Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAmon Düül II › Tanz der lemminge

Amon Düül II › Tanz der lemminge

  • 1971 • Liberty LBS 83473/74 • 2 LP 33 tours

lp • 6 titres

  • 1Syntelman's March of the Roaring Twenties (15:47)
  • 2Restless Skylight-Transistor-Child (19:28)
  • Chamsin Soundtrack
  • 3The Marilyn Monroe-Memorial-Church (Impr.) (18:05)
  • 4Chewing Gum Telegram (2:43)
  • 5Stumbling over Melted Moonlight (4:34)
  • 6Toxicological Whispering (7:48)

enregistrement

Allemagne, 1971

line up

Peter Leopold (batterie, percussions, piano), Karl-Heinz Hausmann (électronique), John Weinzierl (guitares acoustiques et électriques, chant, piano), Chris Karrer (guitares acoustiques et électriques, violon, chant), Lothar Meid (basse, contrebasse, choeurs), Falk U.Rogner (orgue, électronique), Al Gromer (sitar), Jimy Jackson (orgue, piano, choeurs), Henriette Kroetenschwanz (chant), Rolf Zacher (chant)

remarques

chronique

Combien de groupes sont parvenus à publier deux doubles albums studio, l'un à la suite de l'autre, avec seulement un an d'intervalle ? Je n'en connais pas. Ou plutôt, je n'en connais qu'un, et il s'agit de Amon Düül II. "Tanz Der Lemminge" me fait l'impression d'une image miroir. Bien qu'étant le dernier volet d'une trilogie de l'extrême avec laquelle la formation germanique ne renouera jamais, il donne l'impression de reprendre à son compte le discours de "Yeti" mais à rebours, c'est à dire en débutant par les pièces les plus longues (trois plages entre quinze et vingt minutes tout de même), laissant le soin aux titres les plus courts de mettre un terme à ce nouveau périple cinématographicauditif, vous me pardonnerez (ou pas) ce néologisme. Mais à l'image de tous les types de reflets, celui que nous offre "Tanz Der Lemminge" est traître. La restitution de l'image n'est pas fidèle, le groupe allemand semant déjà dans son discours les premières graines d'un changement en profondeur qui va rapidement bousculer leur devenir. En dépit de leurs longueurs, "Syntelman's March of the Roaring Twenties", "Restless Skylight-Transistor-Child" et "Chamsin Soundtrack" sont en réalité des suites, constitiuées d'embryons d'idées mises bout à bout sans lien apparent entre elles. Preuve s'il en est que la sauce ne prend pas toujours même quand on se laisse déborder par le processus créatif... Pour cette raison, il me sera bien difficile de recommander ce disque auprès des néophytes tant son entrée en matière ma paraît ardue (contrairement aux trois derniers titres de proportions plus modestes - et digestes dirons-nous - recelant un nombre hautement plus conséquent de pistes à creuser qu'une seule des trois monstruosités précitées). Les parties strictement improvisées ne se partagent plus la plus grosse part du gateau comme autrefois mais possèdent, il est vrai, une noirceur et un abandon parfaitement maîtrisé (je pense surtout au très planant "The Marilyn Monroe Memorial Church"). En lieu et place, l'esthétique du groupe commence tout doucement à se parer de couleurs inédites (guitares acoustiques entre autres) et, plus encore, s'efface au profit d'un mode d'écriture beaucoup plus convenu qui, plus tôt que tard, finira bien par imposer un cadre à une musique pourtant fondamentalement éprise de liberté.

note       Publiée le mardi 20 juin 2006

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Aladdin_Sane
  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Tanz der lemminge" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Tanz der lemminge".

notes

Note moyenne        15 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Tanz der lemminge".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Tanz der lemminge".

Coltranophile Envoyez un message privé àColtranophile

La chro tape juste, le disque est assez problématique pour ceux qui, comme moi, se sont beaucoup paluchés sur les deux précédents. L'inspiration demeure présente. Il y a un effort d'écriture supplémentaire, voir même de structurer la musique différemment même si de façon expérimentale, 3 "suites"/3 "morceaux". On y perd en spontanéité très clairement et on y gagne pas grand chose en retour, le tout n'était pas plus "cohérent/abouti/que sais-je". Un patchwork qui regorge de suffisamment de moments magiques pour que j'y revienne à intervalles réguliers.

Note donnée au disque :       
SEN Envoyez un message privé àSEN

Pas le meilleur mais ce groupe c'est toujours un bonheur à écouter !

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane Envoyez un message privé àAladdin_Sane

Un dimanche psyché...

Note donnée au disque :       
GrahamBondSwing Envoyez un message privé àGrahamBondSwing

Je le sors une fois tous les 10 ans celui-là, pas plus. Plus baba-cool tu meurs ! J'ai hésité entre 3 et 4 boules pour la note. En fait, au fur et à mesure de l'écoute, je m'aperçois qu'il y a pas mal de passages planants (dans le bon sens du terme), une impression de bordel pas si dégueu, des purs moments de délicatesse qui font passer les riffs un peu.. heu... "j'ai commencé la guitare la semaine dernière" et les intrusions dispensables de violon (l'un des trois instruments clivant avec le sax et l'accordéon)

Note donnée au disque :       
Raven Envoyez un message privé àRaven  Raven est en ligne !
avatar

Ouais il est génial ce groupe, et ne surtout pas passer à côté de Wolf City, une vraie partouze cosmique.