Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGEgberto Gismonti › Academia de dancas

Egberto Gismonti › Academia de dancas

11 titres - 38:44 min

  • 1/ Palácio das Pinturas (4:37)
  • 2/ Jardim de Prazeres (4:53)
  • 3/ Celebração de Núpcias (4:22)
  • 4/ A Porta Encantada (2:24)
  • 5/ Scheherazade (2:01)
  • 6/ Bodas de Prata (4:50)
  • 7/ Quatro Cantos (4:31)
  • 8/ Vila Rica 1720 (1:59)
  • 9/ Continuidade dos parques (2:59)
  • 10/ Conforme a Altura do Sol (2:50)
  • 11/ Conforme a Altura da Lua (1:50)

enregistrement

Rio de Janeiro, Brésil, 1974

line up

Egberto Gismonti (guitare, piano, claviers, orgue, flûte), Danilo Caymmi (flûte, basse), Paulo Guimarães (flûte), Tenorio Junior (piano électrique, orgue), Luiz Alves (basse), Roberto Silva (batterie), Dulce Bressane (choeurs), Mario Tavares (orchestration)

remarques

chronique

Styles
jazz
progressif
world music
Styles personnels
fusion

"Academia de Dancas", parmi les disques les plus ambitieux de toute la carrière d'Egberto Gismonti, a bien failli ne jamais voir le jour ! La raison ? La frilosité des labels... Que vouliez-vous que ce soit d'autre ? Quand le brésilien vint soumettre la maquette de son nouveau projet en cours aux gérants d'EMI-Odeon, ceux-ci lui prédirent un échec commercial sans précédent, avec pour conséquence directe la rupture pure et simple du contrat qui les liait. Le rendement, y a que ça de vrai... Ce sont aux critiques positives et à la collection de prix qui lui furent décernés peu après que l'on doit le salut du disque. Mieux ; tout ceci permit au guitariste de négocier une licence sous laquelle il publiera désormais la suite de ses travaux. Pourtant, "Luzes Da Ribalta" n'était pas lui non plus un album d'un abord des plus évidents, surtout quand on songe à quoi correspondent les canons de la musique brésilienne. Qu'avait donc ce fameux "Academia de Dancas" pour faire craindre le pire à ses créanciers ? Depuis ses tous débuts, Egberto Gismonti a démontré qu'il était un touche à tout de génie, mais jusqu'ici, il veillait - inconsciemment ou non - à ne jamais se laisser déborder par les évènements. Aussi précieuses et riches étaient elles en trouvailles et en rebondissements en tout genre, ses chansons s'inscrivaient dans un format acceptable, dépassant rarement les quatre minutes. La grande première que représente ce disque c'est que justement, épaulé par un groupe de musiciens aptes, comme lui, à se jouer de tout, Gismonti donne une élasticité inédite à ses titres qui s'enchaînent sans temps morts. À ce changement de forme s'ajoute aussi un lifting sur le fond, rapprochant esthétiquement le tout de ce qui ne s'appele pas encore le rock progressif (entrée en force du piano électrique). "Academia de Dancas" inaugure en quelque sorte une forme inédite de jazz progressif aux teintes world fusion marquées. Un disque important dans la carrière de Gismonti - de ceux qu'il faut connaître - allant au bout de sa logique pour se rapprocher de l'Occident. À nous de faire les derniers pas qui nous séparent pour aller à sa rencontre.

note       Publiée le jeudi 27 juillet 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Academia de dancas".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Academia de dancas".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Academia de dancas".