Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDismember › The god that never was

Dismember › The god that never was

11 titres - 35:35 min

  • 1/ The god that never was
  • 2/ Shadows of the mutilated
  • 3/ Times heals nothing
  • 4/ Autopsy
  • 5/ Never forget, never forgive
  • 6/ Trail of the dead
  • 7/ Phantoms (of the oath)
  • 8/ Into the temple of humiliation
  • 9/ Blood for paradise
  • 10/ Feel the darkness
  • 11/ Where no ghost is holy

enregistrement

SAMI studios, Aout 2005, par Fred Estby.

line up

Fred Estby (batterie), Matti Kärki (chant), David Blomqvist (guitare), Martin Persson (guitare)

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
death metal

Vous n'êtes pas sans savoir la dévotion que je porte à Dismember. Imaginez alors la joie dans mes yeux à la sortie de ce "God that never was", surtout quand le groupe le pose comme un retour aux sources, et que la pochette déchire tout, bien dans l'esprit des 90's... Mais, dites moi, le coup du retour aux sources, ils nous font pas le coup à chaque fois ? Et c'est bien là le problème : depuis "Death metal", il faut bien l'avouer (NdP : et ça me fait mal) Dismember donne allègrement dans l'autoplagiat. Et avec "The god that never was", les Suédois s'y complaisent avec joie. Adieu les évolutions de "where ironcrosses grow", j'entend ces superbes pièces ultra lourdes qui faisaient le charme de cet album. non, ici dismember fait du dismember. C'est à dire pour les incultes, un death old school tout à fait classique, alternant entre grosses pièces de 2 minutes super speeds et sans arrêts, avec des riffs plus mélo typiquement suédois ("Shadows of the mutilated" bien sympa avec son solo harmonisé, "Time heals nothing"...). Le groupe reprend la recette qui a toujours marché : des gros brûlots renvoyant à "skin her alive" sur son premier album ("Never forget, never forgive" plutôt réussie), un morceau mélodique très inspiré Maiden ("Phantoms of the oath", instrumentale assez sympa, renvoyant à "Nenia" sur Massive killing capacity), un gros clin d'oeil à Autopsy ("Autopsy"... bien en dessous de l'original), et un morceau lent ( "Feel the darkness" véritable machine à headbang, définitivement le point à creuser pour le groupe)... Au milieu de tout ça on retrouve des morceaux classiques du groupe faits de riffs en tremolo alternant avec des passages très old school (poutchak poutchak) pas franchement folichons niveau inspiration mais remplissant correctement leur rôle... Disons que comparé à ce que le groupe a pu produire avant, on ne peut s'empêcher de faire la comparaison, et ce en la défaveur de cet album. Bref, un disque qui en soit m'a laissé assez de marbre. Le groupe est en vitesse de croisière, heureusement que l'avant-dernière piste ou "Phantoms (of the oath)" viennent nous surprendre un petit peu car en dehors de cela c'est un peu le néant. Alors attention, le niveau reste bien supérieur à un "Hate campaign", mais en 2006 je m'attendais personnellement à beaucoup mieux de la part du groupe. La prod' n'est pas franchement top, notamment le son de batterie manquant cruellement d'impact, le chant de Matti kärki a perdu en puissance, bref le disque de plus quoi. Celui qui tourne un petit moment mais qui ne fera pas long feu, malgré ses bon petits passages (notamment ces petites mélodies heavy). Encore un disque comme ça et on tiendra l'équivalent de Cannibal corpse pour le death suédois...

note       Publiée le mardi 27 juin 2006

partagez 'The god that never was' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The god that never was"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The god that never was".

ajoutez une note sur : "The god that never was"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The god that never was".

ajoutez un commentaire sur : "The god that never was"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The god that never was".

oneincheman › mercredi 26 juillet 2006 - 00:37  message privé !
Dismember, faut les prendre comme Bolt Thrower. La notion de surprise est totalement étrangère à leur démarche, mais on le sait à l'avance. Ca marche un titre sur deux... Mention spéciale à Where No Ghost Is Holy... une bonne mélodie à la Collection By Blood
Note donnée au disque :       
j-pab › mardi 4 juillet 2006 - 09:42  message privé !
Je mets quand même 4 mais bon y'a rien de super sur cet album.
Note donnée au disque :       
Nerval › mardi 27 juin 2006 - 19:39  message privé !
Effectivement, les ayant vu en concert récemment, j'ai cru qu'ils jouaient 10 fois la même chanson...
gab › mardi 27 juin 2006 - 16:06  message privé !
Qui t'as dit que je ne commençait pas à compter à partir du contre temps? Kaboom Kaboom! ;-)
toxine › mardi 27 juin 2006 - 14:24  message privé !
avec la caisse claire SUR le temps?

Tssss...