Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLightning Bolt › Hypermagic mountain

Lightning Bolt › Hypermagic mountain

12 titres - 56:44 min

  • 1/ Morro Morro Land (3:43)
  • 2/ Captain Caveman (3:19)
  • 3/ Birdy (3:06)
  • 4/ Riff Wraiths (3:03)
  • 5/ Mega Ghost (6:01)
  • 6/ Magic Mountain (4:55)
  • 7/ Dead Cowboy (7:58)
  • 8/ Bizarro Zarro Land (4:47)
  • 9/ Mohawk Windmill (9:38)
  • 10/ BizarroBike (5:18)
  • 11/ Infinity Farm (2:46)
  • 12/ No Rest For The Obsessed (2:10)

enregistrement

USA, 2005

line up

Brian Chippendale (batterie, voix), Brian Gibson (basse)

chronique

Styles
rock
Styles personnels
noise

Lightning Bolt serait-il adepte de la surenchère ? Aux trente minutes et des poussières de "Ride The Skies" avaient succédé les quarante minutes de l'excessif "Wonderful Rainbow". Et voici que "Hypermagic Mountain" s'accorde encore dix minutes de plus pour liquéfier les derniers neurones sains qui auraient survécu à l'écoute de leurs deux précédents méfaits... C'est donc avec une certaine appréhension, mais toujours curieux, que je me suis lancé dans l'écoute de leur quatrième réalisation, à mes risques et périls. Sans plus attendre, l'amorce engagée sur "Wonderful Rainbow" se confirme : les interventions vocales de Chippendale se multiplient, les morceaux de bruit qu'ils nous ont concocté pour cette fois prennent incontestablement du coffre (neuf minutes pour "Mohawk Windmill")... Tout cela a pour conséquence un changement dans l'approche développée jusqu'ici par le groupe. Dans un certain sens, "Hypermagic Mountain" sonne comme un retour au mode plus écrit qu'avait inauguré leur tout premier disque, à l'époque, en compagnie de Hisham Bharoocha. Alors, évidemment, selon les points de vue, on pourrait prendre ça comme un inconvénient ou comme un avantage. Dans ce cas précis, et vu la relative longueur de l'album, ce format plus conventionnel - toutes proportions gardées - avec des riffs identifiables, des parties rythmiques qui s'octroient le temps nécessaire pour être mémorisables et des variations manifestes dans leur dynamique, rend l'ingestion de ce nouveau manifeste en date plus aisé. Pour autant le groupe ne nous facilite pas la tâche ; il reste encore et toujours ce laboratoire de l'extrême dont le credo demeure intact : à savoir, faire un maximum de bruit, le plus rapidement possible. Pour conclure, je dirais que si "Hypermagic Mountain" n'est certes pas leur disque le plus impérissable, il s'impose comme une voie d'accès des plus recommandables. Si vos parvenez à tolérer cet assaut appliqué à l'encontre de vos tympans, il va sans dire qu'il vous faudra alors explorer tout ce qui vous attend en amont.

note       Publiée le mercredi 1 novembre 2006

partagez 'Hypermagic mountain' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Hypermagic mountain"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Hypermagic mountain".

ajoutez une note sur : "Hypermagic mountain"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Hypermagic mountain".

ajoutez un commentaire sur : "Hypermagic mountain"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Hypermagic mountain".

merci pour le fusil... › lundi 22 février 2010 - 17:15  message privé !

A force de sprinter à tout-va, le disque s'essouffle peu à peu.

Note donnée au disque :       
empreznor › mardi 24 novembre 2009 - 17:36  message privé !

Miam! Merci au chroniqueur de rock extreme qu'est Dariev.

dariev stands › mardi 24 novembre 2009 - 17:16  message privé !
avatar

ouais, ça bute ! chronique bientôt !

empreznor › mercredi 14 octobre 2009 - 10:16  message privé !

et il est plus aéré, plus varié (injection de dance-punk et de monster magnet dans le moteur). On perd le coté parpaing en transe du truc mais ce virage m'a l'air de tomber à point.

empreznor › lundi 12 octobre 2009 - 22:02  message privé !

nouvel album demain (et si peu de commentaires...)