Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPestilence › Malleus maleficarum

Pestilence › Malleus maleficarum

10 titres - 38:29 min

  • 1/ Malleus maleficarum/Anthropomorphia
  • 2/ Parricide
  • 3/ Subordinate to the domination
  • 4/ Exterme unction
  • 5/ Commandments
  • 6/ Chemo therapy
  • 7/ Bacterial surgery
  • 8/ Cycle of existence
  • 9/ Osculum infame
  • 10/ Systematic instruction

enregistrement

non renseigné

line up

Martin Van Drunen (basse, chant), Randy Meinhard (guitare), Marco Foddis (batterie), Patrick Mameli (guitare)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
death metal
thrash metal
Styles personnels
death/thrash

En 88 Roadrunner ne s'était pas vraiment encore illustré en matière de death metal, préférant encore signer les groupes "in the move" de l'époque à savoir tout la pléthore de groupes thrashy de l'époque. Pourtant, les gars ont eu du flair (ce fut souvent le cas, malgré tout ce qu'on peut leur reprocher). Avec Pestilence, le label fait un grand pas en avant niveau brutalité. En effet ces hollandais pratiquent un death/thrash super propre et carré, incisif comme un mach3, dont l'efficacité ici comme sur son successeur laisseront des traces encore en 2006. Dès son intro sous forme d'accord d'obédience black metal, on sent que le groupe n'est pas là pour rigoler. Une ambiance sombre planera ainsi tout le long de l'album, implicite par cette prod' très 80's et étouffée, et explicite par ces harmonies à 2 guitares très noires qui apparaissent de temps à autre. Pour le reste, les 30 premières secondes de "¨Parricide" vont vite fixer les choses. Un riff tout con, très haché et plaf ! C'est parti. la grosse rythmique death/thrash est là, super en place, et les riffs "made in Pestilence" sont déjà présents. Que dire ici ? Chaque morceau est impeccable avec son lot de surprises, bien construits, bien pensés dans une dynamique d'album. On retrouve même un petit instrumental mignon avec "Osculum infame". Dans l'ensemble, on navigue en plein bonheur death/thrash, alternant midtempos et grosses accélérations death old school. On notera même une grosse explosion avec "Extreme unction", gros brûlot mega-speed de 2 minutes, façon "skin her alive" de Dismember. On regrettera simplement ce son ayant un peu vieilli (la grosse caisse est assez inaudible sur mon lp, rendant certaine parties un peu floues), et Martin Van Drunen qui se cherche encore, éructant un peu dans tous les sens comme un certain Max Cavalera sur "Morbid Visions". Mais la comparaison s'arrête là, Pestilence manie à merveille son death/thrash, le façonnant à la fois varié, vindicatif, mélodique, sombre et foncièrement agressif... De mon côté, déjà une réussite.

note       Publiée le mardi 11 juillet 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Malleus maleficarum".

notes

Note moyenne        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Malleus maleficarum".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Malleus maleficarum".

vargounet › mercredi 16 mai 2018 - 15:20  message privé !

Du très bon death/thrash teinté d'un léger occultisme ... Les riffs sont assez novateurs en prime, ce qui le différencie un peu de la masse ambiante de cette époque. Moins percutant que le suivant qui est un de mes albums de death metal Européen favori, mais c'est très bien.

Note donnée au disque :       
ericbaisons › vendredi 29 janvier 2010 - 10:55  message privé !

vraiment speed ce premier pestilence. plus turbulence que pestilence celui-ci

Note donnée au disque :       
taliesin › samedi 15 juillet 2006 - 19:07  message privé !
Excellent groupe de thrash, dont on ne parle pas assez souvent (merci Poky !).
Note donnée au disque :       
gab › mardi 11 juillet 2006 - 22:52  message privé !
Un bon album de thrash metal à tendance Death, avec plusieurs morceaux marquants et une bonne ambiance globale, mais le meilleur était à venir!