Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRF › View of distant towns

RF › View of distant towns

  • 2006 • Plop PLIP-3016 • 1 CD digipack

12 titres - 64:12 min

  • 1/ Ladder in Place (5:27)
  • 2/ Offering (5:51)
  • 3/ Despite the Time (4:20)
  • 4/ Messenger with Keepsakes (5:47)
  • 5/ The Well and Stars (4:39)
  • 6/ A Very Lucky Year (5:54)
  • 7/ The Flow of this Place (4:55)
  • 8/ Of Detachment (3:25)
  • 9/ Views of Distant Towns (6:27)
  • 10/ On the Bus that I Had Chosen (4:05)
  • 11/ A Vacant House is Born (6:32)
  • 12/ End of the Line (6:50)

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

enregistrement

San Francisco, Californie, USA et Tokyo, Japon, septembre 2005

line up

Ryan Francesconi (guitare, basse, claviers, violoncelle, violon, trompette, batterie, programmation, chant)

remarques

chronique

Styles
ambient
electro
pop
Styles personnels
organic chill out > pop atmosphérique

"View of Distant Towns" est un tournant dans la carrière de Ryan Francesconi (oui, RF, c'est lui) mais aussi pour le label japonais Plop, jusque là peu tourné vers l'électro-acoustique, et chez qui il entame une nouvelle collaboration. L'américain fait partie du nombre toujours croissant de personnes à avoir été marqué par le Japon, le pays, ses gens et sa culture. C'est ce qui transparaît nettement sur cette nouvelle collection de titres aux qualités pour le moins extrêmement introverties. Le multi-instrumentiste a développé ses propres logiciels de traîtement de sons ; ce sont eux qui permettront de rattacher son travail à celui d'autres artistes comme Encre, Four Tet, Mice Parade ou Plaid. La dominante acoustique demeure néanmoins, RF se montrant aussi à l'aise derrière une guitare acoustique qu'en maniant violon, violoncelle ou trompette. Dans de telles conditions, l'esthétique post rock apparaît comme incontournable mais la magie de ce disque dépasse ce cadre trop réducteur. La culture de l'individualisme poussée au bout de sa logique à créer des êtres dont le seul mode de relation au monde est devenu celui de l'isolement. C'est cette solitude, cet abyssal néant face auquel on se retrouve sur la majorité des plages, qui est retranscrite ici. Une ombre parmi d'autres ombres. Nos regards se croisent sans que l'on puisse faire en sorte de garder autre chose en mémoire que le souvenir d'un visage flou. Des voix fantômes, des paysages qui le sont tout autant. Malgré des titres comme "Ladder in Place" qui pourraient donner l'impression qu'il s'agit là d'un vulgaire album de lounge de plus, "View of distant towns", avec un aplomb hors du commun pour extraire du silence autant d'instants volés, partage en réalité plus de points communs avec des albums comme "Hex" de Bark Psychosis, "A Continual Search for Origins" de Rothko, "Spirit of Eden" de Talk Talk ou même "Secrets of The Beehive" de David Sylvian. Une forme de pop épurée à l'extrême, d'une mélancolie profonde et inconsolable, dont les rares notes éparses suffisent à dessiner sur nos joues ces larmes depuis trop longtemps retenues.

note       Publiée le vendredi 28 juillet 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "View of distant towns".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "View of distant towns".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "View of distant towns".