Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCybotron › Colossus

Cybotron › Colossus

4 titres - 41:28 min

  • 1/ Colossus (8:09)
  • 2/ Eclipse (10:37)
  • 3/ Medusa (7:29)
  • 4/ Raga in Asia Minor (15:13)

enregistrement

Richmond Recorders et Armstrong Studios, Australie, 1977

line up

Steve Maxwell Von Braund (ARP 2600, Korg 700, séquenceur, saxophone alto), Geoff Green (orgue, piano, cordes, mellotron, synthétiseur), Colin Butcher (batterie, percussions, synthétiseur)

chronique

Styles
electro
progressif
Styles personnels
old vintage aussie school

La MÉ Old Berlin School a été faire des petits. Aux antipodes, à l'autre bout de la planète, en Australie... Le musicien Steve Braund, qui a cru bon d'intercaler un "Maxwell Von" entre son prénom et son nom sans doute pour se donner un air plus crédible (?), fût le premier de son pays à publier un album où toute l'esthétique était tournée vers l'électronique et l'électronique seule. "Monster Planet" que ça s'appelait. Ayant longtemps séjourné en Europe, c'est inspiré par Kraftwerk et Tangerine Dream qu'il rentre au bercail, bien décidé à y faire son nid. Et puisqu'il fait vraisemblablement partie des personnes pour qui le ridicule ne tue pas, il décide de baptiser sa nouvelle formation Cybotron ! Après un premier disque paru en 1976 qui pulvérise les records de laideurs de pochette détenu jusqu'ici par le fameux "Dedicato a Frazz" de Semiramis, Braund remet les couverts avec ce "Colossus", pas franchement mieux au niveau de l'impact visuel, et pourtant considéré comme le meilleur effort du groupe, appuyé par un succès public dont l'engouement véritable repose en réalité sur une confusion qui a tout de la providence. En effet, un autre groupe électronique, américain celui-là, et ayant choisi le même patronyme (les noms ringards ont la cote, c'est bien connu), a vu le jour la décennie suivante ; le succès de ce dernier et la forte demande a poussé à redécouvrir ce groupe australien totalement méconnu jusqu'alors par le biais de cette méprise décidément bien venue. Y a-t-il de quoi s'en réjouir ? Si vous voulez franchement mon avis, la réponse est non. Certes, bien qu'en ayant écouté un paquet, j'avoue n'être pas spécialement friand de ce style de musique. Toutefois, si les influences précitées paraissent évidentes ("Medusa" aurait pu figurer sur n'importe quel Klaus Schulze), Cybotron se distingue par une instrumentation inédite puisqu'à l'armada de claviers s'ajoutent batterie et, plus étonnant encore, saxophone alto ! Au bout du compte, on obtient là une musique hybride qui s'en va piocher divers éléments, autant en musique strictement progressive qu'en électronique, un truc qui, en fait, ne pourra être apprécié que par les vrais amateurs. Je le leur laisse bien volontiers.

note       Publiée le mercredi 30 août 2006

Dans le même esprit, Progmonster vous recommande...

partagez 'Colossus' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Colossus"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Colossus".

ajoutez une note sur : "Colossus"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Colossus".

ajoutez un commentaire sur : "Colossus"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Colossus".

CeluiDuDehors › mardi 28 juillet 2009 - 12:35  message privé !

Tiens justement j'vais voir Juan Atkins en concert samedi c'est pas beau ca? :)

dariev stands › mercredi 30 août 2006 - 14:55  message privé !
avatar

Ouaip, et l'autre groupe américain homonyme, c'est Juan "magic" Atkins... L'un des inventeurs de la techno. C'est kitsch aussi, mais génial. Chroniqué ici d'ailleurs. Par contre, se serait-il inspiré de ce groupe-là pour son nom ?? le saligaud... merci Proggy pour cette découverte, je n'en finit plus d'être sur le cul avec ce site... (et c'est pas pour faire du zèle)