Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPathologist › Putrefactive and cadaverous odes about necroticism

Pathologist › Putrefactive and cadaverous odes about necroticism

12 titres - 32:48 min

  • 1. Malignant Introduction
  • 2. Open The Dissection Ward
  • 3. Reek With Suppuration
  • 4. Cadaveric Metamorphoses
  • 5. Genital Pathological Perversity
  • 6. Tumorous Defects And Diseases
  • 7. Anatomical Necropsy
  • 8. Progression Of Putrefaction (Part 2)
  • 9. Decomposition Of Corpses
  • 10. Carcass Dismemberment
  • 11. Vomitory Corporal Dysfunction
  • 12. Rotten Outroductio

enregistrement

Stuido Barbarella, Aout 1992.

line up

Martin "Cyklo" Cvilink (chant), Daniel Hary "Harock" (guitares, basse), Stanislav "Stanley" Mazur (batterie)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
death metal
grindcore
Styles personnels
death/grindgore

Mouahahah c'est pas que j'aime me moquer mais là la touche des types de Pathologist dans le livret c'est trop la classe. Un vieux fute mal coupé trop court serré au dessus du nombril, un vieux pull vert et une pose genre "mais qu'est ce qu'on fout là bordel, on a vraiment l'air con". Bref ! Disons que ça fait bizarre, surtout quand on a matté la cover complètement pompé au "symphonies of sickness" de Carcass. D'ailleurs en vérité il n'y a pas que ça qui est pompé aux anglais. En fait pour tout vous avouer : tout est pompé aux anglais. Le concept médical, le côté "clinique froide désaffecté", l'approche sonore particulière, les riffs, le chant immonde... Soyons honnête, Pathologist n'est rien de plus qu'un tribute band à Carcass. Et ma foi cela commençait pas mal avec l'enchaînement "Malignant introduction / Open the dissection ward". une bonne intro glauque qui prépare à un premier morceau instrumental renvoyant immédiatement au fameux "Genital grinder". D'ailleurs, si l'approche sonore "malade" et limite dérangeante est bien comprise, dommage que le morceau soit un peu long. Malheureusement, la surprise est de courte durée dès le démarrage de "Reek with suppuration" (aurais-je déjà entendu ce titre ?) : mais qu'est ce que c'est que ce batteur complètement à la ramasse ? Le type fait ce qu'il peut mais galère complètement sur l'ensemble des rythmiques. L'ensemble manque de puissance et surtout de folie, les riffs sont assez inaudibles, la faute à une prod' qui privilégie l'atmosphère à la clarté (je ne m'en plaindrais pas), bref tous les espoirs se voient vite réduit à néant. C'est dommage car le groupe montrait manifestement des idées bien sympas en plus d'avoir bien compris l'esprit originel qui animait Carcass. Des solos barrés et carrément pas maîtrisés ("Progression of putrefaction"), un côté "roots" super attachant, un chant carrément dégueulasse, proche de Demilich, des compos un peu plus bossées que la moyenne... Ouais, mais rien n'y changera "Putrefactive and cadaverous odes about necroticism" ne restera qu'une vulgaire copie de Carcass première époque... Le titre "Carcass dismemberment" serait-il d'ailleurs un clin d'oeil ? Nul ne le sait. Je me pencherai sur les autres, peut-être les défauts cités ici seront corrigés...

note       Publiée le lundi 26 juin 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Putrefactive and cadaverous odes about necroticism".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Putrefactive and cadaverous odes about necroticism".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Putrefactive and cadaverous odes about necroticism".

Browning › mardi 19 octobre 2010 - 09:41  message privé !

Il faut remettre ça dans son contexte. En 1992, les pays de l'est c'était pas ça au niveau des moyens. C'est pas original pour un rond, mais l'ambiance est là...

Note donnée au disque :       
jol › dimanche 17 septembre 2006 - 16:26  message privé !
"des compos un peu plus bossées que la moyenne". C'est là tout le problème de ce CD. Parce que la moyenne est tellement basse...
taliesin › mardi 27 juin 2006 - 12:16  message privé !
Bon, c'est clair, niveau originalité c'est le zéro pointé, mais si on aime le genre, Pathologist n'est pas inintéressant...
Note donnée au disque :