Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesJJean-Michel Jarre › Equinoxe

Jean-Michel Jarre › Equinoxe

8 titres - 38:53 min

  • 1 Equinoxe Part 1 (2:23)
  • 2 Equinoxe Part 2 (5:01)
  • 3 Equinoxe Part 3 (5:11)
  • 4 Equinoxe Part 4 (6:54)
  • 5 Equinoxe Part 5 (3:47)
  • 6 Equinoxe Part 6 (3:23)
  • 7 Equinoxe Part 7 (7:24)
  • 8 Equinoxe Part 8 (5:04)

line up

Jean Michel Jarre : ARP 2600, VCS 3, Yamaha Polyphonic Ensemble, Oberheim polyphonic Synthetizer, RMI, RMI keyboard Computer, ELKA 707, Korg Polyphonic Ensemble, Eminent, Mellotron, ARP Sequencer, Oberheim Digital Sequencer, Matrisequencer 250, Rythmin'Computer, EMS Vocoder

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique

Après un méga succès planétaire comme Oxygene, Jean Michel Jarre confirme son talent de musicien, de compositeur et de concepteur avec un album à deux volets. En conformité avec son concept, qui représente les 24 heures d’une journée. La première partie d’Equinoxe est un long réveil, comme un long processus d’émerveillement. Les parties 1 à III sont plus flottantes alors que les rythmes s’éveillent à partir de la 4ième partie, amenant l’auditeur aux confins d’un univers musical encore virginal. De légères strates synthétiques résonnent et se multiplient dans leurs échos, valsant élégamment dans une sphère parallèle au sommeil afin de nous sortit de notre longue sieste diurne. Des strates qui se juxtaposent afin de créer un dense nuage musical opaque, comme le brouillard des rêves, et qui tranquillement versent vers un doux mouvement ambiant, comme l’après sommeil où l’on voudrait que tout soit relaxe. L’exactitude de l’ébahissement matinal est ponctuelle avec ses bribes harmonieuses qui flottent autour de notre éveil. Equinoxe II est serein et apaisant avec ses effets sonores qui sont bercés par un suave mellotron et qui ont fait la noblesse d’Oxygene. Le mouvement nous aspire dans les recoins les plus tranquilles de notre être où l’on prend le temps d’admirer les délicats impacts des ondes synthétisées qui tranquillement se transforment en un ballet cosmique aux mouvements tempérés. Des notes cristallines s’agitent en ouverture d’Equinoxe III. Le mouvement est limpide et valse dans un doux parfum de sonorités cosmiques qui entourent les premières œuvres du synthésistes Français. Un délicat tempo qui descend et remonte tout en conservant son approche mélodieuse avant qu’il ne soit ralenti par un flux statique, initiant le rythme hachuré d’Equinoxe IV et ses percussions feutrées en forme de castagnettes et sa ligne de basse hoquetante. Deuxième gros hit de Jarre, Equinoxe IV est aussi complexe qu’harmonieux. Le synthé y est accrocheur, l’ambiance y est fascinante mais la structure qui l’entoure est superbement étoffée autour d’effets sonores captivants qui enveloppent une rythmique coulée par un synthé aux différentes lignes harmonieuses. Tout simplement superbe! Equinoxe V débute avec un coup de tonnerre. Le rythme explose comme des claquements de mains sur une structure endiablée, traversée par une pléiade d’effets sonores. Une anarchie rythmique nourrie par un synthé aux splendides lignes mélodieuses et aux solos qui sonne comme un étrange orgue cosmique. La structure dévie doucement vers Equinoxe VI qui n’est plus que le squelette du V. Les accords s’éparpillent et se fusionnent en percussions éparses qui aromatisent les hauts parleurs d’une intensité peu commune. Un dialecte électronique tout à fait génial qui se poursuit lascivement sur le somptueux Equinoxe VII et sa lente métamorphose d’un tempo érodé par son indiscipline. Un tempo qui permute sous de magnifiques nappes d’un synthé onirique, d’un mellotron qui chantonne et des percussions feutrées qui s’entrechoquent sous une pluie d’effets sonores en constante ébullition. Le tempo monte et descend, tel un serpent musical à deux têtes, pour s’évanouir dans une bruine cosmique qui initie Equinoxe VIII. Une comptine pour saltimbanques qui coulent dans nos oreilles encore infiltrées d’une fine pluie. Et Equinoxe cesse toute vie musicale sous ses dernières notes, vestiges de la structure entière de ce superbe album dont le seul défaut est d’être précédé d’Oxygene.

note       Publiée le mercredi 11 octobre 2006

partagez 'Equinoxe' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Equinoxe"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Equinoxe".

ajoutez une note sur : "Equinoxe"

Note moyenne :        25 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Equinoxe".

ajoutez un commentaire sur : "Equinoxe"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Equinoxe".

Demonaz Vikernes › mercredi 9 janvier 2019 - 12:06  message privé !

Un poil meilleur que le précédent, avec toujours cette supériorité de la première face sur la seconde. Au final, ça reste bien foutu, mais rien de révolutionnaire comparé à ce qui se faisait en Allemagne quelques années plus tôt.

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane › jeudi 22 novembre 2018 - 14:27  message privé !

Une écoute rapide de la suite (Equinoxe Infinity) me laisse penser que JMJ a encore de belles choses à proposer...

MaxwellsDemon › mardi 2 juin 2015 - 21:14  message privé !

Le meilleur album de trent reznor.

zugal21 › mardi 2 juin 2015 - 19:48  message privé !

Et de cinq !

Note donnée au disque :       
SEN › mardi 2 juin 2015 - 19:32  message privé !

A tiens je l'avais pas noté celui là !

Note donnée au disque :