Vous êtes ici › Les groupes / artistesAArcane › Alterstill

Arcane › Alterstill

cd • 5 titres

  • 1Alterstill I7:20
  • 2Alterstill II10:54
  • 3Alterstill III6:06
  • 4Alterstill IV10:14
  • 5Alterstill V15:30

line up

Paul Lawler : Keyboards, Electronics Effects & Synthétiseur

remarques

Ma version est la première. le CD est discontinué et repris par le catalogue SMD. Il semble être disponible en ligne seulement.

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique berlin school

Arcane est un projet musical indépendant à la carrière du compositeur de musique pour documentaires à la BBC, et autres acabits, Paul Lawler. Réalisé en 2001, Alterstill profitait de la vague de succès que connaissaient les 2 premières œuvres d’Arcane. Titre distribué de façon indépendante par Lawler Music, sa distribution fut à courte échelle, de sorte que le titre fut vite écoulé. Synth Music Direct en a obtenu les droits et Alterstill est maintenant disponible sur le catalogue New Harmony. Un opus qui semble être un gros titre concept, Alterstill est plutôt un mélange de titres joués en concert au Jodrell Bank, pour les parties II et III, au Mount Festival pour la partie V et des sessions d’enregistrements pour les parties I et IV. Et qu’est-ce que ce mélange donne? Tout d’abord c’est de la Musique Électronique, style Berlin School aux harmonies très Tangerine Dreamienne, notamment avec la présence de synthé aux allures symphoniques.
Alterstill est un cd très enjoué qui laisse peu de place aux longues quêtes ambiantes. C’est un opus solide qui prend de la Berlin School que les longues nappes séquentielles soutenues par de solides percussions et des synthés fort riches, tant en couleur qu’en pesanteur. Les parties I et III sont dynamiquement mélodieuses. Et la mélodie n’est pas sacrifiée pour une absence de rythme. Non! C’est fondant, progressif et très animé, notamment la partie III qui pourrait faire les frais de n’importe quelle compilation. Un gros refrain synthétique qui danse sur des lignes nerveuses et un bon jeu de percussions. Imaginer une chanson dont les paroles sont remplacées par des notes de synthé. Ici c’est identique. Paul Lawler réussi à harmoniser, sans paroles, une chanson fort mélodieuse avec couplets et refrain. Le tout assaisonné de somptueux écarts de conduite du synthé. Un peu comme une guitare qui insiste trop, sans tomber des les pièges du solo. Un excellent titre qui fait taper du pied et hocher de la tête. Un bon moment dans la MÉ, tout genres confondus. La partie IV est un autre titre au rythme puissamment langoureux qui opte pour une cadence à fond de train. Les parties II et V sont des titres plus exploratoires avec une utilisation sulfureuse des synthés qui arborent des habits de flûtes mellotronnées. De longs titres, qui permettent à Lawler d’explorer ses idées à fond, et qui progressent sur des légers battements polyrythmiques, où mélodies croisent de superbes solos de synthé, soutenus par des percussions qui, par moments, prennent des tangentes insoupçonnées. Alterstill est un bon cd de Musique Électronique, genre Berlin School. À elle seule, la partie III risque de donner la piqûre, et ce sans amoindrir l’impact créatif des autres parties. Un excellent cd pour initier les curieux, tant c'est rythmé et puissant. Disons que je le classerais facilement dans le guide du débutant. Si l’expérience vous tente, il est disponible en ligne sur le site de Synth Music Direct.

note       Publiée le mardi 4 juillet 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Alterstill".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Alterstill".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Alterstill".

Logosman › samedi 8 septembre 2007 - 15:07 Envoyez un message privé àLogosman
Moins fouillé et définitif que 33 1/3 rpm, Alterstill est néanmoins une belle réussite d'Arcane. Un album qui sent bon les 70's et cette époque ou on savait faire de la vraie et bonne musique. 5 titres enjoués, moitié-live, moitié-studio mais au final une cohésion agréable entre récits atmosphériques et séquences réfléchis.
Note donnée au disque :