps). Mais bon à l'époque c'était les free party, berlin etc .. Donc pour ces musiciens je pense que l'attrait pour ce style était naturel. Les Cabs, Clock DVA, Test Dept, Psychic TV etc ils sont tous passés par la tekno avec plus ou moins de succès. J'adore "Gold & Poison" :)