Vous êtes ici › Les groupes / artistesCAdam Bownik Certamen › Earth

Adam Bownik Certamen › Earth

  • 2004 • SynGate CD-R 2062 • 1 CD

3 titres - 58:43 min

  • 1.Evolving Earth (18:14)
  • 2.The Night Comes (15:31)
  • 3.Atmosphere (24:59)

line up

Certamen : Keyboards & Synthétiseurs

remarques

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique new berlin school

Des fois il y a de ces doux plaisirs dans la vie. Comme tomber, sans s’y attendre, sur un truc énorme. Un réel joyau synthétique. Dans cette galaxie sans fond qu’est l’univers de la MÉ, il arrive encore que nos oreilles se frottent à un petit chef d’œuvre totalement inattendu. Earth du Polonais Adam Certamen Bownik est ce genre de découverte. Pas que Certamen soit un nouveau venu, loin de là. Depuis 97, la technologie aidant, il a une quarantaine de cd à son actif. Son style varie entre l’ambiant, le techno et la musique électronique progressive, la New Berlin School. Avec Earth, il frappe en plein dans le mille. Un titre étonnant aux fortes essences de la Berlin School. Un autre bijou du catalogue SynGate, un catalogue qui prend de plus en plus, et avec raisons, de place dans le monde parfois froid et solitaire de la MÉ.
Evolving Earth part le bal avec des synthés suaves aux airs désorganisés. Cette sonorité synthétique, qui semble personnelle à Certamen, nous suivra tout au long de l’opus. Suspendues, les notes prennent le train d’un rythme mélodieux qui marche avec hésitation. L’harmonie est sublime avec les percussions vaporeuses qui planent sur un synthétiseur sinueux et une grosse ligne basse qui voltige et dorlote l’air de ses grosses notes pales. Les séquences s’entremêlent et forment une douce mélodie qui évolue parmi des rythmes changeant. Les longs solos de synthé sont accompagnés de percussions ingénieuses et d’une ligne séquentielle qui tient le fort dans un mouvement en constante ébullition. Les harmonies sont sublimes et s’adaptent aux changements d’orientations musicales à la fois subtiles et parfaitement lisibles. Un titre très fort. Un gros coup d’intelligence. Un savoir-faire étonnant. The Night Comes débute sur une longue tirade synthétique. Un cœur solitaire dans un désert de glace. La complainte fait place à des percussions synthétiques qui prennent la mesure séquentielle. Le beat devient caribéen et trempe dans une atmosphère fuyante où des voix se mêlent aux longues effusions synthétiques. Cet étrange amalgame s’atténue pour embrasser un mouvement plus atmosphérique où voix robotiques traînent dans un corridor séquentiel qui cherche un rythme au milieu de percussions épars. Un titre étrange qui demande plus qu’une écoute. Atmosphere est la pièce maîtresse de Earth. Si Evolving Earth vous a plu, Atmosphere vous plaira car elle semble en être sa suite nécessaire. Sur une séquence nerveuse, le synthé domine de ses plus beaux atouts. Le rythme est sec et animé. Il voltige sur un synthé dominant et dominé. À la fois maître et esclave, il soumet ses lignes nerveuses qui dansent, s’éloignent et reviennent. Le tout dans une harmonie aussi diversifiée que complexe. Si les premières minutes semblent concordantes, le titre s’éloigne de sa sobriété et, sans jamais épouser un traitement minimaliste, Atmosphère dévie de ses cours et emprunte des voies qui épousent des rythmes différents sur d’étonnants coups de percussions, qui ne sont pas sans rappeler celles de TD dans The Keep, et de surprenantes tangentes musicales. Si l’axe directionnel de Evolving Earth vous a séduit, celui d’Atmosphere va vous faire plier les genoux. Incroyable! Un gros 25 minutes d’inattendu sur un fond cosmos polyrythmique aux harmonies séquentielles multiples. Ce n’est pas banal. C’est inespéré. Car ses longues pièces occultent trop souvent des moments ambiants qui meublent les ions des cd. Histoire de remplir le temps. Pas sur Atmosphere. C’est bourré à l’os. Plein comme dirait ma tante Ardoise. S’il vous plait, payez vous une traite et écouter à haut volume. Du décapant à peinture. Les lattes de vosplanchers ne résisteront pas. Earth de Certamen est une pure merveille. Un titre qui est passé sous silence et qui aurait dû faire autant de tapage que la musique peut en faire. Il n’y a pas une minute d’hypnose musicale. Ça bouillonne d’intensité, d’ingéniosité et de délire sonore délectable. Si vous avez un cd à acheter prochainement; Earth de Certamen vaut amplement la dépense. Un incontournable. La dernière fois que j’ai eu un coup de cœur semblable fut avec le délicieux Sebastian im Traum de Frank Specht. Ce qui n’est pas peu dire.

note       Publiée le samedi 17 juin 2006

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Earth" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Earth".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Connectez-vous ajouter une note sur "Earth".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Earth".