Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPadilla Murphy › Planetary Elements II

Padilla Murphy › Planetary Elements II

10 titres - 70:49 min

  • Night One 31:36
  • 1 Lithium (4:04)
  • 2 Beryllium (6:38)
  • 3 Carbon (3:46)
  • 4 Nitrogen (3:08)
  • 5 Oxygen (2:12)
  • 6 Flourine (11:48)
  • Night Two 39:13
  • 7 Neon (7:16)
  • 8 Sodium (10:41)
  • 9 Magnesium (3:43)
  • 10 Aluminum (17:32)

informations

Enregistré en concert au Schreder Planetarium de Californie, en Mai 2003

line up

Craig Padilla et Skip Murphy : Keyboards & Synthétiseur ARP 2500/2600

chronique

  • musique Électronique berlin school

Planetary Elements II reprend là où la première partie avait commencé. Toujours en public, et avec un brin d’improvisation, au Schreder Planetarium de Californie, mais en Mai 2003, le duo
Padilla Murphy renoue avec les mêmes rythmes circulaires qui montent et descendent, les séquenceurs lourds et les tourbillons incessants qui hypnotisent tant par leurs puissances que leurs magnétismes. Fidèles à leurs structures, c’est dans une ambiance hyper flottante que démarre l’opus avec Lithium et Beryllium. Le moule spatial craque avec les bouillants Carbon et Nitogen, deux titres rythmés avec séquenceurs lourds et des passages synthétiques assez tranchants. Dommage, c’est un peu court. Quoique assez statique, Flourine reprend les valses flottantes de Beryllium. Un long titre qui vaut le casque d’écoute avec son mouvement lancinant et sinueux qui rappelle encore une fois les belles intonations musicales de Michael Stearns sur M’Ocean. Un long boléro spatial ensorcelant qui s’étend jusqu’à Neon de Night Two, empiétant même sur Sodium qui éclate sur une bonne ligne séquentielle pesante et de puissants solos de synthé, suivant une intro statique. Après le tranquille Magnesium, Aluminium progresse sur une séquence qui roule par effets de cascades hypnotiques, sur un fond atmosphérique, nappé de bons solos qui enrobent bien un mouvement minimalisme qui frisait la redondance. Planetary Elements II est l’une des bonnes surprises de 2005. Fort d’une première expérience, le duo Padilla Murphy a peaufiné son œuvre, car la ressemblance avec le premier concert est évidente, pour notre plus grand plaisir. J’ai trouvé l’œuvre plus complexe, et plus complète, tout en laissant entrevoir un brin d’improvisation. Mais c’est une impro relative, car tout colle, comme les pièces d’un immense puzzle cosmique. Le tout avec une pointe d’émotion, de chaleur que l’on ne retrouvait pas, à tout le moins pas tant que ça, sur le premier volet. Un bon cd, un peu plus dans le style Berlin School que Planetary Elements, qui trouve toute sa noblesse avec une bonne paire d'écouteurs.

note       Publiée le mercredi 6 septembre 2006

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Planetary Elements II" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Planetary Elements II".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Planetary Elements II".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Planetary Elements II".