Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRoom With A View › Collecting shells at lighthouse hill

Room With A View › Collecting shells at lighthouse hill

9 titres - 39:58 min

  • 1/ Breathe the water
  • 2/ Friction
  • 3/ Sometimes anywhere
  • 4/ Penitence
  • 5/ Against my will
  • 6/ Till morning comes
  • 7/ Collecting shells
  • 8/ The farther side of heaven
  • 9/ Remebering our goodbyes

enregistrement

Acme studios, Rome.

line up

Francesco Grasso (guitares, chant), Alessandro Mita (guitares, backing), Gino Palombi (basse), Piero Arioni (batterie)

remarques

contient le clip de "Friction".

chronique

Styles
metal
rock
Styles personnels
mélodique

Pff eh oh y en marre des disques pourris ! Ras le bol ! Maintenant si même les groupes qui assuraient avant deviennent tout pourris, je vais me remettre au gind, au moins même quand c'est pourri c'ets génial. Non parce que RWAV c'était un petit peu mon coup de coeur, ma petite faiblesse, le petit groupe rempli de nostalgie qui parvenait à me faire voyager dans le temps avec une facilité déconcertante. Bon bah tout ça c'est fini. Hoplà on se met à mettre de sbaggys, à prendre the coupe emo guy tough, et naturellement on fout des plans saccadés partout (mais alors vraiment), des grosses grattes, et des compos qui partent un peu dans ous les sens. Et voilà le travail ! RWAV a tué son aura. En gros, du groupe, on ne conserve que les arpèges clairs (toujours très inspiré ceci dit) et le chant de francesco Grasso qui maîtrise enfin son organe (la voix, pas l'autre). Pour le reste, et bien le "single" par de lui-même : RWAV a changé de style. Plus violent tout en souhaitant conserver sa patte mélodique, le groupe se rate un peu en oubliant de proposer des moments réellements intéressants. Ici tout coule sans difficultés, certains passages ou autres rythmiques sont bien sentis, tout est enfin bien en place, mais il manque complètement ce feeling qui transcendait le précédent album. Pas de point d'orgue, pas d'arrangements qui tuent. Non juste cette gratte rythmique qui couvre tout à coup de gros accords saccadés et un Fransesco qui fait ce qu'il peut pour donenr un petit côté attachant à la chose. Ouais, bah à vrai dire, j'ai parfois pensé à No Use For A Name dans certains refrains... Ahem, c'est pas vraiment un compliment. Bref, ceux qui connaissent le premier risquent d'être sacrément déçu par cette agresisvité nouvelle et cette linéarité relativement contradictoire à la variété des rythmiques. Mais pourtant il faut se rendre à l'évidence : on ne retient pas grand chose de ce disque, si ce n'est que les morecaux manquent de personnalité et que le groupe aurait pu faire beaucoup mieux. Le groupe a voulu suivre la lignée ouverte par Katatonia avec son "Viva emptiness", mais même si RWAV déborde de talent, le résultat est encore bien loin de ce qu'ils sont en mesure de proposer. Déçu, mais pas écoeuré. vous pouvez cependant lui donner sa chance... Mais en entendant "First year departure", on se demande si ce n'est pas plus par pitié...

note       Publiée le dimanche 18 juin 2006

partagez 'Collecting shells at lighthouse hill' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Collecting shells at lighthouse hill"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Collecting shells at lighthouse hill".

ajoutez une note sur : "Collecting shells at lighthouse hill"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Collecting shells at lighthouse hill".

ajoutez un commentaire sur : "Collecting shells at lighthouse hill"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Collecting shells at lighthouse hill".