Vous êtes ici › Les groupes / artistesBPeter Brötzmann › Machine gun

Peter Brötzmann › Machine gun

  • 1990 • Fmp CD 24 • 1 CD

5 titres - 61:54 min

  • 1/ Machine gun [Second Take] (14:58)
  • 2/ Machine gun (17:16)
  • 3/ Responsible [First Take] (10:01)
  • 4/ Responsible [Second Take] (8:17)
  • 5/ Music for Han Bennink (11:22)

enregistrement

Lila Eule studio, Bremen, Allemagne, mai 1968

line up

Han Bennink (batterie), Willem Breuker (clarinette basse, saxophone ténor), Evan Parker (saxophone ténor), Peter Brötzmann (saxophones bariton et ténor), Peter Kowald (contrebasse), Fred Van Hove (piano), Sven-Åke Johansson (percussion, batterie), Buschi Niebergall (contrebasse)

remarques

chronique

Styles
jazz
free jazz
Styles personnels
free jazz

Jusque là, seul les noirs américains avaient su faire évoluer l'idiome jazz, leur nouveau langage, enfant du blues, revendiquant plus fort encore ce désir irrépressible de liberté. Sa rapide évolution lui a permi de se répandre en différents modes d'expressions dont le Free Jazz semblait en être l'apogée, sinon, le point de non retour. Historiquement considéré comme le premier album de Free Jazz européen, cet album de Peter Brötzmann, plus de trente ans après sa première publication, reste une expérience hors du commun, brute, primale et terriblement agressive, laissant l'auditeur livide. Entouré de ce qui allait devenir la fine crème du mouvement sur le vieux continent, "Machine Gun" ne laisse aucun doute sur son contenu ; comme le suggère le titre, le trio infernal Brötzmann, Parker et Breuker se livrent à une bataille tranchée jusqu'au finish, pendant que s'agite derrière eux une double section rythmique. Cacophonique pour les uns, essentiel pour les autres, voilà une fois de plus un album qui fera encore parler de lui pendant de nombreuses années.

note       Publiée le vendredi 25 janvier 2002

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Machine gun" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Machine gun".

notes

Note moyenne        10 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Machine gun".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Machine gun".

DesignToKill › vendredi 27 mars 2015 - 10:57 Envoyez un message privé àDesignToKill

Un chef-d'oeuvre de free jazz... néanmoins il faut réussir à y retourner lorsque l'oreille n'est pas habitué à ces nouveaux sons

Note donnée au disque :       
Harry Dickson › mercredi 19 juin 2013 - 11:55 Envoyez un message privé àHarry Dickson

Pas pour tous les jours de l'année, non. Si un jour on vous dit à nouveau d'un ton détaché : "Ah oui, le Jazz, j'aime bien ça pour me délasser" : Take that motherfucker ! La première influence de Napalm Death et Painkiller ?

Note donnée au disque :       
blub › dimanche 3 août 2008 - 05:40 Envoyez un message privé àblub
BOU-CHE-RIE! ce disque semble encore d'avant-garde aujourd'hui (1968??? hallucinant!) un monstre de brutalité complétement intemporel! Essentiel pour ma part et tellement jouissif (aprés une bonne dizaine d'écoute, ça n'a rien d'immédiat! les 1ére fois ça fait trés mal!)
Note donnée au disque :       
Schtroumpf Grognon › samedi 1 septembre 2007 - 18:30 Envoyez un message privé àSchtroumpf Grognon
Effrayant. C'est hors du temps, à jamais en avance. Qu'une telle brutalité ait été enregistrée en 1968, ça semble aussi incroyable aujourd'hui que ça devait l'être à l'époque.
Note donnée au disque :       
Coltranophile › lundi 25 juin 2007 - 17:21 Envoyez un message privé àColtranophile
"Machine Gun" n'est pas le premier album de free européen. Mais il est le premier "manifeste" de ce jazz. Brotzmann avait déjà enregistré lesévérement burné "For Adolph Sax" et Schlippenbach, Schoof et Hampel avaient déjà commis leurs premiers outrages discographiques. Mais "Machine Gun" était le premier vrai cri balancé à la gueule du monde entier depuis le vieux continent. Et quel cri! Pourtant on y entend par momenet ce lyrisme qui pouvait surgir chez un Ayler par exemple. Explosif.
Note donnée au disque :