Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNeuronium › Mystykatea

Neuronium › Mystykatea

7 titres - 58:45 min

  • 1 Religion means War (10:41)
  • 2 Mystykatea (The Ademian Line) (4:32)
  • 3 Cosmic illumination (9:31)
  • 4 Great wiles (14:44)
  • 5 In Aliens I trust (7:01)
  • 6 Healing love (8:15)
  • 7 Believe in yourself (3:42)

line up

Michel Huygen : Keyboards, synthétiseurs, percussions électroniques & FX

remarques

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique digital space

Ça faisait un bail que je n’avais pas entendu un cd entier de Neuronium. Depuis le virage très numérique entrepris par Michel Huygen, avec Supranaturel et Numérica en 1992, j’ai décroché un peu. J’ai tenté, par la suite, d’écouter des titres comme Sybaris et Oniria et chaque fois j’étais incapable de me rendre au bout. Un copain a mis beaucoup d’insistance sur ce dernier Neuronium, me disant que je ne le regretterais pas. J’y ai donc prêté l’oreille, et je dois admettre que j’ai passé de bons moments. Religion means War est aussi furieux que son titre. Sur fond sonore arabesque, des chœurs monastiques parfument l’air. L’atmosphère est dense et un synthé agressant déchire l’air de ses notes. Le tout s’apaise et une flûte éthérée sort de cet univers sonore hétéroclite accompagné de doux tablas. Une belle ligne à saveur du Moyen Orient, saisi d’une basse moulante, se berce dans un univers truffé d’effets sonores simulant des bombes. La cadence s’intensifie et augmente le tempo sur un synthé encore plus enveloppant et des cymbales plus percutantes. Soutenu, le rythme est traversé par des solos d’un synthé vaporeux et agressif, qui se bercent dans des arrangements orchestraux pesants. Et toujours, cette douce flûte qui pousse sa mélodie jusqu’au bout, dans les souffles des chœurs de moines qui soupirent ‘’Amen’’. Un superbe titre, faut l’avouer, qui reflète la vison de son auteur. Un début assez impressionnant qui plaira certes of fans de Delirium. Avec Mystykatea, nous pénétrons l’univers doucereusement spatial de Neuronium. La pièce titre transpire la douceur. Sous une carapace spatiale, un doux synthé flotte et nous enchante par sa pudeur et sa sensibilité. Les notes dansent et charment dans cet univers abstrait où la mélodie perce et berce le néant. Superbement doux, l’utilisation des chœurs ajoute une saveur romanesque, voire nostalgique. Du grand Vangelis…Euh..! Pardon, Neuronium. Cosmic Illumination poursuit dans la même veine. Les choeurs flottent dans une atmosphère galactique. Une discrète ligne de basse ceinture un synthé enrobant qui se balance parmi les étoiles filantes. Un mouvement statique intense qui augmente le crescendo à mesure que sa fin approche. L’intro de Great Wiles est tout autant statique. Une ligne de basse roule et draine les effets sonores galactiques sur des chœurs de sirènes spatiales. Nous sommes dans un univers fixe où seuls les pulsations excitent et tentent à prouver une forme de vie. Un long titre inanimé qui trouve une forme de beauté aux travers les ondes cantatrices de ses chœurs. In Aliens I trust progresse sur des choeurs et des lignes flûtées. Un doux mouvement, comme un lent ballet spatial. Les synthés sont saisissants avec un mélange des sonorités des chœurs aux accents symphoniques. Disons que c’est très beau pour un Dimanche matin relaxe. Healing Love est un superbe morceau où l’utilisation du piano nous décroche de l’univers spatial de Neuronium. Le synthé y est toujours présent, de même que les lents mouvements spatiaux, mais l’esprit est romanesque et exploite parfaitement les éléments nostalgiques qui brillaient dans les premiers opus de Neuronium. Dans le temps de la chaleur analogique. Un superbe morceau. Believe in yourself cloture ce long opus spatial sur une note plus rythmée. Sur des percussions soutenues, le synthé soufflé une mélodie qui accroche et qui donne effectivement espoir. Neuronium n’est pas le dernier venu. Mystykatea est son 32ième opus. Fidèle à son habitude, Michel Huygen a multiplié les effets sonores spatiaux. La façon qu’il a d’extraire des chœurs en même temps que sa ligne sonore est très belle, parfois même émouvante. Tout au long du cd, Neuronium mélange habilement l’espace, l’harmonie et la lenteur. Honnêtement, j’ai trouvé ça bien. Un bon cd, bien fait. Mélodieux, même quand ça pense. De quoi renouer l’intérêt envers le groupe Espagnol.

Pour plus d’info ; http://www.neuronium.com/idioma2/intro.html

note       Publiée le mercredi 9 août 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Mystykatea".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Mystykatea".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Mystykatea".

etiennefroes › jeudi 19 novembre 2009 - 10:40  message privé !

un groupe espagnol dont le leader est un belge

trespass › jeudi 10 août 2006 - 13:48  message privé !
"musique Électronique digital space"==> ah ouais carrément!