Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesWWinterdome › Weltendämmerung

Winterdome › Weltendämmerung

18 titres - 65:21 min

  • 1. Haushoch türmten sich die Wellen... - 2. Weltendämmerung - 3. Binnen weniger Monde... - 4. Land der Nacht - 5. Nehmt diese Opfer... - 6. Die Elasaj - 7. Noch in derselben Nacht... - 8. Ein letztes Mal - 9. Viele Monde... - 10. Flammentanz - 11. Viele ließen ihr Leben... - 12. Leid und Qual - 13. Noch ein Mond... - 14. ...wenn das Ende naht - 15. Er tötete noch viele... - 16. Der Hoffnung-Tod - 17. Und irgendwann... - 18. Ein stiller Schrei

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Sebastian Schmidt, Martin Mußmann, Henrik Warschau, Magnus Will, Philipp Wende, Lisa Hinnersmann, Bernd Seestaedt

remarques

chronique

Styles
gothique
metal
Styles personnels
gothique dark folklorique

Groupe allemand fondé en 1996, Winterdome n'avait jusqu'ici sorti qu'un seul ep intitulé "Moravian- or a god's dawn" en 1997. En 2006, le premier album du groupe parait enfin, il s'agit d'un concept album sur le peuple des Elasaj et Ashaj, héros principal de cette épopée. Le problème avec ces concept albums qui raconte une histoire sans doute fort intéressante est que s'il n'y a pas de traduction disponible dans le livret et que tout est chanté en allemand comme c'est le cas ici, forcément ça enlève pas mal de chances à beaucoup de monde pour comprendre ledit concept. D'autant plus quand la musique accompagne les pérégrinations d'Ashaj. Musicalement, Winterdome propose une mixture de dark et de gothic metal médiéval plutôt médiocre. Les nombreuses plages contées par le narrateur Dr. Bernd Seestaedt renforce encore plus l'incompréhension du non-germaniste que je suis. L'épais livret contient tout les textes de cette épopée fantastique et épique mais une traduction en anglais aurait été réellement judicieuse, finalement c'est à se demander si cet album n'est pas uniquement destiné à un public qui comprend l'allemand. On passe de morceaux atmosphériques parfois pas loin d'un In Extremo en moins carré et plus gothique sans instruments traditionnels remplacés par le violon, la voix féminine et les claviers ("Nehmt diese opfer...") à des titres avec voix extrême carrément plats ("Leid und qual"). "Weltendämmerung" est donc un album au concept fantastique auquel on ne comprend rien à moins de pratiquer la langue de Goethe et qui musicalement n'est pas fameux du tout car il manque d'une ligne directrice forte.

note       Publiée le samedi 7 octobre 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Weltendämmerung".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Weltendämmerung".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Weltendämmerung".

DJ Lord Nevermore › lundi 8 décembre 2008 - 22:46  message privé !

Que je suis rassuré par ta chronique, Iormungand Thrazar !!! J'avais reçu cette galette lorsque je chroniquais pour le Transit Magazine, et même si ce style n'était absolument pas ma spécialité, j'avais également trouvé ça nul (pour simplifier ^^), avec une pointe de culpabilité...