Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAThe Avalanches › Since I left you

The Avalanches › Since I left you

cd | 18 titres

  • 1 Since I Left You [4:20]
  • 2 Stay Another Season [2:20]
  • 3 Radio [4:21]
  • 4 Two Hearts In 3/4 Time [3:22]
  • 5 Avalanche Rock [0:23]
  • 6 Flight Tonight [3:52]
  • 7 Close To You [3:56]
  • 8 Diners Only [1:34]
  • 9 A Different Feeling [4:23]
  • 10 Electricity [3:29]
  • 11 Tonight [2:20]
  • 12 Pablo's Cruise [0:52]
  • 13 Frontier Psychiatrist [4:48]
  • 14 Etoh [5:03]
  • 15 Summer Crane [4:39]
  • 16 Little Journey [1:36]
  • 17 Live At Dominoes [5:39]
  • 18 Extra Kings [3:42]

line up

Darren Seltmann, Robbie Chater, Gordon McQuilten, Tony Diblasi, Dexter Fabay, James De La Cruz.

chronique

Styles
electro
hip-hop
ovni inclassable
Styles personnels
ecstatic turntablism > sampladelic

5 ans que je l'écoute en boucle, celui-là... C'est dire. Et ça va continuer vu le côté indémodable de l'objet. Déjà un groupe en The, en 2001, ce n'était pas monnaie courante, mais quand il vient d'Australie, on frise la curiosité. Blague à part, il semblerait que cela s'entende, tant la musique des Avalanches est fraîche, nouvelle, exotique... Tout ce qu'évoquent les antipodes. Les 6 australiens, donc, plus ou moins sortis de nulle-part (de la scène shoegazing australienne, en fait, donc de nulle-part), collectionneurs impénitents de disques en tous genres, ont échantillonné et pillé à tout va pendant des années pour en arriver à cette montagne : 900 samples ont été nécessaires pour sa création ! Une avalanche, en quelque sorte. (Bon, celle-là, c'est fait...) Passons sur les multiples problèmes juridiques entourant la sortie du truc dus aux samples non déclarés, parfois enterrés loin dans le mix, pour en venir au fait. Disque de vacances par excellence, disque maritime, on se prend à son écoute à s'imaginer parmi les radeaux de la pochette, ballotté sur un océan de samples qui s'entrecroisent sur une soixantaine de minutes, non-stop. Parfois a-t-on l'impression d'une mixtape géante, parfois d'écouter la radio en changeant perpétuellement de station, comme si toute la bande FM déferlait sur nous pêle-mêle, et nous de surfer sur les ondes radio comme si elles étaient matériellement liquides. On peut penser à "Revolution N°9", aux Dust Brothers, voire même à Coldcut. Sauf qu'ici, le rythme est en harmonie avec la mélodie, puisqu'il provient directement des morceaux samplés. (Point d'adjonction de breaks ou de kicks pour faire danser). Ce qui donne lieu à de très fréquents changements de tempo. Autant de rythmes différents que de styles samplés, donc. Et là, tout y passe : musique de films, disco, classique, rap old-school, surf music (leur nom est piqué à un groupe de surf), easy listening, musique cubaine, cabaret... voire même rap français par le biais du Saïan Supa Crew - qui se retrouve passé à la moulinette, réduit à quelques croassement épars sur « Flight Tonight ». Et pourtant, quelque chose d'instantanément reconnaissable surnage dans ce marasme tumultueux, une identité propre que le groupe parvient à dégager. Est-ce dans leur art si singulier du collage sonore géant ? Aucun de ces morceaux ne leur appartient, mais la façon dont ils s'imbriquent a quelque chose de particulier. Est-ce dans leur amour des vocoders fluets et désuets, ou bien dans la myriade de petits sons parasites qu'ils se plaisent à disséminer un peu partout ? Le choix des artistes samplés est révélateur de l'état d'esprit frondeur qui les habite : Kid Creole & The Coconuts, Mandrill (un groupe de funk qui sonne cubain, chroniqué ici même)... Autant d'indices sur l'état d'euphorie dans lequel ils devaient se trouver. Certes, on est plus dans l'expérimentation foutraque et joyeuse que dans le sombre, mais que voulez-vous, c'est l'été. Le groupe pratique un sampling "intelligent", aux antipodes des 2 Many DJ's. En fait, ils redonnent vie à des disques complètement introuvables, dont les sons n'avaient aucune chance de remonter jusqu'à l'oreille du non-collectionneur. Curieux, néanmoins, de constater à quel point nos oreilles relèvent immédiatement les gimmicks connus alors qu'ils sont largement minoritaires dans ce fleuve musical. Ainsi, "Holiday" de Madonna met la puce à l'oreille, tout comme "Ma Baker" de Boney M ("Live at Dominoes"), pourtant planqués dans une des couches de ce mille-feuille. Si les 60 minutes ininterrompues de cet océan de samples restent homogènes, certaines vagues sont plus hautes que d'autres : le morceau-titre, le déjà cultissime "Frontier Psychiatrist" (tout deux clippés avec maestria), ainsi que "Electricity", seul titre réellement dansable, à la montée imparable. Je pourrai continuer ainsi longtemps, évoquant l'ambiance fête foraine sur "A Different Feeling", le son de cheminée de paquebot de l'interlude "Pablo’s Cruise", et tous ces détails dont "Since I Left You" regorge, désormais familiers à mes oreilles. Un disque chaleureux, tropical, gorgé de soleil, qu'on jurerait analogique tant les craquements de vinyles sont restitués, quand il n'est pas carrément passé à la mauvaise vitesse ("Tonight"), loin des trucages informatiques pro-tools habituels. Après 5 ans d'attente, il semblerait qu'une suite soit enfin d'actualité. Les raisons de cette attente ? Eh bien, selon le groupe, "Since I Left You" aurait été composé en plus de temps encore, et bien sûr, personne ne le voyait venir, celui-là.

note       Publiée le mercredi 16 août 2006

Dans le même esprit, dariev stands vous recommande...

partagez 'Since I left you' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Since I left you"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Since I left you".

ajoutez une note sur : "Since I left you"

Note moyenne :        21 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Since I left you".

ajoutez un commentaire sur : "Since I left you"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Since I left you".

dariev stands › lundi 17 avril 2017 - 22:42  message privé !
avatar

Bon, le nouveau est une déception absolue. C'est ce qu'on pouvait logiquement craindre après une telle interruption de 14 ans : le côté extatique, transcendant et pointilliste de l'original est devenu une sorte de kermesse bobo totalement boursouflée et jouant sur la répétition de gimmicks rigolos, ce que le groupe s'interdisait en 2001 (Frankie Sinatra n'est même pas la plus débile, même si ça m'évoque plus Moby que Since I Left You). Je réécouterai, mais franchement, il y a déjà trop de morceaux à la con pour parler d'album réussi quoi qu'il arrive...

Note donnée au disque :       
Arno › mardi 30 août 2016 - 06:05  message privé !

Je l'écoute en boucle le nouveau... C'est de la bonne came d'été...

Damodafoca › mercredi 13 juillet 2016 - 18:07  message privé !

Le nouveau est... la suite logique. Sinon, pour répondre à la discussion plus bas, si vous cherchez un truc qui s'en rapproche, y a Paul's Boutique, bien sur, et le premier album de BRA (Bentley Rhythm Ace)... qui était sympa.

Aladdin_Sane › vendredi 8 juillet 2016 - 10:37  message privé !

Il est vraiment pas mal du tout le nouvel album avec sa pochette en référence à Sly and the Family Stone (There's a riot going on). Et pourtant, Frankie Sinatra m'avait un peu refroidi...

Aladdin_Sane › jeudi 2 juin 2016 - 22:15  message privé !

Ils seront cet été à la Route du Rock.