Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesGGoogooblown (le Bonhomme) › Devilishfantaziah

Googooblown (le Bonhomme) › Devilishfantaziah

  • 2006 • AZ 11104 • 1 CD

10 titres - 50:16 min

  • 1/ I've got my own private killing company for assisted suicide [Corporate and National death yard] (4:21)
  • 2/ Les anges sont de fausses blondes (5:20)
  • 3/ Subaquachaotik warriors (3:12)
  • 4/ Untitled#02 (4:36)
  • 5/ Bal(l)ade nocturne (4:55)
  • 6/ My too busy wife (5:10)
  • 7/ Le cabinet des fées (5:07)
  • 8/ Fantaisie (4:25)
  • 9/ Bloody Lovely Lady (4:41)
  • 10/ Daisy soup & Pork breast [to nuzzle in Dunwich] (8:29)

enregistrement

Midilive (Villetaneuse), Agrumes Studios, Studios de la Seine et Studios Davout (Paris), France, 2005

line up

Florence Bizette (violon, chant), Ombeline Chardes (violon), Anne Laurin (violoncelle), Eric Jamier (guitare, basse), Matthieu B. Michon (chant, guitare, clarinette), Michel Villar (batterie), Sébastien Lehec (électronique), Kim-Thuy Nguyen (choeurs), Aurélia Rivage (choeurs), Dorothée Hannequin (choeurs)

remarques

chronique

Styles
pop
rock
Styles personnels
chanson française

S'il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué, faut-il pour autant chroniquer le disque avant même qu'il ne soit publié ? Ce n'est pas faute d'avoir essayé pourtant ; ayant entamé leurs premiers enregistrements en 2002 déjà, les membres de GooGooBlown (Le Bonhomme) - qui, pour patienter, ont entretemps réalisés quelques EPS et subit des changements de personnels - voient à présent la sortie de "Devilishfantaziah", prévue au départ pour mai 2006, repoussé jusqu'à septembre prochain ! La patience est une vertu, mais à ce stade, cela en devient presqu'une torture pour les nerfs... Ce qui n'est pas le cas, heureusement, de cette petite heure de musique emballée sous une pochette aussi énigmatique que le nom du groupe lui-même. Réflexion faite, cela valait peut-être bien la peine d'attendre puisque le groupe français se paye tout de même le luxe d'être produit par Ian Caple que les plus observateurs auront repérés sur les disques de Stina Nordenstam, Yann Tiersen, les Tindersticks, Tricky et même Katonoma ou Alain Bashung, c'est dire l'optique à 360° de l'ingénieur du son. Cette considération technique mise à part, il faut pouvoir appeler un chat un chat ; la formation de Matthieu Michon n'a pas réinventé le fil à couper le beurre même s'ils savent y faire en terme de compositions ; en dépit de détours plus ou moins heureux sensés affirmer la personnalité du combo en prônant ainsi sa différence, GooGooBlown (Le Bonhomme) garde toujours en ligne de mire l'aspect le plus mélodique. Un chant haut perché et l'omniprésence des cordes - violon et violoncelle en l'occurence - contribuent à l'aspect le plus ouvertement lyrique de leur musique. Quelque chose qui ne devrait pas rebuter les amateurs de, dans le désordre, Muse, Pascal Obispo, Louise Attaque, M, Indochine et surtout le groupe américain Dredg dont les prétentions artistiques semblent être les plus proches.

note       Publiée le mercredi 14 juin 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Devilishfantaziah".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Devilishfantaziah".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Devilishfantaziah".