Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSKlaus Schulze › In Blue

Klaus Schulze › In Blue

6 titres - 210:45 min

  • CD 1 (78:25)
  • 1. Into the Blue (78:25)
  • CD 2
  • 1. Return Of The Tempel (44:38)
  • 2. Serenade In Blue (34:19)
  • CD 3 (Bonus Tracks)
  • 1. Musique Abstract / Live 1994 (07:02) Concert,
  • 2. Return to the Tempel 2 / Live 1997 (13:51)
  • 3. Out of the Blue 2 / Live 1998 (32:20)

line up

Manuel Göttsching (guitares sur Return of the Temple), Klaus Schulze (computer, synthesizers & keyboards)

remarques

chronique

Styles
electro
Styles personnels
berlin school

In Blue…Ah, le doux retour du Temple d’Ashra. Je me souviens quand j’ai acheté In Blue en 1995. Il se passait peu de choses en Amérique du Nord, en ce qui a trait à la MÉ style Berlin School. J’écoutais les derniers souffles de Software sur Innovative Communication qui était distribué chez HMV, alors que Tangerine Dream s’éloignait de plus en plus de son style avec Turn of the Tides et Tyranny of Beauty. Et, dès les premières écoutes, je savais que Klaus allait m’en mettre plein les oreilles. Attaché vous bien après votre chaise, In Blue est, en ce qui me concerne, un pur classique de la MÉBS (Musique Électronique Berlin School). C’est le mariage parfait entre l’essence des séquences analogues des années 70 et la froideur digitale des technologies de l’époque, Une grande œuvre que Revisited Records a astiqué pour nous offrir un merveilleux coffret de 3 cd, dont 1 en prime, ainsi qu’un merveilleux livret où Schulze nous parle de In Blue. Into the Blue est une longue pièce en 5 segments. La première partie est une ode à la musique atmosphérique. Une longue kermesse qui transpire la sensibilité, la mélancolie. Des notes aux apparences de guitares et des chœurs symphoniques traversent ce ciel bleuté et à la 15ième minute, Schulze se déchaîne avec ses percussions. Blowin’ the Blues Away nous transporte dans l’univers Schulzien où les longues séquences sont tourmentées par des assauts de percussions, d’instruments à vents (trompettes, hautbois), d’arrangements orchestraux. Tout cet amalgame musical se démène avec intensité sur des rythmes soutenus par des couches de synthé qui s’harmonisent avec les différentes orientations séquentielles. C’est un titre incroyablement riche qui joue avec les ambiances et qui démontre l’incroyable ingéniosité de Schulze avec les claviers. Le segment de 30 minutes qu’est Wild And Blue est totalement divin. Schulze fait la course entre son clavier, sa batterie et ses notes qui confondent avec une guitare, tout simplement sublime. Les mots me manquent. Un chef d’œuvre, il n’y a rien d’autre à ajouter. Return of the Temple, sur le 2ième cd est le point de réunion entre le génial Manuel Göttsching (Ashra Temple) à la guitare et Klaus Schulze, eux qui avaient initié Ash Ra Temple en 1970. L’intro est vaporeuse à souhait, la guitare de Göttsching meuble une atmosphère sereine aux essences espagnoles et, comme sur In Blue, les percussions de Schulze annoncent une nouvelle tangente plus animée. Nerveuses, les lignes du synthé croisent les notes de guitares sur une séquence basse et un superbe jeu de percussions, comme un orchestre aguerrie, qui n’a rien perdu de sa souplesse musicale, encore moins de son sens des excentricités harmonieuses. Un titre déviant aux 101 richesses sonores exploitées à fond par deux maîtres au sommet de leur art. Serenade in Blue est effectivement en mode sérénade. Un titre un peu plus nostalgique que Return of the Temple. La guitare de Göttsching est sublime et s’harmonise aux longues séquences et aux souffles synthétiques d’un Schulze tout aussi à mélancolique. Une superbe harmonie qui se joue sur différents paliers musicaux un peu plus tranquille, je dirais savoureusement hypnotique, que ce qui précède sur In Blue. Une excellente fermeture pour ce grand double cd. Le cd en prime n’améliore pas la grandeur qu’est l’original, mais ouf….! Musique Abstract est un délire séquentiel intense. Du Schulze en grande forme qui étale sa frénésie abstraite à pleine grandeur. Rythme effréné, chœur fantomatique, percussions endiablées et synthé nerveux donnent un titre explosif qui semble effectivement sortir des sessions de In Blue. Une grande surprise. Return of the Temple 2 est effectivement joué avec Göttsching. Un titre aux atmosphères évolutives, il fut joué sur un poste de radio Berlinois, Radio 1, en 1997. Out of the Blue 2 est un long titre qui respecte la philosophie musicale de Schulze. Mais je n’y ai rien trouvé qui pourrait laisser croire qu’elle sortirait des sessions de In Blue. Le synthé sinueux de Schulze se dandine sur des percussions en mode hypnotique. Plus posée, l’onde synthétique s’envole sur de bonnes couches sonores aux effluves de la tournée de 83. Un titre qui progresse sur le même tempo, avec des cassures ici et là, mais qui revient inlassablement à ses lignes d’origine. Un titre qui aurait dû faire parti du ré édition de Dziekuje Poland avec ses sonorités arabesques que l’on retrouve sur le très digital Audentity. Même sans le cd en prime, In Blue devrait faire partie de votre discographie, donc imaginer avec le cd en boni. Que vous aimiez le jazz, le classique, la musique contemporaine ou peu importe les genres, In Blue à ceci de particulier; c’est un chef d’œuvre. Schulze joue avec les rythmes et les accords avec une étonnante dextérité et nous présente son univers musical avec sagesse et maturité. Et Klaus Schulze en a fait des œuvres pas ordinaires. Je pense à X, Body Love, Mirage et Black Dance…et bien d’autres. La particularité de In Blue est sa profondeur. À chaque ion, on sent ce brin de nostalgie et une sérénité qui nous transporte comme peu d’œuvres peuvent le faire. Une œuvre colossale qui vieillit super bien, comme le meilleur des grands vins.

note       Publiée le samedi 1 juillet 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "In Blue".

notes

Note moyenne        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "In Blue".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "In Blue".

Wotzenknecht › lundi 21 mars 2016 - 11:50  message privé !
avatar

Grandiose Into The Blue ! Je n'ai pas encore pris le temps d'écouter les CD 2 et 3, je les espère du même acabit. La répétition n'étouffe pas Schulze, ni les étirements à l'extrême, ca fait vraiment partie de sa spécificité, et c'est un intéressant contrepoint à Oldfield qui compose quant à lui en compressant mille fragments en une pièce (Ce n'est pas une critique, juste une observation).

necromoonutopia666 › lundi 23 août 2010 - 13:06  message privé !

C'est quand j'écoute cet album de Klaus Schulze que je me dis que les personnes qui parlent d'un génie et surtout d'un Mozart des temps modernes n'on pas tout à fait tort. énorme surprise que ce In Blue. C'est le deuxième KS que j'achète (le premier étant Moondawn)je commence à comprendre l'engouement de Pahedream pour cet artiste qui, entout cas avec cet album,montre avec génie qu'une musique électronique peut avoir une âme et même une des plus belles qui soient.

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane › mardi 10 mars 2009 - 15:36  message privé !

Il me plaît bien cet album. Doux et atmosphérique. On ne s'ennuit pas malgré la longueur des morceaux.

Note donnée au disque :       
snooky › dimanche 25 janvier 2009 - 19:32  message privé !

Sublime que ce "In Blue". Impensable que d'écouter autant de trouvailles et de richesses sonores, surtout sur des morceaux relativement longs, jamais ennuyeux ou soûlants.Schulze joue sur les émotions et les états d'âme et ca marche à merveille.A noter quand même, son attrait pour les sonorités "cuivrés"( fabuleux solo de trompette...ou assimilé).Manuel Gottsching, quant à lui, n'a rien perdu de sa verve et de son génie.Le 3eme CD, eut égard aux deux précédents paraît presque( j'ai bien dit presque) superflu.In Blue est presque aussi fort dans son intensité et sa richesse que X. Et ca, c'est pas un mince compliment...Fabuleux .

Note donnée au disque :       
ForceMajeure › mardi 29 août 2006 - 11:54  message privé !
J'irai pas jusqu'à parler de chef d'oeuvre ;o) mais In Blue est bon un album de KS, après une période un peu "creuse" à mon avis des années 80. Et puis sur Return to the Tempel on retrouve avec plaisir la guitare de Manuel Gottsching. La musique se rapproche des albums d'Ashra Tempel Frendship et Gin Rosé.
Note donnée au disque :