Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGThe Gun Club › Fire of love

The Gun Club › Fire of love

cd • 11 titres

  • 1Sex beat
  • 2Preaching the blues
  • 3Promise me
  • 4She's like heroin to me
  • 5For the love of ivy
  • 6Fire spirit
  • 7Ghost on the highway
  • 8Jack on fire
  • 9Black train
  • 10Cool drink of water
  • 11Goodbye Johnny

line up

Ward Dotson (guitare, slide guitar), Terry Graham (batterie), Jeffrey Lee Pierce (chant, slide guitare), Rob Ritter (basse)

remarques

chronique

Styles
blues
post punk goth
garage
Styles personnels
post punk blues écorché

Feu Jeffrey Lee Pierce disait un jour qu'il aimerait que son groupe soit au blues ce que les Cramps ont été au rockabilly. S'il y a une certitude qu'il a pu emmener avec lui dans la tombe, c'est celle d'avoir pleinement atteint son but. Mêlant la noirceur et la fougue torturée du post punk avec un blues rock cajun baigné de vaudou, d'alcool, de sorcellerie et de sexe, Gun Club garde aujourd'hui un statut de groupe culte qui a vu défiler en son sein nombre de musiciens connus de la scène (Patricia Morisson, Kid Congo Power,...). Sorte de Jim Morrison mêlé de Ian Astbury, Jeffrey Lee Pierce, écorché vif devant l'Eternel, a payé de sa vie une brève existence passée à brûler la chandelle par les deux bouts au milieu des drogues, de l'alcool, des filles et du rock'n'roll...Ce premier album a tout de la carte de visite: subtile mélange de touches garage, influences blues sulfureuses, rage post punk noire et torturée...Voilà ce que Gun Club a de mieux à offrir. Si le blues est sans cesse cité ('Jack on fire', 'Cool drink of water' ou le bon 'Goodbye Johnny'), c'est son aspect le plus électrique qui intéresse Jeffrey et sa bande...Pas question d'accordéon, d'harmonica mais d'attaques de slide guitar, de rythmiques rapides et de vocaux passionnés sur le fil du rasoir. S'ensuit une série de titres imparables comme 'Sex beat', 'She's like heroin to me', 'Fire spirit' ou l'excellent 'Ghost on the highway'. Dans la lignée des Nick Cave, David Eugene Edwards, Jeffrey Lee Pierce fait partie de ces songwriters mystiques capables d'écrire des morceaux intemporels, tout simplement parce que comme eux, il avait su comprendre l'essence du blues en ce qu'il avait de plus glauque et pur.

note       Publiée le jeudi 14 septembre 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Fire of love".

notes

Note moyenne        12 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Fire of love".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Fire of love".

Dioneo › mercredi 26 août 2015 - 20:16  message privé !
avatar

"I can see clearly...".

Un moment que je ne me l'étais pas ressorti, celui-là... Sacré bidule, ouais ! Sec, nerveux, en même temps marécageux, poisseux, fiévreux. Rock'n'roll bien décharné et charnel, en fait - sexuel, sauvage, avec le drame qui tournoie comme un balbuzard - "en attendant", prêt à piquer à la première OD... Quoi qu'on pense du romantisme sordide de l'aiguille, des tristes légendes du Club 27 etc. ... Difficile de nier qu'il séduit et serre bien fort, ce truc noir et fougueux. (Et oui, comme dit par pas mal, il y a quelque chose du feu rampant-fulgurant du blues qui rôde vilement et magnifiquement dans ces riffs, cette voix). Sex Beat, ouais... She's Like Heroin... Ghost on the Highway... À peu près tout, en fait. Va falloir que j'écoute la suite, quand-même, depuis toutes ces années que j'en reste à celui-là et qu'il me revient jamais éteint.

Note donnée au disque :       
boumbastik › jeudi 20 décembre 2012 - 18:31  message privé !

'tendez les mecs, z'avez vu la date de sortie de cet album ? 1981. Année de formation des Piques-Sises : 1986. 1er album en 1987. Je m'insurge contre vos allégations, je m'inscris en faux, je proteste véhémentement, je suis outré.

nicliot › jeudi 20 décembre 2012 - 18:05  message privé !

D'accord avec toi. Je ne peux pas écouter cet album sans occulter la ressemblance frappante avec Frank Black et les Pixies...

E. Jumbo › samedi 25 septembre 2010 - 14:52  message privé !

Bien bon ça, les touches bluesy sont vraiment délectables. Sinon je trouve que sent à fond les Pixies, en un peu plus punk, le côté surf remplacé par le blues, et la voix de Jeffrey Lee Pierce ressemble à celle de Frank Black (et aussi Lou Reed, un peu). Mais au delà de ça c'est vraiment un groupe particulier, et l'ambiance USA/déserts est délicieuse.

Note donnée au disque :       
heirophant › mercredi 21 juillet 2010 - 00:32  message privé !

ouuuuuu...sex beat...GO!

Note donnée au disque :