Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesBBeyond Black Void › Desolate

Beyond Black Void › Desolate

cd | 3 titres

  • 1 Desolate
  • 2 Storm over Jupiter
  • 3 Evervoid

enregistrement

Enregistré au studio Templa libitina entre Octobre et Décembre 2002

line up

S. (Chant, Guitares, Timpani)

chronique

Styles
ambient
drone
ovni inclassable
Styles personnels
funeral ambient drone

Stijn Van Cauter, ici caché derrière l’initiale S., c’est un peu l’histoire d’un gars qui a presque réussi à créer une scène tout seul. Adepte du Do It Yourself dans sa forme la plus jusqu’au-boutiste, le bonhomme a sur un laps de temps plutôt court - 2002 à 2004, grossièrement - composé / enregistré / produit / gravé / distribué une bonne dizaine de disques sous quasiment autant de noms différents, chacun de ces projets officiant dans un style mélangeant à divers degrés le Funeral Doom, l’Ambient, et le Drone. Evidemment, un rythme de production aussi ridiculement élevé a entraîné quelques déchets vite oubliés (encore qu’on oublie difficilement le projet « « solos de claviers façon églises avec le son maison », Organium, particulièrement abominable), mais aussi quelques bonnes choses, en tête desquelles se placent Until death overtakes me, et ce premier et pour l’instant unique effort de Beyond black void. En effet, on tient probablement ici la quintessence du style du belge, à savoir des morceaux très longs et durant lesquels il ne passe globalement… rien. Le style BBV, c’est une vague mélodie de guitare aiguë au son complètement spatial, parfois couplée à un brouhaha dronisant dans le fond, lancé par un gros coup de tambour. Et parfois un grunt, lointain aussi, histoire de pas trop plomber le coté monolithique de la chose. Tellement monolithique d’ailleurs que le fait que le disque soit découpé en 3 plages, la plus longue atteignant quand même la demi-heure, parait totalement anecdotique. Niveau production, le coté « plug and play » du son n’altère pas trop l’ambiance, et de toute façon, on tient là aussi un des éléments clé du style du Stijn : ça sonne « straight from the pc ». Alors concrètement, on arrive là avec un disque tellement pas excitant de par son coté figé qu’on en est presque à le trouver fascinant, à l’image de l’œuvre de son créateur d’ailleurs : définitivement hermétique, pas vraiment beau, mais quand même, je ne peux m'empecher de penser qu'il y’a quelque chose là dedans. A expérimenter.

note       Publiée le lundi 25 septembre 2006

partagez 'Desolate' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Desolate"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Desolate".

ajoutez une note sur : "Desolate"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Desolate".

ajoutez un commentaire sur : "Desolate"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Desolate".

Melas_Khole › lundi 27 octobre 2014 - 04:44  message privé !

Ah ! les projets du sieur Stijn Van Cauter, plein de souvenirs ! A l'époque, je zonais pas mal sur la section téléchargements de Lords of Winter.

Alors, me souviens pas mal de ce truc que j'avais téléchargé avant de le graver et de l'écouter en bouquinant avant de pieuter : terriblement... figé, parfaitement. Répétitif, morne, gris, monolithique, c'est pas gégé mais pas ignoble pour autant, il y a une ambiance qui le fait assez dans ces conditions. Après, j'ai pas spécialement envie de réécouter pour l'heure.

Note donnée au disque :       
saïmone › mardi 26 septembre 2006 - 02:09  message privé !
avatar
mortelle chronique