Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAAndreas Akwara › Synthetic Horizon

Andreas Akwara › Synthetic Horizon

cd • 10 titres

  • 1Synthetic Horizon (Part I)2:59
  • 2Synthetic Horizon (Part II)6:01
  • 3Synthetic Horizon (Part III)8:34
  • 4Synthetic Horizon (Part IV)17:04
  • 5Synthetic Horizon (Part V)5:50
  • 6Synthetic Horizon (Part VI)5:57
  • 7Synthetic Horizon (Part VII)4:44
  • 8Synthetic Horizon (Part VIII)10:56
  • 9Synthetic Horizon (Part IX)5:27
  • 10Synthetic Horizon (Part X)5:21

line up

Andreas Akwara : Keyboards

remarques

chronique

Styles
electro
Styles personnels
musique Électronique atmosphérique

Tout comme John Lakveet et Dom F Scab, Andreas Akwara nous vient d’Espagne. Artiste indépendant, Synthetic Horizon est son 5 ième opus distribué par Groove. Synthetic Horizon défile comme une grosse trame sonore atmosphérique. Un peu à la Chronos, de Michael Stearns. Comme un paysage sonore qui déroule, les 10 titres s’enfilent à la chaîne et nagent dans une atmosphère austère et statique. Des lignes plus ambiantes et hypnotiques que mouvantes. Statique, la partie I déroule dans un style orchestral, assez solennel et nous introduit vers la partie II qui se dandine sur un soyeux synthé, enrobé d’effets sonores alliant grondements atmosphériques et cris d’oiseaux synthétiques. Un léger séquenceur s’active et ses notes se perdent sur une guitare acoustique, à laquelle se joint un synthé plus enrobant. Une belle mélodie atmosphérique. La partie III est un titre a évolution lente qui repose sur une ligne pulsative stable à laquelle se joint une grosse nappe synthétique, donnant un effet symphonique mortuaire. Des effets sonores en suspension alimentent l’intro de la partie IV. Très atmosphérique, ces effets sonores s’agitent et se mettent à danser dans un univers stagnant, qui moue à peine. Elles retrouvent leur lente procession initiale pour embrasser la pulsion de la partie V. Un titre hypnotique qui ressemble vaguement aux approches atmosphériques de Jean Michel Jarre. Il faut attendre à la 6ième partie avant d’avoir du bois sous les pieds. Une plage qui s’anime, après un départ ambiant, avec une bonne ligne basse et une beau jeu de synthé, subtilement cadencé, aux saveurs de chœurs et de corps célestes. Cette nerveuse effervescence sonore se poursuit sur la partie VII. Nerveux, le synthé voltige sur une bonne séquence basse et de discrètes percussions synthétiques. L’effet enveloppant du synthé est assez mordant. Un bon moment qui rappelle encore les premières atmosphères de Jarre. La 8ième partie est très sombre. Ambiante, la stratosphère baigne d’effets sonores d’une faune atmosphérique diversifiée. Ceux qui aiment flotter seront dans leur royaume. Ce titre nous amène vers la partie IX et ses lamentations qui ressemblent à une prière musulmane. Un autre titre sombre qui exploite merveilleusement bien les chœurs. Ce qui donne un moment suave et intimiste qui porte à rêvasser. Son vent synthétique se traîne jusqu’à la dernière partie. Une partie X plus animé, avec une bonne ligne pulsative, un synthé saccadé et des percussions vaporeuses.
Ceux qui aiment les atmosphères et les ambiances à effets sonores diversifiés seront charmés par Synthetic Horizon. Andreas Akwara exploite un style sombre qui offre peu de moments mélodieux. Les synthés sont enveloppants, voire même symphonique, et nagent dans une ambiance statique qui croise quelques lignes séquentielles pulsatives.
Disponible chez Groove, et pour en savoir plus long sur l'artiste, vous pouvez visiter son site web, qui a besoin d'une mise à jour : http://www.andreas-akwara.com/

note       Publiée le vendredi 2 juin 2006

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Synthetic Horizon".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Synthetic Horizon".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Synthetic Horizon".