Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFEdgar W. Froese › Orange Light Years

Edgar W. Froese › Orange Light Years

  • 2005 - Eastgate, Eastgate 49011 (2 cd)

26 titres - 156:22 min

  • CD 1 - 1. Talking To Maddox (8:37) - 2. Dalerotica (6:56) - 3. Raindance (9:00) AH - 4. Tropic Of Capricorn (Remix) (5:10) - 5. Vulcano (Remix) (5:01) - 6. Dalumination (9:22) - 7. Magic Lantern (Remix) (5:06) - 8. Sahara Child (5:39) - 9. Scarlet Score For Mescalero (Remix) (4:54) - 10. Road To Odessa (5:16) - 11. Snake Bath (4:49) - 12. Daluna (7:12) - CD 2 - 1. Timanfaya (6:01) - 2. Nutshell Universe (6:08) - 3. Shores Of Guam (5:05) - 4. Metropolis (Remixed excerpt) (5:43) - 5. Dome Of Yellow Turtles (Remix) (5:08) - 6. The Light Cone (Remix) (4:32) - 7. Vault Of The Heavens (5:06) - 8. Daliesquador (5:52) - 9. Blue Panther (3:09) - 10. OS 452 (Remix) (7:54) - 11. Stuntman (Remix) (4:13) - 12. Heatwave City (Remix) (5:38) - 13. Traffic Of Silence (5:46) - 14. Maroubra Bay (Remixed excerpt) (9:05)

line up

Edgar Froese (keyboards, guitares & computer), Iris Camaa : Percussion, Linda Spa : Sax Soprano, Mark Hornby : Rhythm Guitare, Thorsten Quaeschning : Percussions

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique new berlin school

Edgar, mon cher ami Edgar. Je suis l’un de tes plus fidèles supporteurs. Et jamais, au grand jamais je ne saurais dire du mal de toi, de tes œuvres. Et j’ai toujours autant de difficulté à écouter les autres. Tes ex fans qui aujourd’hui te tombent dessus à bras raccourcis, prétendant qu’Edgar est devenu qu’une machine à tenter d’imprimer de l’argent. Non, je te suis toujours fidèle, même si : Tangerine Dream n’est plus le souffle de l’ombre qu’il a jadis été et que tu continue à créer des œuvres qui n’ont aucun rapport avec ce nom légendaire : Depuis des lunes, tu remasterise, refais, re-peinture, reprend et re reprend tes œuvres : Tu vends des droits sur des enregistrements de qualité douteuse pour la très contreversée série des Bootmoon, et que nous (TES FANS) nous tapons des enregistrements merdiques qui n’ont aucun respect pour la panse que nous gardons garnie pour toi : tu aseptise tes œuvres sous le couvert d’une nouvelle édition, et que l’on se rend compte que l’art de remastering avec toi est bien en cela de ce que d’autres peuvent faire : tu me semble être bien plus attiré par l’aspect pécuniaire que créatif. Bref, mon ami Edgar, comment faire pour convertir des fans à ta nouvelle philosophie de la création? Orange Light Years est le combientième projet de remasterisation? Orange Light Years est la combientième collection de tes œuvres, incluant celles de TD? Hummm…le compte est gros, hein? Ça fait beaucoup de compil, beaucoup de ré édition. Que se passe-t-il Edgar? L’inspiration n’y est plus? Je n’ai rien contre Orange Light Years, il faut bien me comprendre. C’est une belle compilation qui comprends quelques inédits, des vieilles pièces prises dans les premières œuvres d’Edgar d’il y a près de 30 ans, mais aussi des pièces aussi jeunes que celles de Dalinetopa et Ambient Highway. Et c’est là l’os majeur. Edgar, tu as tout mis sur le même niveau sonore. Tu as pris des classiques et tu les as habillés de cette ambiance musicale d’aujourd’hui. Ambiance qui, il faut bien l’avouer, et à des milles de distance de ce qui régnait sur tes premières œuvres. Et qu’est-ce que ça donne? Des remix. Oui, encore des remix. Et quels remix! Toi et tes copains avez du travailler fort pour ses remix, hein? Je vous imagine tous autour d’un pc à retravailler Scarlet Score For Mescalero ou Metropolis. Ouf! Que ça pas dû être facile Edgar. L’effet mellotron, les chœurs, les lignes perdues dans l’ivresse d’un questionnement. Oh la la mon Edgar. Il y a dû y avoir beaucoup de discussions autour de ces remixages, de ces revernissages. À les ‘’Tangerinser’’, comme sur Beyond the Storm ou sur le coffret de 5 cd Tangents. Je ne dis pas que c’est mauvais Edgar. J’aime bien les nouvelles versions de Dome Of Yellow Turtles et Tropic Of Capricorn en passant. J’ai un peu de difficulté avec ta version de Maroubra Bay, l’original étant tellement génial. Je cherche juste à comprendre. À comprendre où est la valeur ajoutée à cet autre collection après l’épisode du Ambient Highway (un autre coffret compil de 5 cd sur ton œuvre) et de la réédition de tous tes cd en solo. Et ce depuis 2 ans. Depuis deux ans Edgar tu as tout repris ton catalogue. Alors pourquoi cette compil? Je ne sais plus. J’ai peur. Je me dis que tes ex fans ont peut-être raison après tout. Était-ce pour l’argent? Non? Ahhh, je comprends. C’est pour faire découvrir ton œuvre aux nouveaux venus. Ceux qui n’ont pas encore tomber sous le charme de l’exotique et mellotronné Epsilon in Malaysian Pale? Du très osé Ages ou encore des mélodieuses lignes séquentielles perverses de Stuntman et Pinnacles? C’est pour eux! Eh bien si c’est le cas, ça se tient. Car si Orange Light Years est la première œuvre qu’ils écoutent, de toi, ils vont aimer. C’est mélodieux, fort bien orchestré. Les passages sont rehaussés d’un petit quelque chose qui attire, qui charme, démontrant hors de tout doute que tu as toujours la touche. Il y a des moments où tu étonne. Comme avec Timanfaya, j’ai l’impression qu’il sort tout droit de Stuntman ou de Pinnacles. Oui, je crois que quelqu’un qui ne connaît pas ton catalogue avec autant de passion que tes vieux fans va apprécier, car ça s’écoute d’un bout à l’autre avec tendresse, en rêvant ou en lisant. C’est bien fait. En fait, je peux facilement le conseiller, car c’est une aussi bonne collection que Beyond The Storm paru en 1995. Cette fois-ci, elle survole plus tes récentes œuvres et la compil est entouré de cet aura musical de tes nouvelles productions. Ceux qui aiment aussi l'approche New Age (je pensais que ce mouvement, que dis-je, cette inertie musicale était mort Edgar)seront aussi charmé. Je dois admettre que ça me fait tout drôle d’entendre une partie de Stuntman dans un contexte similaire. Mais, Edgar, j’aimerais que tu cesses de penser à tes nouveaux fans et penser un peu plus à ceux qui te suivent depuis le début. À quand une petite œuvre originale? Quand inonderas-tu nos oreilles de tes habilles mélanges mélodieux de mellotron, séquenceur et synthétiseur? Comme il y a près de 30 ans. Dieu que ça serait délicieux. Au revoir Edgar, et ne t’en fais pas. Je résisterais aux attaques de tes fans, de tes anciens fans qui, ils n’ont pas tort tu sais, disent que tu as perdu la touche et que tu as besoin d’argent pour la retrouver. Amitiés Phaedream

note       Publiée le jeudi 20 juillet 2006

partagez 'Orange Light Years' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Orange Light Years"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Orange Light Years".

ajoutez une note sur : "Orange Light Years"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Orange Light Years".

ajoutez un commentaire sur : "Orange Light Years"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Orange Light Years".

Phaedream › mercredi 9 avril 2014 - 13:09  message privé !
avatar

A lire: http://tangerinedream.pertou.dk/#post1575

Si vous vous intéressez à Edgar Froese et TD, évidement. :-)

etiennefroes › vendredi 20 avril 2007 - 13:23  message privé !
Effectivement pinnacles; stuntman, macula transfer
Logosman › mercredi 18 avril 2007 - 20:34  message privé !
Ah Edgar Froese en solo, je pourrais m'y étendre mais bon. Si c'est possible Phaedream, ca serait cool d'avoir des chroniques des premiers travaux solos d'Edgar, qui à mon goût constitue de superbes essais à part du Dream. Quand à cet album, ba c'est un pur produit de la recette Edgar depuis des lustres. En plus de remixer tous ses travaux (avec plus ou moins de bohneur), il nous ressort pour la 7ème fois (Ambient Highway compris) une compil' de ses travaux, remodelés pour la nième fois. Sympa mais franchement court. Qu'il ne vienne pas s'étonner qu'on achète plus ses albums après.
Note donnée au disque :       
torquemada › jeudi 20 juillet 2006 - 14:23  message privé !
C'est beau l'amour !
pokemonslaughter › jeudi 20 juillet 2006 - 14:21  message privé !
avatar
cool la chronique !