Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDim Mak › Knives Of Ice

Dim Mak › Knives Of Ice

10 titres - 40:20 min

  • 01/ Knives Of Ice
  • 02/ Seeing Crows In Silver
  • 03/ Great Worm Of Hell
  • 04/ Devil Finding Mirror
  • 05/ Incident At The Temple At Leng
  • 06/ Notorious Vectors Of Disease
  • 07/ Weakener
  • 08/ Windowpane
  • 09/ Perpetuating Corpses
  • 10/ Monolith

enregistrement

Recorded at Soundspa Studio in Edison, N.J., and produced by Steve DeAcutis.

line up

Scott Hornick (bass), Shaune Kelley (guitar), John Longstreth (drums), Scott Ruth (vocal)

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
brutal death technique et vicieux

Ce nouvel album marque la reformation de Dim Mak (qui était déjà une reformation des cultes Ripping Corpse). Et autant vous le dire tout de suite : c'est broootal, bien plus brutal que tout ce que le duo Shaune Kelley / Scott Ruth ont pu nous pondre par le passé. Et pour cause : le monstre derrière les fûts n'est autre que John Longstreth (Origin, Angel Corpse), qui se pose définitivement parmi les batteurs de brutal death (ou même d'extrême en général) les plus ultimes. Ce n'est pas "Knives Of Ice" qui me fera mentir : son jeu mélange ici la brutalité extrême de ses prestigieux anciens groupes avec le feeling cymbalistique, l'inventivité et le groove de son prédécesseur Brandon Thomas (parti chez les excellents The Dying Light). On ne retrouve certes pas ici la profusion de gravity blasts et autres folies extrêmes à la Origin, mais une science de l'intensité couplée à la technique plutôt hors du commun, comme ces blasts alternant deux caisses claires parsemant tout l'album - qui a d'ailleurs été composé à la base avec une boîte à rythmes pendant que le groupe était sans batteur; et pour en avoir entendu quelques passages, Longstreth a vraiment magnifié les compos, les jouant encore plus violemment tout en apportant le côté "je tricote sur les cymbales". En revanche, même si la principale différence entre "Knives Of Ice" et les deux précédents Dim Mak se nomme John Longstreth, limiter l'intérêt de cette galette à ce seul fait serait une grosse erreur : contrairement à beaucoup de groupes de brutal death US modernes, Dim Mak n'a pas besoin de compter uniquement sur son batteur blastant-plus-vite-que-les-autres pour avoir la classe : les riffs de Shaune Kelley suffisent, techniques et vicieux au possible. Le monsieur n'a rien perdu de sa patte, avec ces harmonies bien à lui, parfois belles, instaurant toujours les ambiances asiatiques, malsaines et speedées dont les Dim Mak ont le secret, tout en gardant ce groove imparable donnant envie de faire du Kung Fu - c'est ces riffs qui ont, dans les années 90, inspiré Human Remains, puis Burnt By The Sun. A l'image du jeu de John Longstreth, c'est à une véritable leçon de riffing que l'on assiste, d'une intensité décoiffante couplée à une inventivité mortelle (même si on reste dans la lignée de tout ce qu'il a pu nous proposer dans Ripping Corpse et les précédents Dim Mak, donc rien de jamais entendu). Vocalement parlant, on retrouve la voix de Scott Ruth encore plus agressive et travaillée qu'elle n'a pu l'être dans le passé, tout en marquant un certain retour à quelques sonorités old school / Ripping Corpse dans les intonations : pas de gros growls baveux et communs, toujours cette bonne grosse voix hargneuse bloquée dans les années 90 - pour notre plus grand plaisir. Quand à la perte de Erik Rutan à la prod (après l'avoir perdu à la gratte dans Ripping Corpse, eh eh), elle ne nuit pas du tout à cet album, le son étant tout à fait dans l'esprit Dim Mak : violent et cristallin. L'album le plus brutal de Dim Mak, donc, et de très loin, que ce soit dans le riffing ou dans le travail rythmique; très jouissif et intéressant, mais perdant peut-être un peu de son charme d'antan à cause de cette profusion de blasts. "Knives Of Ice" est tout de même des milliards de fois supérieur à toutes les autres sorties brutal death modernes : intense comme du Hate Eternal (avec qui on retrouve pas mal de points communs : beaucoup des meilleurs passages de "I Monarch" sont d'ailleurs très Dim Mak-iens) tout en étant remuant comme du Burnt By The Sun. Si vous cherchez un disque de death metal technique mais pas démonstratif, brutal mais différent, et surtout extrêmement intéressant et varié, achetez sans hésitations.

note       Publiée le mardi 19 septembre 2006

partagez 'Knives Of Ice' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Knives Of Ice"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Knives Of Ice".

ajoutez une note sur : "Knives Of Ice"

Note moyenne :        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Knives Of Ice".

ajoutez un commentaire sur : "Knives Of Ice"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Knives Of Ice".

Potters field › mardi 13 janvier 2009 - 13:04  message privé !

c'est peut etre "intercepting fist" le disque... jeet kun do core

born to gulo › lundi 12 janvier 2009 - 00:55  message privé !

bof ; je sais plus lequel, mais celui des précédents qui sonne nyhc est bien mieux, et ça reste pas grand chose

vargounet › lundi 12 janvier 2009 - 00:51  message privé !

et ça c'est dim mak ? bien joué mais une pierre ne rend pas les coups.

saïmone › dimanche 11 janvier 2009 - 19:47  message privé !
avatar

Babababababababa... hahaha les bourrins

Note donnée au disque :       
Albedo › jeudi 21 février 2008 - 17:52  message privé !
Je ne connais pas cet album. Par contre, "Enter The Dragon" est excellent. Là y'a du groove.