Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSKlaus Schulze › Vanity of Sounds

Klaus Schulze › Vanity of Sounds

4 titres - 78:33 min

  • 1.Vanity Of Sounds 17:08
  • 2.Sacred Romance 23:13
  • 3.The Wings Of Strings 14:47
  • 4.From Words To Silence 23:40

line up

Klaus Schulze (claviers, synthétiseurs et percussions)

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique berlin school

Vanity of Sounds est le premier titre de la célèbre collection Contemporary Works I, parue en coffret de 10 cd en 2000. Depuis l’étonnant Dosburg Online, paru en 97, Klaus était assez silencieux. Il a continué sa participation avec Namlook pour les Dark Side of the Moog 6 à 8, mais à part cela il était fort silencieux. Contemporary Works I étant épuisé, Revisited Records rééditera l’œuvre au grand complet, dans la foulée de la ré édition du grand catalogue de Schulze. Certains titres auront des pièces en prime, mais pas Vanity of Sounds qui était déjà bien garni avec ses 79 minutes originales. Aux premières notes de Vanity of Sounds, on est tout de suite projeté dans l’univers spastique de Schulze. Une atmosphère ambiante déchirée par des coups de percussions pompeux et des bruits hétéroclites qui déstabilise la concentration d’écoute. L’essence de Wagner sur les douces symphonies de Schulze. Nous sommes en terrain connu, Schulze adore ses intros pompeux et déroutant. Derrière ce tapage musical se dessine une fine ligne analogue qui nous donne soif. La soif d’entendre ce bon vieux Klaus et ses souffles synthétiques. Après tout ce bruit, le calme. Un fin nuage synthétique se dépose et les rythmes s’annoncent. Une fine ligne séquentielle s’ébauche sur jeu de notes ‘’groovy’’, une bonne basse et des percussions s’ajoutent pour concorder un tempo soutenu aux travers de soyeuses nappes synthétiques et les fameuses percussions implacables de Klaus Schulze qui s’étirent jusqu’aux premières notes de Sacred Romance. Le synthé se réchauffe sur une bonne séquence en boucle à tonalité basse. Et pendant les 23 minutes qui suivront Schulze nous inondera les oreilles avec de superbes solos de synthés sur son unique jeu de percussion. Et vers la fin, une fine guitare prend la relève aux sinueuses envolées synthétiques. On pense un peu à Black Dance ou Moondawn. Un pur délice Schulzien. Comme une souris qui cherche son trou dans un mur inondé de niches, la ligne de synthé de The Wing of Strings s’affole sur des notes épars de ‘’strings’’. Elle est basse et se laisse dominée par un jeu circulaire de percussions. Le tout prend forme sur un beat sensuel qui tergiverse entre un techno modéré ou un ambiant insolent, surtout vers la fin, alors que l’hypnose des premières mesures cède sa place à un mouvement plus endiablé. Un bon titre lent aux atmosphères percussionnistes à la Schulze. From Words to Silence nous maintient dans l’univers sonore de Klaus Schulze. C’est un long titre où le ‘’vocoder’’ est admirablement utilisé sur une ligne sensuelle très fluide. Le beat coupe en plein milieu pour offrir une texture plus atmosphérique qui laisse fuser des plaintes synthétiques dans un univers sonore en perdition. Lors de la parution du coffret de Contemporary Works I, plusieurs ont reproché à Schulze de faire de la musique facile. Une bonne partie des titres offerts sur ce coffret sont des continuités ou des extraits d’œuvres déjà produites ou jouées en concert. Même si, en effet, certains titres ont des apparences de déjà entendu, je ne souscris pas à ces critiques. En ce qui me concerne, l’œuvre d’un artiste est bel et bien sienne et il peut en faire ce qu’il veut, du moment qu’il ne s’agit pas de vulgaires plagiats. Ce qui n’est pas le cas sur Vanity of Sounds. C’est du Schulze. Un délicieux mélange de ses idéologies culturelles et de ses visions artistiques qui ont ponctuées sa longue et riche carrière. Ceux qui n’ont pas le coffret peuvent commencer la collection par unité, Revisited Records va ré éditer les 9 autres titres. D’ailleurs The Crime of Suspense sera mis en vente sous peu.

note       Publiée le jeudi 22 juin 2006

partagez 'Vanity of Sounds' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Vanity of Sounds"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Vanity of Sounds".

ajoutez une note sur : "Vanity of Sounds"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Vanity of Sounds".

ajoutez un commentaire sur : "Vanity of Sounds"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Vanity of Sounds".

Wotzenknecht › mardi 18 février 2014 - 17:46  message privé !

Je suis totalement fan de ce petit arpège qui roucoule incessamment sur 'The Wings Of Strings'. Et quel final !

snooky › vendredi 23 octobre 2009 - 18:20  message privé !

A Phaedream : Pour te faire une idée plus précise de Modulator ESP( dans mon précédent message, mes excuses mais j'ai été un peu évasif), tu vas sur son site et tu télécharges"Time dilatation effect"( en "free user", arme toi de patience), tu écoutes( en entier)et on en reparle."www.modulator-esp.co.uk"

Note donnée au disque :       
snooky › mercredi 21 octobre 2009 - 18:17  message privé !

Effectivement j'aime beaucoup Modulator ESP.Quant à te conseiller un titre en particulier, c'est toujours très difficile parce qu'il me semble que ce qui est évident pour les oreilles de l'un ne l'est pas forcément pour les oreilles de l'autre( exemple Brendan Pollard qui m'ennuie plus qu'autre chose).Celà dit " Héliosphère","Time Zéro" et si tu aimes les longues( très longues)odyssées spatiales " Zéta Réticuli"me semblent recommandables.Mais je le répète,c'est très expérimental et peut agacer certaines oreilles.

Note donnée au disque :       
Phaedream › mardi 20 octobre 2009 - 21:34  message privé !
avatar

À snooky: Non je ne crois pas avoir parlé de Modulator ESP....J'ai trouvé que ça sentait le vide. Tu aimes? Quel est le titre à se pencher dessus? Par contre, j,ai fait une chronique sur Astrogator qui est un duo avec Create et le fondateur de M. ESP

snooky › dimanche 18 octobre 2009 - 14:12  message privé !

Plutôt "curieux" que ce "Vanity of Sounds".D'abord parce qu'il me semble assez inégal et puis aussi, et surtout, parce qu'il m'apparaît singulièrement manquer quelque peu de relief.Ce qui pourrait expliquer l'impression de "musique facile" dont fait allusion Phaedream.Construit à la façon de "En=Trance" ou "Méditerranéen Pads",(4 morceaux relativement courts), VoS n'a malheureusement pas la richesse musicale de ses prédécesseurs.Le titre éponyme qui ouvre l'album ne présente, à mon avis, que peu d'intérêt.En tout cas, je n'accroche pas.Avec " Words of Romance" , les choses s'arrangent quelque peu bien qu'on pourrait lui reprocher une certaine longueur surtout vers la fin.Mais c'est avec "The Wings of String" que j'accroche vraiment( super bien foutu) et surtout avec "From Words To Silence" que j'adore avec son ambience un peu froide et métallique et sa mélodie très minimaliste.En résumé, un album moyen.Mais chez KS, un album moyen, c'est encore un bon disque.Faut garder un certain sens des valeurs.A mon avis, humble au demeurant... A Phaedream : Existe t il une(des) chronique(s) de Modulator ESP ?.J'ai cherché mais pas trouvé.Pourtant il me semblait qu'"Héliosphère"avait été chroniqué.Aurais je rêvé?

Note donnée au disque :