Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGEgberto Gismonti › Danca das cabeças

Egberto Gismonti › Danca das cabeças

  • 1977 - Ecm, ECM 1089 (1 cd)

2 titres - 49:51 min

  • 1/ Quarto Mundo part 1 (25:21)
  • 2/ Quarto Mundo part 2 (24:30)

enregistrement

Talent Studio, Oslo, Norvège, novembre 1976

line up

Naná Vasconcelos (percussions, berimbau, chant), Egberto Gismonti (guitare, piano, flûte, chant)

chronique

Styles
folk
jazz
world music
Styles personnels
roots

Au gré de ses prestations en Europe en ce début d'années soixante-dix, Gismonti parvint tout de même à se faire un nom. Au point de susciter la convoitise de certains labels. Et parmi eux - je vous en ai déjà touché un mot - Manfred Eicher, papa de la jeune firme ECM promise à un bel avenir. Si l'audace de Gismonti fût finalement payante lors de la publication de ces deux derniers disques, il pu aussi se rendre compte qu'il ne bénéficiait pas hélas d'un soutien indéfectible. Sentant le vent tourner, répondre positivement aux avances de l'allemand était donc pour lui la meilleure chose à faire... Accueilli avec les honneurs et assuré d'une parfaite liberté artistique, fin 1976 il entre au Talent Studio de Norvège où il établira ses quartiers à l'avenir pour réaliser ce "Danca das Cabeças" d'ores et déjà hors norme. Le pari relevé sur ce disque tourne le dos aux derniers soucis esthétiques assumés par l'artiste. On y retrouve le Gismonti tout acoutsique, amateur de choses belles et simples ; plus qu'un retour au source, c'est presque à un retour à la nature même que nous convie ce disque tant l'atmosphère qui y est capturée semble avoir été prise au coeur même de la forêt amazonienne ! Le guitariste et flûtiste n'est pas seul ; il convie un autre de ses compatriotes, Naná Vasconcelos, dont les talents de percussionistes ont depuis lors mis tout le monde d'accord, pour dresser, à deux, ce portrait imaginaire d'un monde vierge de toute trace de l'homme. Articulé autour de deux longues suites de plus de vingt minutes chacunes, les thèmes s'y enchaînent dans des transitions subtiles, les amateurs y reconnaîtront au passage quelques anciennes mélodies du musicien adaptées et transfigurées, comme à son habitude. Des deux parties de ce "Quarto Mundo", la seconde est la moins dépaysante, la plus connotée néo-classique, d'autant que Gismonti y évolue quasi seulement au piano. Il n'en demeure pas moins que ce "Danca das Cabeças" est une expérience rare, une nature qu'elle partage avec les autres oeuvres de l'artiste, tout en leur étant dissemblable.

note       Publiée le jeudi 27 juillet 2006

partagez 'Danca das cabeças' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Danca das cabeças"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Danca das cabeças".

ajoutez une note sur : "Danca das cabeças"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Danca das cabeças".

ajoutez un commentaire sur : "Danca das cabeças"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Danca das cabeças".

tampix › vendredi 21 janvier 2011 - 20:56  message privé !

Je n'ai que 2 mots pour décrire cet album : voyage onirique.